Getty Images

Manchester United est-il devenu un club moyen ?

Manchester United est-il devenu un club moyen ?

Le 16/12/2018 à 15:19

PREMIER LEAGUE - Depuis le départ à la retraite de Sir Alex Ferguson, Manchester United a grandement perdu de sa superbe. Jusqu'à se retrouver cette saison loin des sommets, avant même la fin de la phase aller. Et, surtout, avant un périlleux déplacement à Liverpool, dimanche à 17 heures. Et si MU n'était plus une force vive de la Premier League ?

Depuis 1990 et le dernier sacre des Reds en Premier League, Liverpool a souvent quitté le terrain le rouge au front après avoir croisé le fer avec Manchester United. En un peu plus de deux décennies infernales, les pensionnaires d'Anfield ont surtout subi la plus dingue des "remontada", passant de 18 titres de champion contre 6 à MU à un 18-20 inimaginable et immortalisé par ces mots d'Alex Ferguson au plus fort de la domination de ses hommes : "Mon plus grand défi, ce n'était pas ce qui se passe en ce moment. Mon plus grand défi, c'était de faire tomber Liverpool de son p… de piédestal !"

En 2013, Sir Alex Ferguson a quitté la scène. Et Manchester United a bien changé. Jusqu'à se retrouver à seize points de Liverpool, leader avant cette 17e journée. Un tel écart entre les deux clubs à la défaveur des Red Devils, l'Angleterre n'en avait plus été témoin depuis… 1990. Liverpool mettait alors un point final à quinze années couronnées de triomphes en tout genre (4 victoires en C1, 1 en C2, 10 titres de champion d'Angleterre, 2 Coupes d'Angleterre et 4 Coupes de la Ligue). Manchester United était proche de reprendre le flambeau, même si personne ne pouvait alors le prédire.

Vidéo - Mourinho, clash avec les stars

01:43

Seize points derrière Liverpool

Aujourd'hui, alors que Liverpool joue des coudes avec City en tête de la Premier League, aucun augure n'imagine Manchester United retrouver de sa superbe dans un laps de temps raisonnable. Le club vivote à une 6e place qui le rapproche plus du ventre mou du championnat que d'un strapontin pour la Ligue des champions. Le pire dans tout ça ? C'est qu'on a l'impression que l'Angleterre a fini par s'y faire. Manchester United est rentré dans le rang et ressemble au commun des mortels, si l'on détourne les yeux du portefeuille toujours bien épais des Diables Rouges. Et à condition de ne pas avoir les orbites rivés sur les combats de coqs opposant quasiment quotidiennement José Mourinho et Paul Pogba, acteurs principaux d'un "Dallas" à la sauce mancunienne qui compte déjà trop d'épisodes d'une qualité douteuse.

A la décharge de Mourinho, prolongé jusqu'en 2020 (avec une année supplémentaire en option), le Portugais marche dans les pas de ses prédécesseurs David Moyes ou Louis van Gaal, incapables d'assumer l'héritage de Ferguson et de redonner un vrai allant à une équipe qui n'a terminé sur le podium de Premier League qu'une fois depuis 2013, année de son dernier titre. C'était l'an dernier. Grâce au Special One. Force est de constater que l'embellie fut de courte durée.

Vidéo - Klopp n'a que du bien à dire de Mourinho

00:34
" Ils redeviendront une puissance dominante"

L'Angleterre s'est-elle résignée à voir MU loin des sommets anglais ? Elle est surtout fatiguée de ce Manchester-là, ennuyeux au possible, et attend épilogue de l'ère Mourinho ou de celle de… Pogba. "Il faut que quelque chose se passe. Ce n'est plus possible, juge Benjamin Grounds, journaliste à Eurosport.co.uk. Le couple Mourinho - Manchester United a vécu… il n'y a qu'à voir le match de Ligue des champions de mercredi à Valence. Un horrible amalgame des politiques successives de MU sur le marché des transferts. On attend avec curiosité de voir comment l'histoire va se terminer. Mon avis est que si l'écart continue à se creuser, la direction agira avant la fin du contrat de José Mourinho. Sinon, Paul Pogba partira avant, pour permettre au Portugais de construire une équipe à son image."

Sportivement, MU est loin du compte. Médiatiquement, le club du nord de l'Angleterre n'est en revanche pas près de disparaître de la carte. Mourinho ou pas. Pogba ou pas. "Même si MU dégringolait, il resterait un sujet de grand intérêt pour la presse britannique. Manchester, c'est Leeds, Nottingham et les autres géants endormis multipliés par cent", juge Benjamin Grounds. De toute manière, après la pluie vient le beau temps. "Leurs rivaux pensent qu'ils sont sur la pente descendante et deviennent un club moyen. Mais leur histoire rappelle que ça ne dure jamais avec MU, pense Marcus Foley (Eurosport.co.uk), faisant référence aux années 70 et 80 irrégulières des Red Devils. Aujourd’hui, ils sont trop puissants, financièrement parlant, pour rester dans ce marasme. Ils redeviendront une puissance dominante. C'est inévitable". Reste à savoir quand. Et avec qui.

La joie des joueurs de Liverpool, vainqueurs de Manchester United (4-1) lors de l'International Champions Cup

La joie des joueurs de Liverpool, vainqueurs de Manchester United (4-1) lors de l'International Champions CupGetty Images

0
0