Getty Images

Il a quitté Barcelone et snobé les clubs anglais pour rejoindre Zagreb, qui est Dani Olmo ?

Il a quitté Barcelone et snobé les clubs anglais pour rejoindre Zagreb, qui est Dani Olmo ?

Le 18/09/2019 à 00:07

À l’heure où des ailiers espagnols comme Lucas Vázquez ou Pablo Sarabia débutent la Ligue des champions 2019/2020 dans un top club européen, un autre compatriote fait pour le moment office de véritable OVNI : Dani Olmo, devenu en cinq ans le facteur X du Dinamo Zagreb.

À toute première vue, sa silhouette mince, sa peau blanche comme neige et ses cheveux blonds pourraient laisser croire que le garçon est croate depuis la naissance. Pourtant, l’incertitude naît à la révélation de son état civil : Daniel Olmo Carvajal, un nom de famille qui évoque à coup sûr des racines hispaniques. Au niveau linguistique, "el olmo" se traduit en français par l’orme, un arbre en voie de disparition pouvant mesurer trente mètres de hauteur et qui fournit un excellent bois d'œuvre, très recherché par les ébénistes. Depuis Zagreb, Olmo s’est, quant à lui, trouvé une terre d’accueil pour poursuivre sa croissance, et il y a fort à parier que le joueur de 21 ans puisse prochainement récolter le fruit de ses efforts par le biais de l’Europe.

Les gammes de La Masia, puis l’exil à l’adolescence

Pour mieux comprendre l’original parcours de Dani Olmo, il faut s’arrêter sur son réel lieu de naissance : Terrassa, commune espagnole située en Catalogne à une bonne vingtaine de kilomètres de Barcelone. Sous l’aile de Miquel, son père et entraîneur du FC Terrassa, le footballeur en herbe détonne par ses capacités de créativité et d’explosivité. Très tôt, l’Espanyol et le FC Barcelone ne tardent pas à vouloir prendre en charge l’avenir du garçon. Si les Pericos sont les premiers à attirer le phénomène dans les mailles de leur filet, Dani cède aux sirènes du Barça quelques mois plus tard et s’engage chez les Blaugranas dès... 9 ans. Le voilà devenu membre de la prestigieuse école de La Masia à l’époque où Ludovic Giuly, Ronaldinho et un certain Leo Messi enflamment la pelouse du Camp Nou.

Dani Olmo, vainqueur de l'Euro U21

Dani Olmo, vainqueur de l'Euro U21Getty Images

Pendant six saisons, Dani Olmo va peaufiner son jeu à travers les différentes catégories d’âge. S’il est capable d’évoluer à tous les postes à vocation offensive, ses deux dernières années chez les U16 et U17 du Barça jouées au poste d'ailier sont particulièrement réussies malgré des tensions déjà palpables au sujet de son avenir proche. Par ses performances, le joueur acquiert une notoriété internationale au moment de passer à un contrat professionnel à l’été 2014. Trois clubs anglais et le Dinamo Zagreb l’approchent, et c’est précisément à ce moment que Miquel va donner de bonnes raisons à son fils de quitter Barcelone et changer de cap. "En Angleterre, les clubs proposaient une prise en charge économique intégrale pour la famille, mais nous n’avions pas besoin de cela, expliquait le paternel pour El País en juillet dernier. De son côté, le Dinamo offrait un projet sportif plus adéquat." Et voilà comment se lance l’aventure croate.

Barisik : "Dani est meilleur que Prosinečki ou Boban au même âge"

Depuis plusieurs générations, le Dinamo Zagreb est connu pour charpenter les futurs cracks nationaux capables d’enflammer les championnats européens majeurs. Si Miquel identifie davantage les leaders croates charismatiques de son époque via Robert Prosinečki ou Zvonimir Boban, le papa sait également que le Madrilène Luka Modrić perpétue la tradition des magiciens formés au sein du Dinamo. Aussi, Miquel place son fils dans le deuxième club le plus exportateur de joueurs en Europe derrière l’Ajax Amsterdam, offrant donc la possibilité au fiston de quitter Zagreb quand l’heure sera venue. Mais en attendant, Dani doit monter en puissance dans un championnat mineur aux yeux du Vieux Continent.

En théorie, le gamin de 16 ans doit effectuer un entraînement hebdomadaire avec l’équipe première pour son année d’intégration avant de quitter la réserve l’année suivante. Dans la pratique, le blondin va mettre deux mois à participer de façon quotidienne aux séances du groupe professionnel, puis effectue sa première apparition dans la Prva Liga dès janvier 2015. Pour le clan Olmo, le pari de l’acclimatation penche vers la réussite même si tout n’est pas encore rose dans la vie à Zagreb. Malgré les cours de croate, Dani manque encore d'automatisme dans le onze-type du Dinamo où certains ailiers bénéficient d’un temps de jeu supérieur malgré un niveau footballistique moindre.

Dani Olmo (Dinamo Zagreb)

Dani Olmo (Dinamo Zagreb)Getty Images

En conférence de presse, le président du club Mirko Barisik va donc opter pour la méthode Coué en direction de l’Espagnol, quitte à lui ajouter de la pression sur les épaules en une simple phrase : "Dani est meilleur que Prosinečki ou Boban au même âge." Au moins, les choses sont claires : Olmo doit évoluer en tant que numéro 10 de l’équipe et oublier temporairement les couloirs. Une responsabilité que le principal intéressé va endosser avec succès : depuis son arrivée au Dinamo, Olmo cumule 30 buts et 25 passes décisives en 108 matchs toutes compétitions confondues. Un alléchant ratio dont la fédération croate aurait bien aimé profiter, mais l’attachement d’Olmo pour son Espagne natale reste inchangé, d’autant plus depuis l’été dernier.

L’Euro, les millions et le beau au bois dormant

Un temps oublié par l’Espagne U19, Dani Olmo fait son retour au pays avec les U21 en octobre 2018, où il participe à six matchs officiels ponctués par cinq victoires et un match nul. Ses bonnes performances lui valent d’être appelé par le sélectionneur Luis De La Fuente pour aborder le championnat d’Europe en Italie. Grandissime favorite, l’Espagne chute d’entrée contre le pays organisateur (3-1) où Olmo assiste à la défaite des siens en spectateur depuis le banc de touche. Bénéficiaire de ce couac, Olmo sera placé titulaire à chaque rencontre suivante et va inscrire trois buts, dont un en demi-finale contre la France (4-1) et un autre en finale face à l’Allemagne (2-1). Champion d’Europe U21, le joueur éclate à la face du monde et suscite de plus en plus d’intérêt.

Très vite, des grosses écuries toquent à la porte du diamant poli à l’Est : Valence, l’Atlético de Madrid, Manchester United, l’AC Milan, l’Ajax et même le FC Barcelone viennent tâter le terrain. "Nous n’allons pas céder devant une grande équipe qui nous propose beaucoup d’argent pour nous convaincre, assure son père Miquel après le tournoi victorieux. Dani souhaite avant tout du temps de jeu et un projet sportif intéressant." Devant les 40 millions d’euros réclamés par le Dinamo Zagreb en vue d'un transfert, aucun top club n’a osé franchir le pas pour l’instant. De son côté, Olmo a récupéré le brassard des U21 espagnols, vu son salaire multiplié par quatre en club et joue un rôle essentiel dans la présence des Purgeri à la C1 2019-2020 avec déjà 3 buts et 3 passes décisives en cinq rencontres préliminaires. L’orme continue de pousser à Zagreb, mais le jardin sera-t-il bientôt trop étroit ?

dani olmo

dani olmoEurosport

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0