Getty Images

Brillant, adoré et… appelé par Tite : Bruno Guimaraes a déjà tout d'un cadre

Brillant, adoré et… appelé par Tite : Bruno Guimaraes a déjà tout d'un cadre

Le 07/03/2020 à 22:19Mis à jour Le 08/03/2020 à 14:41

LIGUE 1 - Auteur de débuts remarquables et remarqués à Lyon, Bruno Guimaraes a été convoqué pour la première fois de sa carrière chez les A brésiliens, vendredi. Cette fois c'est sûr, le milieu de 22 ans a changé de dimension. Et son statut à l'OL devrait bientôt suivre.

"Il m’a dit qu’il allait faire de moi le meilleur milieu de terrain du monde, j’ai vraiment cru ses paroles. Il a toujours été super sincère avec moi. Il était super sincère, fidèle, m’a proposé un beau projet de carrière et je suis très content". Voilà comment Bruno Guimaraes expliquait avoir été convaincu par Juninho au moment de sa signature à l'Olympique Lyonnais en janvier.

Le directeur sportif des Gones n'a d'ailleurs pas tardé à annoncer qu'il voyait sa recrue être sélectionnée avec le Brésil très rapidement. De la même manière que Marcelo, son nouveau coéquipier : "C’est un grand joueur avec beaucoup de qualités, venu nous aider. Aujourd’hui, il a démontré qu’il a le potentiel pour jouer à Lyon ou dans n’importe quelle autre équipe européenne, et même avec la sélection nationale. J’espère qu’il aura la même réussite avec la Seleção", déclarait le défenseur central après la victoire contre la Juventus (1-0).

Trois semaines après ses débuts, Guimaraes appelé par Tite

Beaucoup de prises de position très flatteuses concernant le natif de Rio. Et une prévision loin d'être farfelue : le milieu de terrain de 22 ans a été appelé pour la première fois avec les A brésiliens, vendredi, en vue des deux prochains matches de qualification au Mondial 2022. Le staff de Tite a vu comme tout le monde ses premières performances bluffantes avec l'OL, et n'a donc pas tardé à le récompenser, au plus grand bonheur de ses parents. Et de l'intéressé, évidemment.

"J'espérais, mais je ne m'y attendais pas, a avoué le capitaine de la sélection olympique à Globoesporte. L'annonce est venue au moment de l'entraînement ici, et c'est Claudio Caçapa qui m'a prévenu. Les Brésiliens de l'équipe sont venus me féliciter, c'était cool". Guimaraes fera partie - s'il joue contre la Bolivie (26 mars) ou le Pérou (31 mars) - des 11 internationaux (en A) de l'Olympique Lyonnais. Le seul au milieu de terrain. Et c'est loin d'être un détail.

Figurer dans une liste composée de Thiago Silva, Casemiro ou encore Neymar n'est évidemment pas anodin. Cela vient surtout traduire, dans ce cas bien précis, l'adaptation remarquable du joueur dans un championnat, un pays et un continent qui lui étaient inconnus il y a encore un mois. Et l'ex-joueur de l'Athletico Paranaense n'a pas fait que s'acclimater : il a déjà franchi plusieurs paliers, en seulement trois semaines.

Guimaraes a déjà changé le visage de l'OL

Le premier concerne le terrain. C'est bien simple, Guimaraes est déjà un indéboulonnable du onze de Rudi Garcia, qui n'a réussi à dégager une véritable équipe-type qu'après son arrivée. Le numéro 39 des Gones a vécu sa première sur le banc contre Strasbourg, avant de jouer l'intégralité des matches qui ont suivi. Résultat : une première propre à Metz (0-2) puis des prestations très remarquées contre la Juventus (1-0), l'AS Saint-Etienne (2-0) et le Paris Saint-Germain (1-5). Volume, simplicité, décalages, jeu vers l'avant... un sans-faute ou presque, si l'on exclut sa perte de balle coupable contre le club francilien en Coupe de France.

Houssem Aouar et Bruno Guimaraes (OL / Lyon)

Houssem Aouar et Bruno Guimaraes (OL / Lyon)Getty Images

Avec lui, l'OL s'est transformé dans le jeu. Lucas Tousart évolue un cran plus haut dans le milieu à trois, à un poste qui semble mieux correspondre à ses qualités. Houssem Aouar, lui, a trouvé un vrai compère technique et s'en ressent libéré. "Le fait qu’il joue en sentinelle, ça me permet de ne pas avoir forcément à redescendre chercher les ballons. Il a tendance à aller de l’avant. C’est tout le jeu de l’équipe qui se fluidifie grâce à lui", reconnaissait d'ailleurs le numéro 8 rhodanien devant la presse vendredi.

Guimaraes a déjà tout d'un cadre

"Ici, je joue plus sentinelle, pour la sortie du ballon, je me suis bien adapté, il y a beaucoup de Brésiliens, ça m’aide à m’adapter. Je me sens très bien. J’ai beaucoup de liberté quand même, je peux bouger, je ne suis pas fixe", a de son côté confirmé le Brésilien. Conséquence directe de ces débuts canons : l'intéressé a également franchi un palier en termes d'image.

Guimaraes a été très rapidement adopté par les supporters lyonnais. Des performances de haut niveau, une arrivée marquée de l'emprunte de Juninho, une communication bien réglée et… un énorme tatouage de lion sur le bras : le tour est joué. "La culture est totalement différente, je viens de trouver une maison et j'en savais peu, mais la ville est magnifique, savoure-t-il. Dans les rues, les fans me reconnaissent déjà et me traitent bien, je suis content de mon temps sur le terrain et à l'extérieur. Je vis un rêve".

Mis bout à bout, tous ces signaux positifs constituent l'archétype d'un cadre, qu'il deviendra rapidement à ce rythme-là. Reste encore à maîtriser la langue pour s'imposer dans le vestiaire sans griller les étapes. Et à connaître sa force mentale au moment des premières difficultés qu'il rencontrera.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313