Soirée historique pour le LOSC. Quinze ans après sa première qualification en huitièmes de finale de la Ligue des champions, le club nordiste a décroché le deuxième ticket de son histoire pour ce stade de la compétition, mercredi soir. Vainqueurs à Wolfsbourg (1-3), les Dogues ont en plus réussi à conserver la première place de leur groupe, ce qui les mettra dans la position la plus "confortable" au moment du tirage au sort. Burak Yilmaz, Jonathan David et Angel Gomes ont marqué de leur empreinte cette magnifique soirée. Le club allemand, de son côté, termine dernier et n'aura donc pas droit à la Ligue Europa. Salzbourg accompagnera les Lillois en huitièmes.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Ligue 1
Bijou de Messi, incorrigible Lopes et ambiance festive : les tops et les flops de la 1re journée
07/08/2022 À 22:34
Au soir de la troisième journée de cette phase de groupes, Lille comptait deux matches nuls et vierge et une défaite à Salzbourg. Deux petits points qui laissaient présager une sortie de route prématurée. Près de deux mois plus tard, les Dogues sont premiers de leur poule, avec onze points, soit autant que le PSG, qui a de son côté terminé deuxième. Il ne s'agit évidemment pas, ici, de comparer les deux formations, et encore moins leurs adversaires dans cette campagne. Mais cela vient mettre encore un peu plus de lumière sur la performance majuscule que viennent de réaliser les hommes de Jocelyn Gourvennec.

Décisif sur 8 des 13 buts du PSG en C1 : "C'est le Mbappé Saint-Germain"

Les bon choix de Gourvennec, la passe de trois pour David

Un technicien breton qui a été l'un des principaux artisans de cette victoire en terre allemande. Sa décision de titulariser Gabriel Gudmundsson devant Reinildo dans le couloir gauche a permis au LOSC de gérer les montées du redoutable Kevin Mbabu pendant une grosse heure. Puis, en fin de rencontre, l'entrée d'Angel Gomes a permis de tuer la rencontre.
Le jeune Anglais a d'abord été passeur décisif pour Jonathan David, au sang glacial pour tromper Koen Casteels et devenir le premier Lillois à marquer lors de trois matches de suite en Ligue des champions (0-2, 72e). Puis il s'est mué en buteur sur un service dans le bon tempo de Jonathan Ikoné, six minutes plus tard (0-3, 78e). Avec, à l'origine, une récupération d'un autre entrant : Amadou Onana.
Avant cela, c'est Burak Yilmaz qui avait tout de suite mis les siens dans de bonnes dispositions, à la conclusion d'un service d'Ikoné – déjà lui – au bout d'un contre supersonique parti d'un corner allemand (0-1, 11e). Pour le reste, Lille s'est fait quelques rares frayeurs, sur coups de pied arrêtés, avec la menace aérienne Wout Weghorst (28e, 42e).

Lille a géré

Mais dans le jeu, le champion de France a rarement été inquiété, trouvant le juste milieu dans la hauteur de son bloc et dans l'utilisation du ballon. La réduction du score de Renato Steffen, après une perte de balle de Renato Sanches, fut anecdotique (1-3, 89e). Les Loups n'ont, d'ailleurs, pas réussi à frapper au but entre la 46e minute de jeu, et le moment où les Dogues ont tué la rencontre.

Un bon match, un miracle et des sorties médiocres : comment le statut du PSG s'est dégradé en poules

Le signe d'une très bonne gestion, notamment mentale, des événements. Lille vient d'enchaîner une huitième rencontre de suite sans défaite, pour une troisième victoire de rang. Et ce sont presque les chiffres les plus anecdotiques d'une soirée qui pèse d'ores et déjà lourd sans l'histoire du LOSC.
Bundesliga
Nkunku, Bayern-Dortmund, succession de Lewandowski… les 9 questions de la saison
03/08/2022 À 21:17
Bundesliga
Kovac rebondit à Wolfsburg
24/05/2022 À 16:07