C'est l'avantage de ces semaines internationales. Il y a le temps pour regarder plus en détail l'équipe de France. Et de s'apercevoir que certains sont, mine de rien, en train de marquer l'histoire des Bleus. Hugo Lloris, notamment. On ne parle malheureusement pas là des trophées ramenés avec l'équipe de France. Son armoire est encore en vierge de ce côté. Mais en termes de longévité, il devient, ou en tout cas est en passe de devenir, un grand monsieur de l'histoire de l'équipe de France. Et oui, déjà. Le tout à 27 ans.

Barthez est dans sa mire

Matches amicaux
Numéro 2, et alors ? Mandanda a passé le cap où il se "prenait la tête avec ça"
12/11/2014 À 11:53

Avec ses 64 sélections, le dernier rempart de Tottenham a déjà dépassé ou est dans le sillage de ses plus illustres prédécesseurs au poste de gardien. Encore très loin de Lilian Thuram et ses 142 sélections, Lloris se rapproche au fur et à mesure de Fabien Barthez, le gardien le plus capé de l'histoire. Le "Divin Chauve", champion du monde 1998 et d'Europe 2000, s'est arrêté à 87 sélections. Déjà deuxième portier le plus capté de tous les temps en l'équipe de France - devant Joël Bats (50 sélections) ou encore Bernard Lama (44) -,  Lloris ne pointe qu'à 23 sélections de Barthez.

Nom du gardienNombre de sélections en équipe de France
Fabien Barthez87
Hugo Lloris64
Joël Bats50
Bernard Lama44
Georges Carnus36
Grégory Coupet34
Bruno Martini31
Alex Thépot31
François Remetter26
Julien Darui25

Faut-il s'étonner de le voir déjà si proche d'un des plus glorieux Bleus à ce poste si spécifique ? Pas vraiment. Ou en tout cas, cela s'explique facilement. Lancé très jeune dans le grand bain de l'équipe de France par Raymond Domenech, Hugo Lloris n'avait que 21 ans et 10 mois quand il a revêtu la tunique bleue pour la première fois le 19 novembre 2008 pour un France-Uruguay en amical (0-0). Son premier clean-sheet avec les Tricolores, qui contrastait alors avec les dernières sorties avec la sélection de son concurrent Steve Mandanda. Il en appellera d'autres. Car très vite, le natif de Nice est devenu un titulaire indiscutable dans la cage bleue. Contrairement à lui, Fabien Barthez a attendu quelques année et la fin 1996 avant d'être préféré à Bernard Lama et de connaître les plus grandes heures du football français. Barthez aurait pu dépasser la centaine de sélections s'il n'avait pas "sauté" quelques rendez-vous internationaux durant son exceptionnel règne.

Deschamps et Platini aussi ne sont pas très loin

Le plus étonnant finalement, c'est de voir Hugo Lloris compter aussi 40 capitanats avec l'équipe de France. Avoir le brassard n'est pas commun. Le porter autant est rare. Ils ne sont que quatre à l'avoir eu plus souvent en avec les Bleus. Et devant lui, il n'y a que des grands noms de l’équipe de France: Didier Deschamps (54 capitanats), Michel Platini (50), Marcel Desailly (49) et Roger Marche (42). Il lui en manque donc que 15 pour doubler Deschamps ! Le voir porter le brassard n'a pas toujours été une évidence tant le garçon ne possède pas forcément le caractère ou le profil idoine.

Taiseux, timide, discret mais aussi gardien de but - un poste qui ne plait pas à tout le monde pour porter le brassard -, Lloris n'avait pas forcément la gueule de l'emploi. Qu'importe, les évènements et sa régularité ont joué pour lui. A une époque où les candidats n'étaient pas légion, il a été intronisé capitaine de l'équipe de France par Laurent Blanc après le fiasco du Mondial sud-africain puis établi comme "titulaire" du brassard à quelques mois de l'Euro 2012. Depuis, Deschamps l'a confirmé. Et voilà comment Hugo Lloris se retrouve à avoir porté le brassard lors de deux compétitions majeures (Euro 2012, Mondial 2014).

Didier Deschamps et Hugo Lloris en conférence de presse avant France - Espagne

Crédit: AFP

Finalement, s'il doit cette continuité à son talent et malgré la concurrence à son poste, une anomalie fait tache : son absence de palmarès. Tous les glorieux Bleus dont il se rapproche que ce soit dans le classement des gardiens les plus captés ou pour les capitanats ont gagné quelque chose (Coupe du monde, Euro) ou joué une demi-finale de Coupe du monde. Lloris ne possède, lui, pour le moment que des quarts de finale à son tableau en Bleu. Et ce n'est pas son  palmarès en club (Coupe de France 2012, Trophée des champions 2012 avec Lyon) qui sauve les meubles. Il a encore quelques années pour tenter de corriger ça. Histoire de rejoindre ses aînés dans d'autres domaines que la longévité.

Ballon d'Or
Pourquoi le podium du Ballon d’Or semble encore inaccessible pour Benzema
11/11/2014 À 17:45
Matches amicaux
Schneiderlin: "Je n'ai jamais eu envie de changer de nationalité"
11/11/2014 À 16:40