Des soirées comme ça, le Vélodrome en redemande. L'Olympique de Marseille n'a jamais tremblé face à Lorient, en clôture de la 10e journée de Ligue 1 (4-1), dimanche. Ou plutôt si : l'espace d'un quart d'heure lors duquel les Merlus ont mené au score et fait illusion, sous l'impulsion d'un excellent Stéphane Diarra en attaque. Mais avec un Dimitri Payet de gala et doublement passeur décisif, l'OM a vite égalisé et n'a été que très peu inquiété par la suite, prenant l'avantage avant l'heure de jeu. Les hommes de Jorge Sampaoli ont marqué deux fois en fin de match pour un score qui reflète leur domination technique et tactique.
Le film du match
Il a fallu cinq petites minutes à Konrad de la Fuente pour mettre le feu à la défense lorientaise et trouver Dimitri Payet, dont la frappe était trop sur Paul Nardi (5e). Le match partait sous les meilleurs auspices pour l'OM dans un Vélodrome en feu, qui venait de rendre hommage à Bernard Tapie. Puis le silence après le penalty obtenu par Stéphane Diarra et transformé par Armand Laurienté (13e, 0-1). Deux erreurs coup sur coup de Boubacar Kamara et Luan Peres payées cash. Mais, fidèle à ses principes, l'OM a maintenu son pressing et sa circulation de balle de tous les instants. Au terme d'une belle action collective initiée par Payet, Kamara a vu sa frappe aux 18 mètres repoussée par Nardi (26e). Guendouzi a récupéré, rendu dans l'axe pour une feinte de corps de Payet qui a offert une seconde chance à Kamara. Julien Laporte a dévié, Nardi s'est fait piéger (27e, 1-1).
Ligue 1
Payet, le match d'après
IL Y A 2 HEURES

L'hommage des supporters à Bernard Tapie avant Marseille - Lorient en Ligue 1 le 17 octobre 2021

Crédit: Getty Images

Payet chef d'orchestre

Pas si cruel que ça pour des Lorientais qui ne voyaient le jour que par Stéphane Diarra. Le titulaire surprise a maintenu la pression par un tir dévié (21e) et un autre qui a forcé Pau Lopez à une parade (32e). Dans le même temps, Payet et Kamara ont cherché à faire briller Arkadiusz Milik, demandeur en pointe mais toujours trop court (16e, 31e, 45e+1). Payet, justement, a passé sa soirée à donner du sens au jeu. A orienter, distribuer, notamment sur coups de pied arrêtés. D'où la superbe tête victorieuse sur corner de Mattéo Guendouzi (56e, 2-1). Une juste récompense pour le milieu phocéen, toujours prompt à jouer vers l'avant et pour son équipe plus dominatrice que jamais.
A quelques pointures après, Laurent Abergel égalisait dans la foulée sur un centre de Diarra (58e). C'était le dernier vrai frisson des Merlus. Hormis les éclairs de Payet, des fulgurances de Konrad de la Fuente ou une double parade inutile de Pau Lopez car hors-jeu de Laurienté (50e), le spectacle s'est avéré léger. Puis il y a eu la fin de match. Valentin Rongier, auteur d'un match entier dans le cœur du jeu, a initié un contre mené par Payet. Sa connexion avec Milik s'est enfin concrétisée, par une passe en profondeur millimétrée et une finition assurée (86e, 3-1). Premier but de la saison pour Milik.
Guendouzi a forcé avec brio Houboulang Mendes à un but contre son camp pour parachever la victoire olympienne (90e+2, 4-1). Le scénario idéal pour mettre fin à une série de 2 défaites en Ligue 1, dont l'OM retrouve le podium, et préparer la réception du PSG la semaine prochaine dans un choc au quasi sommet.
Ligue 1
Comment Rennes a-t-il pu récupérer Lovro Majer, le nouvel artiste breton ?
IL Y A 3 HEURES
Ligue 1
Payet devrait être disponible pour jouer contre Troyes dimanche
HIER À 16:23