CHELSEA - LIVERPOOL : 3-2 (Aller : 1-1)
Buts : Drogba (33e, 105e), Lampard (96e s.p.) pour Chelsea - Torres (64e), Babel (117e) pour Liverpool
L'obstination paie souvent. Chelsea en a désormais la preuve. Roman Abramovitch, son président qui n'a d'yeux que pour la Coupe aux grandes oreilles, aussi. Après quatre échecs, dont trois aux portes de la finale, depuis son arrivée en 2004, les Blues vont disputer la première finale de C1 de leur histoire. À Moscou, terre natale de leur trésorier, comme si cela était écrit quelque part. Comme si leur destin était d'échouer à une marche de Gelsenkirchen, en 2004, d'Istanbul, l'année suivante, ou encore d'Athènes, l'an dernier, pour mieux contenter l'appétit du boss. L'estomac de Rafael Benitez, en revanche, va crier famine un petit moment. L'entraîneur de Liverpool a presque tout misé sur la scène européenne : il a perdu.
Difficile, pourtant, de multiplier les reproches à l'égard des choix du technicien espagnol, qui aime penser à tout, mais n'a pas pu prévoir, comme au match aller, la blessure de l'un de ses défenseurs. Après Fabio Aurelio, qui avait cédé sa place à Riise au match aller, c'est Skrtel qui a dû quitter prématurément le terrain (21e). Et, comme une semaine auparavant, ce changement a été lourd de conséquences. Riise avait marqué contre son camp pour redonner espoir à Chelsea, Hyypia, suppléant de Skrtel, a lui commis une faute sur Ballack qui a rapproché les Blues de la qualification. Pris par un dribble de l'Allemand juste après un but refusé à Essien, le défenseur finlandais a offert à Lampard la balle du 2-1, et donc de la qualification, au début de la première période...de la prolongation (97e). Permettant à Chelsea de croire à nouveau en ses chances d'atteindre la dernière marche.
Ligue des champions
Le tirage au sort
01/07/2008 À 11:00
Drogba frappe deux fois
Les troupes d'Avram Grant pensaient s'y être hissés avec l'ouverture du score de Drogba (1-0, 33e), intervenue après une occasion de part et d'autre : Drogba avait trop croisé sa frappe (19e) tandis que Torres ne s'était pas imposé dans son duel avec Cech (9e). Sauf que Liverpool, fidèle à son habitude, ne meurt jamais. Les Reds ont dominé la seconde période dans ses grandes largeurs, en profitant pour relancer le suspense grâce au sixième but européen de Torres (1-1, 64e), servi par un excellent travail de Benayoun, titulaire au milieu. Mais, contrairement à ce qui s'était passé en quart de finale contre Arsenal (1-1, 4-2), le club de la Mersey n'a pas réussi à complètement inverser la tendance. Juste à inscrire son premier but à Stamford Bridge sous l'ère Benitez. Et juste à pousser Chelsea en prolongation, donc.
La faute à un petit manque de créativité. À une baisse de régime de Gerrard, qui n'a pas toujours pesé suffisamment sur le jeu de son équipe. À un Kuyt moins en réussite dans son travail de sape et dans ses percées. À une défense pas assez vigilante dans son placement, surtout face à Drogba, intenable et plein de hargne, et qui est parfaitement venu couper un centre d'Anelka pour le but du chaos (3-1, 105e). Les Reds se sont mordus les doigts de ne pas avoir su exploiter leur force au milieu de terrain, notamment lorsqu'ils sont parvenus à prendre l'ascendant en deuxième période (du temps réglementaire). Ils se sont rendus compte qu'ils n'étaient plus "immortels" face à Chelsea lors des joutes continentales, même si un missile de Babel (3-2, 117e) a créé l'illusion d'un retour, quelques secondes seulement. Liverpool s'efface donc de la scène européenne. Au pied de la finale, ce qui n'est pas une calamité. Mais cela rappelle au club de la Mersey sa stérilité en Premier League. Comme pour le championnat anglais, le trophée se disputera entre Chelsea et Manchester.
LA DECLA : Didier Drogba (Chelsea)
"Je suis vraiment content pour le club. Cela fait plusieurs années que nous essayons d'atteindre la finale. Ce que nous avons réussi ce soir est formidable pour le club et ses supporteurs. Rafael Benitez (ndlr: de Liverpool) est un entraîneur fantastique, mais j'ai été un peu déçu par ses déclarations (ndlr: l'accusant de simuler des fautes). Ses remarques étaient très personnelles. Le football, ce n'est pas ça. Je fais tout pour donner une bonne image du football anglais."
Ligue des champions
MU gagne 43 millions
23/06/2008 À 17:02
Ligue des champions
Finalement, Porto y sera
13/06/2008 À 11:17