Getty Images

Ne vous fiez pas aux apparences : le gros morceau, c'est l'Islande

Ne vous fiez pas aux apparences : le gros morceau, c'est l'Islande

Le 25/03/2019 à 18:42Mis à jour Le 25/03/2019 à 19:20

ELIMINATOIRES EURO 2020 – Dans un groupe assez peu relevé, la France jouera sans doute la première place du groupe avec l'Islande et, à un degré moindre, la Turquie. Malgré la mauvaise passe actuelle des insulaires et leur timide historique face aux Bleus, ils se présentent comme la principale menace pour les champions du monde.

Ce n'est que l'Islande. 38e nation à l'indice FIFA, reléguée en Ligue B de la Ligue des Nations après une claque reçue face à la Suisse (6-0). Une sélection qui restait sur 432 jours sans remporter le moindre match avant sa victoire en Andorre vendredi (0-2). Un adversaire contre lesquels les Bleus sont invaincus en 13 rencontres. Autant dire que les champions du monde n'ont pas franchement à trembler à l'heure d'affronter les insulaires au Stade de France lundi.

Et pourtant, l'Islande de Gylfi Sigurdsson, numéro 10 à l'ancienne et au toucher soyeux, reste l'adversaire le plus costaud que les Bleus croiseront dans cette phase de qualifications. Un titre qu'elle rafle à la Turquie au vu de ses résultats récents (quart de finaliste de l'Euro 2016, qualifiée pour le Mondial 2018). S'ils se qualifient pour l'Euro 2020, et le contraire semble aujourd'hui improbable, les champions du monde n'auront pas joué beaucoup de matches à haute intensité. Ce France-Islande doit leur permettre de se tester alors que le reste de la troupe hormis la Turquie (Moldavie, Andorre, Albanie) semble beaucoup trop tendre pour renverser l'ordre établi.

Thauvin France-Islande

Thauvin France-IslandeGetty Images

"On aura du répondant"

Pour le dire autrement, le rendez-vous de lundi, contrairement aux apparences, est l'une des rencontres majuscules sur la route de l'Euro. L'entame des éliminatoires a renforcé cette évidence : l'Islande s'est imposée vendredi en Andorre et la Turquie en a fait autant en Albanie, sur le même score de 2-0. La lutte pour les deux premières places qualificatives se jouera avec elles. Donc dès lundi, la pente est censée s'élever.

La France devra se rappeler à quel point les Islandais l'ont faite souffrir à Guingamp en octobre dernier (2-2) lors d'un match amical. Les Bleus étaient déjà champions du monde, l'Islande déjà mal en point mais il a fallu attendre l'entrée en jeu de Kylian Mbappé et les quatre dernières minutes de la rencontre pour décrocher un nul inespéré. "C'est une équipe qui ne lâche rien, c'est dans son ADN, a prévenu Didier Deschamps en conférence de presse. On aura du répondant, c'est une évidence." Contrairement à vendredi dernier où la Moldavie à joué les sparring-partners dociles.

Vidéo - Deschamps sur l'Islande : "Se battre, c'est dans leur ADN"

03:12

C'est aussi pour cette raison que Deschamps devrait aligne son onze type. Avec une incertitude en défense : le sélectionneur pourrait préférer Presnel Kimpembe à un Samuel Umtiti de retour de blessure. Certes, ce n'était que l'Islande mais jusqu'à l'Euro et en compétition, les Bleus ne verront pas mieux.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0