Keylor Navas : 6

Paris a connu un début de match fragile mais son gardien l'a maintenu, comme souvent, sur les rails avec une belle parade (15e). Il signe un nouveau miracle (57e) avant d'encaisser un but sur lequel il ne peut rien.

Trophée des Champions
L'antisèche : L'affront est lavé mais la classe d’écart n’est plus là
HIER À 23:27
  • En bref : Toujours aussi sûr.

"Le PSG vivra et mourra par lui"

Alessandro Florenzi : 6,5

Mais quelle qualité de centre ! L'Italien est un orfèvre. Florenzi a offert une ouverture parfaite de 40 mètres dans l'espace pour Mbappé (19e) et un centre exquis pour Bakker (48e). Derrière, il a vécu une soirée plutôt tranquille.

  • En bref : Décidément une bonne pioche.

Remplacé par Timothée Pembélé (80e).

Marquinhos : 6

Une soirée tranquille où il a dirigé la défense avec autorité. Jamais pris en défaut, le Brésilien a semblé tellement facile qu'il s'est même permis quelques excursions en première période dans des contrées qui ne sont pas les siennes. Touché aux côtes, il a laissé sa place prématurément.

  • En bref : Facile.

Remplacé par Thilo Kehrer (68e).

Marquinhos, intraitable dans les duels avec le PSG

Crédit: Getty Images

Danilo Pereira : 6

Plutôt convaincant dans cette défense à trois, le Portugais soulage surtout dans le jeu aérien. Intraitable dans les airs, il s'est aussi distingué dans son placement toujours juste. Son autorité dans les duels est une précieuse béquille tout comme son jeu long efficace en fin de match.

  • En bref : Une vigie efficace.

Presnel Kimpembe : 5,5

Un contrôle raté devant Gulbrandsen et une sanction immédiate (15e), une hésitation et un nouveau ballon perdu trois minutes plus tard (18e) : Kimpembe a connu un déchet inhabituel en début de rencontre. Il a rapidement rectifié le tir en rayonnant dans sa zone de confort : les duels.

  • En bref : Costaud malgré tout.

Remplacé par Abdou Diallo (80e).

Mitchel Bakker : 5,5

Sa soirée avait mal démarré avec une remise complètement ratée qui aurait pu coûter très cher d'entrée de match (17e). Le Néerlandais a laissé un peu trop d'espaces à ses adversaires directs et le danger est d'abord venu de son aile. Mais il est toujours aussi précieux dans le camp adverse. S'il s'est vu refuser un but pour position de hors-jeu, son opportunisme aurait pu être récompensé sur une belle volée (48e) qui a terminé sur le poteau.

  • En bref : Il doit se montrer plus autoritaire derrière.

Leandro Paredes : 6,5

L'Argentin gagne en épaisseur. Quand il a un gros coffre comme ce mercredi, c'est un autre joueur. Capable de jouer les chiens de garde et de lancer les offensives comme sur cette belle ouverture pour un Mbappé malheureusement hors-jeu (33e). Bien sûr, sa glissade entraine le corner et le but turc (57e). Mais il a livré un match d'une grande consistance.

  • En bref : A l'aise et balèze.

Marco Verratti : 7

Le chef d'orchestre. Il fut le premier à mettre la jambe quand Paris papillonnait en début de rencontre. L'Italien a éclaboussé de sa classe le milieu de terrain en trouvant souvent dans le bon tempo ses deux attaquants. C'est lui qui donne le ballon à Neymar sur l'ouverture du score somptueuse du Brésilien.

  • En bref : Paris est transfiguré avec son petit hibou.

Remplacé par Idrissa Gueye (80e).

Rafinha : non noté

Il apporte du liant et de la créativité au milieu à l'image du deuxième but où il lance parfaitement Kylian Mbappé. Parfait entre les lignes, il accélère le jeu et permet d'exploiter au mieux les qualités de percussion en jouant la rampe de lancement du champion du monde, un peu à l'image de Pogba avec l'équipe de France.

Remplacé par Angel Di Maria (45e) : 7

Son pied gauche a encore fait des merveilles. Boudé par Thomas Tuchel au coup d'envoi, l'Argentin s'est vengé avec deux passes décisives. Sa complémentarité avec Mbappé et Neymar a de quoi rendre fou toutes les défenses d'Europe. Ce trio reste l'arme fatale du PSG.

  • En bref : Difficile de se passer de lui.

Kylian Mbappé : 7

Il a d'abord apporté beaucoup de profondeur avec des appels tranchants. S'il a commencé par manquer de justesse dans la finition (19e), Mbappé a fini par inscrire son premier but en 2020 en Ligue des champions sur penalty (42e) avant de conclure dans un fauteuil un mouvement collectif superbe (62e). Un doublé qui le soulagera sans doute même si son dernier duel raté rappelle qu'on l'a connu plus létal.

  • En bref : On lui demande des statistiques. Contrat rempli.

Neymar : 9

Trois buts, un chef d'œuvre, une frappe somptueuse et un autre plein de sang-froid : ils ne sont nombreux à pouvoir signer une telle prestation en Ligue des champions. Intenable, le Brésilien a démarré son match par un enchainement petit pont – frappe enroulée qui a donné le ton d'une fantastique prestation. A l'origine du dernier but, il a offert un dernier caviar à Mbappé (73e) et s'est trouvé à l'origine, et souvent à la conclusion, de la grande majorité des attaques parisiennes. Son dernier quart d'heure fut plus brouillon. Comment lui en vouloir ?

  • En bref : Depuis trois semaines, il est injouable.
Trophée des Champions
Les notes de l'OM : Thauvin et Payet ont surnagé, Radonjic a plongé
HIER À 22:37
Trophée des Champions
Une revanche et un 10e sacre, la soirée idéale du PSG
HIER À 21:54