José Mourinho attend son cadeau. Et pour célébrer l'anniversaire de sa première année sur le banc de Tottenham, le Portugais connaît déjà le présent idéal : une victoire face au Manchester City de Josep Guardiola. Pas seulement pour la saveur unique d'un succès sur "Pep", son plus grand rival. Surtout pour la confirmation des ambitions nouvelles de Tottenham. Enfin, pas si nouvelles que ça. Dès son arrivée, "Mou" avait annoncé sa volonté de jouer le titre lors de cette saison 2020-21. Un rêve qui semblait impossible pour un club alors 14e de Premier League. C'est moins net aujourd'hui.

Profitez de notre offre Black Friday pour vous assurer de ne manquer aucun moment des Masters 2020 !

Premier League
Guardiola : "Messi ? Je veux qu'il finisse sa carrière au Barça mais…"
20/11/2020 À 16:55

Tous les feux sont au vert pour Tottenham et cela ne date pas d'hier. La série de sept matches sans défaite (cinq victoires et deux nuls) qui a propulsé les Spurs à la deuxième place du classement n'est pas forcément due au hasard. Elle traduit la régularité des Londoniens sur une période plus longue. Depuis l'arrivée de Mourinho, ils ont pris 62 points en 34 matches. Seuls Liverpool (82) et Manchester City (68) ont fait mieux sur cette période. Et il y a des raisons de penser que Tottenham peut encore réduire cet écart. Et, pourquoi pas, décrocher enfin un titre de champion qui lui échappe depuis 50 ans.

Un groupe nettement plus étoffé

Les Spurs se sont en tout cas donnés les moyens de leurs ambitions. Ils ont profité du dernier mercato pour bâtir un effectif XXL en renforçant tous les secteurs sans exception. L'expérimenté Joe Hart est arrivé libre de Burnley pour jouer les doublures de Hugo Lloris. Joe Rondon, Sergio Reguilon et Matt Doherty sont venus densifier la défense. Au milieu, Mourinho a obtenu ce qu'il voulait avec la signature de Pierre-Emile Höjbjerg et la levée de l'option d'achat sur Giovani Lo Celso. Même chose en attaque avec le retour au bercail de Gareth Bale, prêté par le Real Madrid.

Pour Pogba et Giroud, l’inquiétude grandit (et il n'y a pas de raison que ça change)

Tottenham y a mis le prix. Le montant total de ses investissements estivaux dépasse les 110 millions d'euros quand celui de ses revenus n'atteint pas les 15 millions d'euros, avec la seule vente de Kyle Walker-Pieters. Mais le résultat est là. Tous les postes sont doublés, parfois triplés, et les Spurs ont désormais la profondeur d'effectif essentielle pour combattre sur tous les fronts, que ce soit dans les compétitions domestiques ou la Ligue Europa. Et, surtout, pour rivaliser enfin avec les prétendants à la couronne d'Angleterre.

Des chiffres prometteurs

Avoir l'effectif est une chose, en tirer le meilleur en est une autre. José Mourinho semble plutôt sur la bonne voie de ce point de vue. Cela se lit dans les statistiques de Tottenham. Les Spurs possèdent la deuxième attaque du championnat avec 19 buts inscrits, un de moins que Chelsea. Et avec 9 buts encaissés, ils ont la défense la plus imperméable de Premier League avec Aston Villa, Manchester City, Wolverhampton et Leicester. Si Tottenham peine à trouver son rythme à domicile (1 victoire en 4 matches), sa capacité à bien voyager (4 victoires en 4 matches) l'autorise à voir loin.

Ce qui peut pousser Messi vers Guardiola

Les chiffres sont prometteurs et traduisent la qualité collective de la formation londonienne. Au sein de laquelle de nombreux joueurs tournent déjà à plein régime. Harry Kane (7 buts, 8 passes décisives) et Heung-Min Son (8 buts, 2 passes décisives) marchent littéralement sur l'eau depuis le début de la saison. Mais il y a d'autres signes positifs. Comme le retour en forme de Tanguy Ndombele après une première saison délicate. Ou les débuts prometteurs de Sergio Reguilon, déjà auteur de deux passes décisives. Les hommes de Mourinho sont performants et son collectif l'est tout autant.

Bale, l'individualité qui peut tout changer

Le début de saison de Tottenham est particulièrement encourageant. Mais le meilleur est peut-être à venir. Car les Spurs semblent enfin en mesure de ne plus être exclusivement dépendants du rendement d'Harry Kane. C'est déjà le cas avec le début de saison de feu de Son. Cela pourrait être encore plus net quand Gareth Bale sera à 100%. L'ancien Madrilène est resté trop longtemps au frigo dans la capitale espagnole pour donner la pleine mesure de son talent. Mais les prémices de son retour en premier plan sont là.

Bale est d'un autre calibre quand il est au sommet de sa forme. Et dans un trio d'attaque qui fait déjà saliver avec Kane et Son, le Gallois peut être ce facteur X qui change tout. "S'il reste en bonne santé, il va certainement élever Tottenham à un autre niveau en Premier League et dans les autres compétitions cette saison", résumait cette semaine Steve McManaman, l'ancien ailier de Liverpool et du Real, dans les colonnes de l'Evening Standard. Que Bale reste en bonne santé est un énorme pari. Mais s'il est gagnant, ces Spurs peuvent nourrir les plus grandes espérances.

Icône vs bouc émissaire : jusqu'où le malaise Messi-Griezmann ira-t-il ?

Premier League
Un choc décevant et les Spurs prennent la tête
29/11/2020 À 18:23
Premier League
Oubliez ses stats : En 10, Ndombele a trouvé sa place
29/11/2020 À 07:51