S'il est de coutume de dire qu'à ce stade de la Ligue des champions il n'y a plus de "petites" équipes, les supporters de Liverpool​préféraient certainement affronter Benfica que le Bayern, Manchester City ou le Real Madrid en quart de finale. Certes, les Portugais se sont défaits de l'Ajax Amsterdam au tour précédent, mais sans produire une prestation spectaculaire. En tout cas, sans bâtir un statut d'outsider solide, comme avaient pu le faire les Amstellodamois en 2019, ou Monaco en 2013.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Jürgen Klopp, sans faire dans la fausse modestie, ne s'est pourtant pas montré confiant outre-mesure en conférence de presse. "C'est une équipe qui aime jouer, prête à prendre des risques" a-t-il analysé. Il a d'ailleurs évoqué un nom en particulier, qui le fera particulièrement trembler mardi soir (21h). Celui de Darwin Nuñez, 22 ans, Uruguayen et attaquant des Aigles. "On va s'assurer qu'il ne touche pas trop le ballon" a promis le technicien allemand.
Premier League
Salah prolonge à Liverpool
01/07/2022 À 15:11

Toutes les qualités de l'attaquant moderne

Car Klopp le sait, dans ce genre de rencontre que Benfica a peu de chances de dominer techniquement, c'est, entre autres, d'un exploit individuel que peut venir le danger. Et Nuñez en est largement capable. Déjà parce que le jeune phénomène lisboète est en pleine bourre cette saison avec ses 21 buts et trois passes décisives en 23 matches de championnat. Ensuite parce que ses qualités et sa fougue sont celles d'un garçon qui peut faire basculer un match difficile.

Darwin Nunez a marqué contre Barcelone avec Benfica

Crédit: Getty Images

Tom Kundert, fondateur du site Portugoal et fin suiveur du football lusitanien, ne tarit pas d'éloges à propos du jeu talent : "C'est un attaquant grand (1,87m, ndlr), actif et énergique, doté d'une fantastique accélération et d'une bonne capacité technique, détaille-t-il. Il peut jouer sur toute la ligne de front, il est bon dans les airs, et c'est un tireur de penalty hors pair."
Malgré son physique imposant, il a de quoi faire exploser des défenseurs sur les premiers mètres et atteindre rapidement une belle vitesse de pointe. Jordi Alba s'en souvient encore. En phase de poule, lors du match aller contre le Barça, Nuñez a d'abord déposé la défense blaugrana sur un appel en profondeur, avant de mettre le latéral gauche espagnol à distance grâce à un passement de jambes et battre Marc-André ter Stegen d'une frappe croisée en bout de course.
Voir le Tweet
Une action qui résume assez bien ses qualités, même s'il ne faut pas le stéréotyper. L'Uruguayen aime parfois dézoner sur les ailes, aller chercher des combinaisons intéressantes, jouer des un-contre-un ou se mettre en position de délivrer une passe décisive. Il a les armes pour devenir un très bon attaquant "moderne". Surtout que le mental semble suivre.

Présent quand il faut

Il a beau être jeune, les grandes échéances de cette année ne l'ont pas effrayé. Double buteur contre le Barça, buteur contre le Bayern et auteur du but décisif contre l'Ajax, il a toujours répondu présent quand il le fallait. Assez pour attirer l'œil de plus gros poissons que Benfica.
Et même s'il grandit vite - il compte déjà neuf sélections avec les A de l'Uruguay et certains le voient comme le prochain Cavani -, pour Tom Kundert, Nuñez présente quelques qualités similaires mais n'est pas comparable à un Erling Haaland 2.0. Parfois auteur de quelques mauvais choix, capable de se précipiter à l'approche de la cage adverse et faisant de temps en temps preuve de manque de finesse, l'ancien d'Almeria a encore de la marge de progression. "Idéalement, je pense qu'une autre saison au Portugal lui ferait du bien, assure Kundert. Pour qu'il devienne vraiment l'homme principal du club et qu'il affine sa finition".

Darwin Nunez et Edinson Cavani avec l'Uruguay

Crédit: Getty Images

Mais plusieurs clubs se sont mis en tête de polir ce talent "brut" en fin bijou. Arsenal et West Ham seraient déjà sur les rangs, et Barcelone avait déjà manifesté un vif intérêt en 2020. Le club lisboète, tout à fait conscient qu'il sera très dur de retenir un tel attaquant quand les sirènes de l'Europe chantent, a déjà fixé son prix : ce sera 80M€ ou rien. Peut-être un peu exagéré pour un attaquant de 22 ans qui n'a encore rien gagné sur le vieux continent. Mais pour toucher gros, il faut réclamer gros. Et puis quoi de mieux pour faire monter les enchères qu'une performance brillante face à Liverpool dans les derniers tours de la plus belle de compétitions européennes ?
Premier League
Fin d'une ère et petite révolution : Darwin change tout à Liverpool
15/06/2022 À 16:35
Premier League
Remplacer Mané par Nunez : Liverpool a-t-il perdu la tête ?
15/06/2022 À 13:18