Et dire qu'il a failli tout envoyer valser, faire une pause dans son histoire contrariée avec l'équipe de France. Après un tir au but raté et un Euro pourri, Kylian Mbappé s'est posé beaucoup de questions. Le chemin fut plus long que prévu, tortueux. Dans une carrière lancée comme un bolide, ce premier gros échec a marqué un coup d'arrêt net. Parce que quand on s'appelle Kylian Mbappé, il n'y a jamais de demi-mesure. Il lui a fallu quelques semaines pour reprendre le fil de sa carrière au PSG mais il lui a fallu beaucoup plus de temps pour retrouver ses esprits en équipe de France.
Depuis sa mise sur orbite en Russie en 2018, le gamin de Bondy se cherchait un second souffle en sélection, cet automne lui a enfin permis de prendre une nouvelle dimension. De l'Euro au rassemblement écourté pour une blessure en septembre, Mbappé a traîné d'abord une envie de trop bien faire puis un vrai spleen. Parce qu'il est Mbappé, il a voulu forcer le destin des Bleus en s'enferrant dans des options individuelles comme si la solution devait forcément venir de lui. Il tentait, beaucoup, il ratait, souvent. Mais il fut l'un des rares à secouer une animation offensive dissonante.

"C'est une année très positive" : Deschamps pousse-t-il le bouchon trop loin ?

Equipe de France
Le Graët ouvre la porte des Bleus à Zidane : "Tout le monde y pense pour l'après-Deschamps"
30/11/2021 À 17:16

Une interview et un penalty : tout bascule en deux jours

Son tir au but raté en 8e de finale face à la Suisse a injustement cristallisé les reproches, pas toujours injustes eux, sur ses excès d'individualisme durant la compétition. Le Parisien est sorti blessé de deux semaines qui ont laissé des traces. Il n'était pas guéri en septembre. Rongé par le doute en Bosnie, alors qu'il s'était remis le Parc des Princes dans la poche après un début de saison canon, il a fini par passer son tour après une blessure à un mollet alimentant tous les fantasmes. Trois ans après son explosion à la Coupe du monde, Mbappé était enseveli par le monstre qu'il avait créé, semblait se débattre avec impuissance et se murait dans un silence de plomb qui n'arrangeait pas les jugements, souvent excessifs, sur sa personne.

Anomalie réparée, quadruplé, collectif : Kylian Mbappé a-t-il réussi son meilleur match en Bleu ?

Mais un déclic va tout changer. Une prise de parole nette, sans sous-entendu, dans les colonnes de l'Equipe le 5 octobre. L'avant-centre du PSG déballe tout. "Le message que j'ai reçu, c'est que mon ego nous faisait perdre, que je voulais prendre trop de place, et que sans moi, donc, on aurait peut-être gagné", résume-t-il. Après des mois de silence passés à maugréer son Euro et à attendre un transfert au Real, il a repris la main sur sa carrière. Depuis son interview, il en est à 10 buts et 9 passes décisives en 9 matches. Tout est devenu plus facile, plus fluide. "Vider son sac après les fausses rumeurs et les non-dits, ça aide", a-t-il confirmé dans Téléfoot dimanche dernier.

Ligue des Nations : Le début de sa nouvelle vie en Bleu

Deuxième déclic, deux jours plus tard, en Ligue des Nations face à la Belgique (3-2). Plus léger, libéré d'un poids, il signait son meilleur match depuis le sacre moscovite. Le penalty transformé face à Courtois a semblé enterrer les démons de juin et lancé le début de sa nouvelle vie en Bleu. Trois jours après, il offrait le trophée à la France en marquant le but décisif face à l'Espagne. "Ce qui m'est arrivé cet été, ça m'a forgé, a-t-il confié à Téléfoot dimanche. Prendre coup sur coup un penalty raté et un non -transfert, ça teste votre mental et vos limites. J'ai répondu de la meilleure des manières. Ca m'a renforcé aussi." Le séjour italien des Bleus a éloigné pour de bon les doutes entourant la star du football français.

Kylian Mbappé (France) face à la Belgique

Crédit: Getty Images

Et le dernier rendez-vous de l'année l'a placé dans des standards qui correspondent davantage à l'idée qu'il se fait de sa place dans l'histoire de la sélection. Il a surtout rétabli une anomalie. Avant son quadruplé face au Kazakhstan, une première pour un Bleu depuis 1958, le Parisien n'avait jamais signé plus d'un doublé sous le maillot bleu. Si on y ajoute sa réalisation, sa plus belle en équipe de France, en Finlande, Mbappé a inscrit sept buts lors de ses sept dernières sélections soit autant que lors des 24 précédentes. Mieux, il vient de marquer 44% de ses buts en Bleu depuis la Coupe du monde en Ligue des Nations et lors du double rendez-vous de novembre. C'est dire le volume qu'il a pris en un mois.

Benzema, ça change tout

Non seulement, il est libéré d'un poids et d'une pression toxique mais la présence de Karim Benzema l'aide aussi à prendre sa pleine mesure. "C'est une formule qui marche, a constaté Deschamps après la victoire à Helsinki (0-2). Cela semble facile, parce qu'ils ont cette capacité technique, la complémentarité aussi. Karim a une efficacité redoutable et Kylian confirme le talent qu'il a. Pour l'adversaire c'est compliqué. Je vais les mettre dans des glaçons pour qu'ils soient au frais (sourire)." Complices dès l'Euro, encore fallait-il qu'ils le soient sur le terrain. Il leur a fallu cinq mois pour se régler mais, depuis, c'est un enchaînement de danse à deux.
Benzema parle un football qui convient davantage au Parisien que celui d'Olivier Giroud. Et l'efficacité soudaine de Mbappé, devant le but ou à la dernière passe (quatre caviars lors de ses quatre derniers matches) ne peut être dissociée de cette nouvelle doublette qu'il forme avec le Madrilène. Aujourd'hui, Bucarest n'a jamais semblé aussi loin. Mbappé est passé par les ténèbres pour renaître de façon spectaculaire. Il n'a jamais été aussi bon en équipe de France. Heureusement qu'il n'a finalement pas tout envoyé valser…
Les grands récits
Aimé Jacquet, quatre ans pour une étoile
25/11/2021 À 22:53
Equipe de France
Valbuena charge Le Graët : "Quand je faisais les beaux jours des Bleus, il me léchait les bottes"
24/11/2021 À 18:27