MANCHESTER UNITED - FC BARCELONE : 1-0 (aller : 0-0)
But : Scholes (14e)

Une fois. Il a suffi d'une fois. Comme contre Lyon et l'AS Roma, Manchester s'est contenté du strict minimum à Old Trafford pour décrocher son billet pour la troisième finale de son histoire. Dans un match d'une grosse intensité, où les duels ont souvent tourné à l'avantage des Anglais, la maîtrise du ballon a pourtant majoritairement été en faveur des Catalans. Un scénario dicté surtout par un fait de jeu intervenu en début de match, un coup de génie, une frappe limpide de Paul Scholes, qui envoie les Red Devils à Moscou. Le 21 mai, les Mancuniens y affronteront une équipe qu'ils connaissent bien. Il s'agira soit de Liverpool, soit de Chelsea. Et pour la première fois de l'histoire en Ligue des Champions, la finale sera 100% anglaise.
Après le match aller, fermé, mais aussi contrôlé en grande partie par Barcelone, Sir Alex Ferguson avait sans doute à coeur de commencer fort cette demi-finale retour. Pour marquer les esprits. Pour montrer qui était le patron. Mais dans ses prévisions, il n'avait certainement pas prévu que ses adversaires allaient presser aussi haut dès les premières minutes de jeu. Privés de ballon d'entrée, les Mancuniens sont surpris par tant de détermination affichée côté espagnol. Il faut croire que la stratégie de Frank Rijkaard était également de tout jouer dans ce fameux premier quart d'heure. Mais alors que le Barça fait preuve d'une volonté étonnante d'aller de l'avant, d'une envie manifeste d'étouffer son adversaire, le club catalan va se faire prendre à son propre jeu. Sur une mauvaise relance de Zambrotta, plein axe, Paul Scholes, l'éternel, va décocher un missile en direction de la lucarne. Une fusée dont le décollage est si soudain que Victor Valdès ne va même pas réagir. Ou si peu. Sur sa première occasion, Manchester a fait la différence (1-0, 14e). Reste dès lors à conserver cet avantage si infime, si précaire.
L'entrée d'Henry ne change rien
Ligue des champions
Evra : "Une soirée rêvée"
29/04/2008 À 22:48
Il reste du temps et les Blaugrana ne s'affolent pas. Les coéquipiers de Lionel Messi reprennent immédiatement leur travail de sape. Et les occasions arrivent enfin. Le petit Argentin allume d'abord la première mèche. Parfaitement éteinte par un Edwin van der Sar vigilant (20e). Deco par deux fois (34e et 64e) croit à son tour égaliser. Mais ses deux frappes ne trouvent pas le cadre. Qu'importe, la machine à marquer, muette depuis trois rencontres, ne se décourage pas. Cela va bien finir par payer... Même si les joueurs de Frank Rijkaard font preuve de caractère en multipliant les tentatives, à aucun instant ils n'arrivent à réaliser le geste parfait. Celui que Paul Scholes a réussi. Celui qui fait gagner un match. La défense des Red Devils est certes bombardée, mais finalement très peu inquiétée. Manchester se contente donc d'attendre son adversaire, à l'image d'un Cristiano Ronaldo discret.
Plus le temps passe et moins les Catalans se montrent dangereux. Pourtant, ils ne cessent d'attaquer. De plus en plus. Thierry Henry fait même son entrée sur la pelouse à l'heure de jeu. Mais parqué sur son côté gauche, jamais il n'arrivera à se montrer décisif. Au lieu de ça, il assistera impuissant à la défaite des siens. Injuste peut-être au vu des efforts fournis par les Blaugrana. Neuf ans après sa dernière victoire (1999), Manchester United se qualifie donc pour sa troisième finale de Ligue des Champions. Un stade ultime qui a toujours souri aux Red Devils. Des Red Devils impitoyables qui maîtrisent l'art de faire croire à l'adversaire qu'il peut gagner avant de le surprendre au meilleur moment, ou au pire, c'est selon. Mais une fois. Une seule fois seulement.
LA DECLA : Yaya Touré (Barcelone)
"C'est difficile à digérer, aujourd'hui on a eu affaire à une équipe de Manchester très solide, très difficile à bouger. On n'a pas fait trop mal tourner le ballon, mais notre grand péché, c'est l'efficacité, on a eu plus d'occasions mais on n'a pas su les concrétiser, c'est une vraie déception. Tous les problèmes de la saison ont beaucoup affecté les joueurs. On a eu pas mal de problèmes avec Ronaldinho, avec des joueurs blessés aux moments clefs, et on a raté tous nos derbies (grands matches, ndlr). Ca été une saison difficile. Il reste quatre matches qui ne comptent pas, on va les terminer tranquillement et préparer la prochaine saison. Les blessures de Ronaldinho ? Il faut en discuter avec le doc, il en sait plus que moi. Ronaldinho a été un des plus grands joueurs du Barça, s'il est blessé, on est obligé de faire avec. Ce soir, on n'a pas fait ce qu'il fallait, accrocher un nul nous aurait suffit, mais on a tout perdu: le championnat, la coupe, la Champion's League... C'est difficile".
Ligue des champions
Le tirage au sort
01/07/2008 À 11:00
Ligue des champions
MU gagne 43 millions
23/06/2008 À 17:02