INTER MILAN - BARCELONE 3-1
Buts : Sneijder (30e), Maicon (48e) et Milito (61e) pour l'Inter ; Pedro (19e) pour Barcelone.
Le tenant est à terre. Le flamboyant FC Barcelone, qui met toute l'Europe à ses pieds depuis bientôt deux saisons, est tombé sur un os. Une muraille. Jose Mourinho a réussi son coup en dressant un onze de guerriers. Une formation de morts de faim, mais pas seulement. Car lorsqu'ils avaient le ballon, ces Nerazzurri n'avaient pas grand chose à envier aux artistes barcelonais. Ce mardi, ce sont les Sneijder, Eto'o, Pandev et surtout Milito qui ont régalé l'Europe du football. Quand Messi traînait sa misère face à Samuel et Zanetti. Le score est logique et reflète dans l'ensemble la supériorité italienne. Plus dense derrière, plus percutante devant, l'Inter a su manoeuvrer un adversaire peut-être groggy par ses 14 heures de bus  jusqu'à la capitale de la Lombardie. Car personne n'a reconnu le Barça à Giuseppe Meazza.
L'ouverture du score de Pedro (19e) après un excellent travail de Maxwell côté droit a longtemps caché les lacunes catalanes. Car les meilleures opportunités étaient milanaises. Par une frappe de Milito frôlant le poteau (27e) ou une tête d'un Lucio esseulé aux six mètres. L'Inter remportait la rencontre sur le terrain de l'engagement en exerçant un pressing constant sur le porteur du ballon. Xavi n'a pas eu l'espace pour délivrer ses caviars. Messi a traversé la rencontre dans l'anonymat. Mais lorsqu'il s'agissait de faire vivre la balle, les Italiens trouvaient toujours les décalages et les intervalles. Comme sur l'égalisation de Sneijder, décidément incontournable, magnifiquement servi par Milito (30e).
Ligue des champions
Rooney est "ravi"
15/03/2011 À 21:46
Milito, l’homme du match
L'Argentin fut, sans conteste l'homme du match. C'est  lui qui servait Maicon au retour des vestiaires (48e) avant de porter l'estocade (68e), à la limite du hors-jeu. Par ses appels en profondeur et ses déviations, il a désorienté toute l'arrière-garde catalane. Une défense au supplice qui devra faire sans son capitaine Carles Puyol, averti ce mardi et donc suspendu au Nou Camp. Bien sûr, l'Inter a souffert durant la dernière demi-heure mais les Lombards ont su plier sans rompre. Trop approximatif pour tromper un Julio Cesar en grande forme, le Barça n'a pas su concrétiser ses temps forts malgré de belles opportunités comme ce coup franc de Messi (79e). Les Catalans pouvaient malgré tout pester contre un arbitrage très laxiste. Car le tacle par derrière de Sneijder sur Alves (83e) ou le contact viril de Samuel sur Pique (87e) auraient mérité d'être sanctionnés. 
Le Barça a donc un genou à terre. Mais au Camp Nou, les Catalans sont capables de tout. Même si l'Inter a démontré à Chelsea qu'elle pouvait tenir un résultat, même si ce mardi, les hommes de Guardiola ont souffert face à la rigueur lombarde, la vérité d'un match aller n'est pas toujours celle du retour. En 2000, face à Chelsea, le Barça s'est déjà sortie d'une situation aussi périlleuse. Battue 3-1 à Stamford Bridge, les Catalans récitaient une leçon au retour (5-1). L'Inter est prévenue.
Ligue des champions
Clattenburg s'illustre encore
04/11/2010 À 07:48
Ligue des champions
L'Inter diminuée
31/10/2010 À 17:05