LE BILAN
Lieu : Espagne
Nombre de matches joués : 3
Bundesliga
Après une deuxième partie de saison catastrophique, Hoffenheim limoge Hoeness
IL Y A 40 MINUTES
Nombre de victoires : 2
Nombre de défaites : 1
Nombre de buts marqués : 5
Nombre de buts encaissés : 5
LES MATCHES
16 juin 1982 (Stade Molinon : 42.000 spectateurs)
Buts : Madjer (54’), Rumenigge (64’), Belloumi (68’)
RFA : Harald SCHUMACHER, Hans-Peter BRIEGEL, Paul BREITNER, Karl-Heinz FOERSTER, Wolfgang DREMMLER, Pierre LITTBARSKI, Horst HRUBESCH, Karl-Heinz RUMMENIGGE, Felix MAGATH (Klaus FISCHER-82'), Uli STIELIKE, Manfred KALTZ Entraîneur DERWALL
Algérie : Mahdi CERBAH, Mahmoud GUENDOUZ, Noureddine KOURICHI ; Chaabane MERZEKANE, Salah ASSAD, Ali FERGANI, Lakhdar BELLOUMI, Rabah MADJER (Salah LARBES -88'), Djamel ZIDANE (Tedj BENSAOULA -63'), Mustafa DAHLEB, Faouzi MANSOURI Entraîneur ROGOV/KHALEF
21 juin 1982 (Stade Oviedo : 22.000 spectateurs)
Buts : Schachner (55’), Krankl (67’)
Autriche : Friedl KONCILIA, Bernd KRAUSS, Erich OBERMAYER, Josef DEGEORGI, Bruno PEZZEY, Roland HATTENBERGER, Walter SCHACHNER, Herbert PROHASKA (Heribert WEBER -81'), Hans KRANKL, Reinhold HINTERMAIER, Ernst BAUMEISTER (Kurt WELZL-45') Entraîneur : SCHMIDT
Algérie : Mahdi CERBAH, Mahmoud GUENDOUZ, Noureddine KOURICHI, Chaabane MERZEKANE, Salah ASSAD, Ali FERGANI, Lakhdar BELLOUMI (Tedj BENSAOULA -65'), Rabah MADJER, Djamel ZIDANE, Mustafa DAHLEB (Djamel TLEMCANI-76'), Faouzi MANSOURI Entraîneur ROGOV/KHALEF
24 juin 1982 (Stade Oviedo : 22.000 spectateurs)
Buts : Assas (7’ et 31’), Bensaoula (35’), Neira (59’), Letelier (73’)
Chili : Mario OSBEN, Rene VALENZUELA, Vladimir BIGORRA, Elias FIGUEROA, Rodolfo DUBO, Eduardo BONVALLET (-38’ Mario SOTO), Gustavo MOSCOSO, Carlos CASZELY (Juan LETELIER -38'), Patricio YANEZ, Mario GALINDO, Miguel NEIRA Entraîneur SANTIBANEZ (CHI)
Algérie : Mahdi CERBAH, Mahmoud GUENDOUZ, Noureddine KOURICHI, Chaabane MERZEKANE, Salah ASSAD, Ali FERGANI, Tedj BENSAOULA, Rabah MADJER, Salah LARBES, Faouzi MANSOURI (Mustafa DAHLEB -73'), Abdelmajid BOUREBBOU (Hocine YAHI -31') Entraîneur ROGOV/KHALEF
Belle prestation que celle des camarades de l’artiste Belloumi. Pris de haut par des Allemands, Breitner allant même jusqu’à insinuer que ses coéquipiers pourraient remporter la rencontre en smoking, les Fennecs surprennent le monde entier en l’emportant sur le score de deux buts à un. Avec les bonnes performances du Cameroun, l’Afrique prouve qu’elle mérite mieux que deux places à la Coupe du Monde. De son côté, l’Algérie devient le premier arabo-africain à l’emporter sur une Nation ayant déjà remporté au moins une fois une Coupe du Monde de football.
La seconde rencontre de l’Algérie est un énorme gâchis. Peut être émoussés par leur duel épique face à la RFA, ou péchant par excès de confiance après leur exploit trois jours auparavant, les Algériens sont battus par une redoutable équipe d’Autriche menée par deux virtuoses du ballon rond : Schachner (qui joua à l’Inter) et Hans Krankl (qui joua au Barça).
Mais que dire de la troisième rencontre, celle de tous les regrets ! Les Fennecs mènent par 3-0 après 35 minutes de jeu. Se croyant déjà qualifiés pour le second tour, les protégés de Khalef sombrent ensuite dans l’approximation et frôlent la catastrophe. Au final, une victoire 3-2, insuffisante malheureusement après la mascarade de Gijon et cette triste rencontre entre la RFA et l’Autriche.
LA STAR : Salah Assad
Si les experts en football ont plus tendance à évoquer les cas de Madjer et Belloumi, c’est très certainement Assad qui a été le meilleur joueur algérien dans cette coupe du monde. Ailier de génie, connu pour son fameux « ghorraf », un dribble surgi de nulle part, l’ancien sociétaire de Kouba, de Mulhouse et du PSG éblouit le monde entier par ses arabesques aussi brillantes que surprenantes d’audace. Auteur d’une passe décisive face à la RFA et d’un doublé face au Chili, Salah Assad rejoint dès la fin de la Coupe du Monde la France pour entamer une carrière professionnelle bien en-deçà de ses espérances.
LE CHIFFRE : 22.000
Il s’agit en l’occurrence du nombre de spectateurs qui assistent au stade Molinon de Gijon à une rencontre qui fait honte au football mondial. Déjà au courant du résultat de l’Algérie face au Chili, la RFA et l’Autriche savent qu’une victoire 1-0 des Allemands suffit pour qualifier les deux équipes. C’est ce qui se passe effectivement au grand damne des 22.000 spectateurs qui, ulcérés par pareille manigance, agitent les mouchoirs blancs et crient FUERA…FUERA (dehors, dehors), pour fustiger cette véritable mascarade. Mais les Algériens n’ont qu’à s’en vouloir à eux-mêmes. S’ils avaient fait le nécessaire face au Chili, ce complot aurait été impossible à fomenter.
Football
Mendy absent lors d'une audience préliminaire à Chester
IL Y A UNE HEURE
Ligue 1
Affaire Gueye : après l'embarras, quelle sortie de crise ?
IL Y A 7 HEURES