AFP

Bâle : le petit Poucet s'est qualifié

Bâle : le petit Poucet s'est qualifié
Par Eurosport

Le 08/12/2011 à 23:02Mis à jour Le 09/12/2011 à 13:19

Le FC Bâle devait battre l'ogre Manchester United pour se qualifier. Grâce à des buts de Streller et de Frei, les Suisses ont réalisé un exploit magnifique au Parc Saint-Jacques (2-1). Retour sur la performance majuscule de l'équipe de Heiko Vogel, qui clôt une superbe phase de poule.

Lorsque le tirage des phases de poule de la Ligue des Champions est tombé, on donnait peu de chances à Bâle de sortir de ce groupe avec Manchester United, vainqueur de cette compétition à trois reprises (1969-1999 et 2008), mais aussi Benfica demi-finaliste de la dernière Europa League et habitué à la Ligue des Champions. Le champion de Suisse en titre avait connu ses heures de gloire avec une qualification pour la deuxième phase de poule en 2003 après un nul épique à Anfield contre Liverpool (3-3), et bien avant cela avec une élimination en quarts de finale en 1974 de la Coupe des Clubs Champions contre le Celtic Glasgow.

Durant toute cette campagne européenne, les Bâlois ont montré qu'ils n'écrasaient pas le Championnat Suisse par hasard, une compétition où ils restent sur sept succès consécutifs. Le premier exploit bâlois en Ligue des Champions a eu pour cadre Old Trafford. MU menait 2-0 à la mi-temps mais les Helvètes ont trouvé d'incroyables ressources pour revenir et même reprendre l'avantage par Alexander Frei (auteur d'un doublé), Ashley Young n'a égalisé pour MU à la 90e (3-3). On a vu ce soir-là tout le potentiel offensif de cette équipe avec un Alexander Frei toujours aussi efficace devant le but, Streller le battant altruiste et Fabian Frei, très souvent décisif. Ce jour-là, Shaqiri ne jouait pas.

Shaqiri avait prévenu

Mercredi soir, dans un Parc Saint-Jacques plein à craquer (guichets fermés), les Bâlois ont mis tous les ingrédients qu'on avait vus depuis le début de la compétition. Tout d'abord une solidité défensive exceptionnelle, Ashley Young a été étouffé sur son aile gauche, Rooney a mis plus d'une mi-temps avant d'être dangereux, Park et Giggs ont été transparents. Seul Nani a fait une partie exceptionnelle et a mis à mal plus d'une fois Park Joo-Hoo sur le couloir droit. Mais Bâle n'a pas fait que défendre loin de là. Le duo Xhaka-Cabral a récupéré de nombreux ballons et a joué vite vers l'avant. Le plus souvent, c'est Shaqiri qui a déclenché les actions les plus dangereuses avec de nombreux dribbles réussis et des centres dangereux pour l'arrière garde mancunienne.

Déjà historique

Le jeune prodige du FC Bâle, courtisé par de nombreux clubs, a confirmé tout son potentiel et n'a pas hésité à tenter plusieurs fois sa chance. Devant, Streller et Frei ont parfaitement terminé ce travail collectif en marquant tous les deux. Alexander Frai a été ovationné, logiquement, à trois minutes du terme, il aurait même pu s'offrir un doublé comme à l'aller, sans une parade de De Gea sur un magnifique coup franc qui se logeait dans la lucarne. La réduction du score en fin de match de Jones n'a rien changé à l'abnégation du FC Bâle. Les 38.500 spectateurs pouvaient exulter. Le FC Bâle est en huitièmes de finale de la Ligue des Champions et a écrit, quoi qu'il arrive maintenant, une des plus belles pages de son histoire.

0
0