Dans une vie, il y a des rendez-vous à ne pas manquer. Le genre d'évènements qui sont marqués d'une croix blanche sur son agenda depuis des mois. Et dans la carrière d'un footballeur, ils peuvent être multiples. Prenez Karim Benzema. Entre ses finales de Ligue des champions, les Clasicos, les matches où il a joué un titre ou encore toutes ses premières – en club comme en sélections –, il les collectionne. Mais il sait aussi que ce n'est pas qu'une histoire de trophées ou d'enjeux. Dans le lot, il y a également des matches forts en émotions, comme celui qu'il va disputer ce mardi avec l'équipe de France.
Bien sûr, chaque sélection depuis son retour aussi surprenant que tonitruant juste avant l'Euro 2020 a déjà une saveur particulière pour lui. Les années de frustration loin de l'équipe de France pendant près de cinq ans ont décuplé son désir de briller sous la tunique bleue. Cela se ressent. Mais mardi soir, Karim Benzema va surtout rejouer à Lyon ! Dans sa ville de cœur. Sa région natale où il conserve de nombreuses attaches tant familiales qu'amicales. "Ce sera très spécial. Rentrer dans ma ville, là où tout a commencé pour moi... ", salivait-il déjà dans Téléfoot dimanche.

Mbappé, Benzema, Griezmann : "Ca nous a déjà coûté un Euro…"

Equipe de France
Le Graët ouvre la porte des Bleus à Zidane : "Tout le monde y pense pour l'après-Deschamps"
30/11/2021 À 17:16
J’ai envie de faire de belles choses pour le public
Ce France – Finlande n'est clairement pas un match comme les autres. Ce sera d'ailleurs le premier de celui qui été formé par l'Olympique Lyonnais dans le nouveau stade des Gones, à Décines. Il aurait surement préféré revenir à Gerland où il s'est fait un nom en accumulant les prouesses et les titres de champions de France (4) avec l'OL dès son plus jeune âge. Mais ce n'est pas ça qui va gâcher son plaisir, loin de là. "Je suis super-content, j’ai envie de faire de belles choses pour le public", prévient-il dans Le Progrès. Et écrire que l'attente est réciproque est un doux euphémisme. Il faut dire que Benzema n'a pas pu faire parler ses talents sur une pelouse lyonnaise depuis longtemps maintenant. Trop longtemps aux goûts de certains.
Forcément, Benzema, qui n'a joué qu'un match en Bleu à Lyon (ndlr : un amical en 2009 avant de partir au Real), a manqué les deux derniers rendez-vous de l'équipe de France en terres rhodaniennes, en 2016 face à l'Irlande et en 2018 contre les Etats-Unis. Et avec le Real Madrid, il faut remonter à 2013 lors d'un match amical à Gerland pour trouver traces des crampons de KB9 à Lyon. Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts. Et Benzema a bien changé. Humainement mais aussi footballistiquement. En tout logique. On n'est pas le même à 26 ans qu'à 33. Entre-temps et pour diverses raisons que tout le monde connaît, il a ainsi grandi et mûri. "Je suis père de famille, beaucoup de choses ont évolué dans ma vie", a-t-il reconnu dans Le Progrès.

"Ces Bleus sombrent dans une forme d'embourgeoisement"

Des Bleus dans le dur, la complémentarité du trio : Le contexte n'est pas forcément idéal

Si ce match sera "un moment particulier sur le plan émotionnel" selon Didier Deschamps, il y a cependant un petit hic dans ce joli tableau. Benzema aurait sûrement aimé revenir dans un autre contexte. Car les Bleus ne sont plus vraiment les mêmes. L'échec à l'Euro a été un "coup d'arrêt" dixit Hugo Lloris. Et les champions du monde, redescendus brutalement de leur nuage, ont vu leur dynamique se casser. Depuis, ils accumulent les nuls décevants. L'heure est à la remise en question. Et comme souvent, Karim Benzema se retrouve dans les discussions.
Malgré son Euro réussi individuellement ponctué notamment par ses deux doublés contre le Portugal (2-2) et la Suisse (3-3, 7-8 aux t.a.b.) ou encore sa capacité à changer la donne dans les transitions, sa présence lève en effet quelques questions. Pour certains, son retour a pu chambouler l'osmose ou l'équilibre des Bleus. Et c'est notamment lié à son trio pourtant si prometteur avec Antoine Griezmann et Kylian Mbappé.
Leur association tarde à démontrer une harmonie rayonnante. Elle a même été décevante à l'Euro et ça s'est confirmé face à la Bosnie jeudi dernier. Il ne jaillit pas encore l'étincelle tant espérée pour permettre aux champions du monde de retrouver tout leur tranchant. Pire : depuis, l'animation tricolore patine.

Mbappé, Benzema, Griezmann

Crédit: Getty Images

J'espère marquer
En l'absence de Kylian Mbappé – qui a été libéré après le premier match suite à une petite gène -, la relation de KB9 avec Antoine Griezmann sera ainsi encore scrutée ce mardi à Lyon. Comme toujours maintenant. "Dans la relation technique et la complémentarité, je n'ai pas de soucis à me faire là-dessus, répond Didier Deschamps. Après, ce sont des enchaînements. Et ils sont aussi dépendants de ce qui se passe autour d'eux et derrière". Une manière de détourner les débats. Et de ne pas vraiment se positionner alors qu'Antoine Griezmann a par exemple vu son influence sur le jeu des Bleus diminuer drastiquement ces derniers mois.
Sous pression et convaincu de la complémentarité de ses protégés, Deschamps, qui a laissé Benzema souffler un peu samedi contre l'Ukraine en le lançant juste pour les 25 dernières minutes, espère en fait surtout voir ses protégés lever eux-mêmes quelques doutes sur le terrain. Enfin. Et pourquoi pas dès mardi, histoire que la fête soit vraiment idéale pour l'enfant de la maison ? "C'est un match spécial pour lui, cela ne peut que lui donner encore plus d'énergie positive", a glissé DD au sujet de l'attaquant du Real. Et là, il n'y a aucune question à se poser : "Ma famille et mes amis seront dans les tribunes. J'espère marquer", a déjà prévenu Benzema. Il y a des rendez-vous à ne pas manquer…
Les grands récits
Aimé Jacquet, quatre ans pour une étoile
25/11/2021 À 22:53
Equipe de France
Valbuena charge Le Graët : "Quand je faisais les beaux jours des Bleus, il me léchait les bottes"
24/11/2021 À 18:27