Getty Images

Les notes : Giroud – Griezmann, le bleu leur va si bien

Les notes : Giroud – Griezmann, le bleu leur va si bien

Le 11/10/2019 à 23:20Mis à jour Le 12/10/2019 à 17:58

QUALIFICATIONS EURO 2020 – En difficulté à Barcelone et surtout à Chelsea, Antoine Griezmann et Olivier Giroud ont rappelé en Islande à quel point ils étaient essentiels en équipe de France. Le duo a une nouvelle fois sorti les Bleus d’un sacré traquenard. Les notes des Tricolores.

Steve Mandanda : 6

Le Marseillais a vécu un retour tranquille en équipe de France. Sûr dans ses prises de balle, il est à créditer d’une belle horizontale (30e) sur son seul arrêt du match. Mandanda a diffusé beaucoup de sérénité.

  • En bref… Il a confirmé que les Bleus pouvaient compter sur lui.

Vidéo - "Pour les Bleus, ce ne serait pas commun de se qualifier aussi vite"

01:57

Benjamin Pavard : 5

Moins audacieux que Digne, moins précis aussi, Pavard a fait le job. Coman a très peu bougé de son aile et Pavard a avant tout assuré les arrières du Munichois. Comme lors de la rentrée de septembre, il s’est montré très solide derrière, notamment dans les airs.

  • En bref… Le minimum syndical.

Raphaël Varane : 5,5

Il en faut beaucoup plus pour perturber le défenseur du Real. Jamais pris à défaut hormis sur un duel perdu dans les airs (29e) sur corner, il s’est appliqué à relancer proprement et c'est un de ses longs ballons qui provoque l'action du penalty. Sans génie mais avec beaucoup de sérieux.

  • En bref… A sa main.
Varane (France) en Islande

Varane (France) en IslandeGetty Images

Clément Lenglet : 6

Ses premières relances sont souvent justes et mettent toute l’équipe dans le sens de la marche. Rarement pris en défaut grâce à un sens du placement largement au-dessus de la moyenne, il a géré les maigres velléités islandaises avec beaucoup d’intelligence.

  • En bref… Quelle facilité !

Lucas Digne : 6

Peu inquiété en phase défensive, il s’est appliqué à trouver ses attaquants sur ses centres. D’une précision d’orfèvre dans l’exercice, il a offert trois caviars à Griezmann à ras de terre. Moins en réussite dans ses débordements. Mais Digne, préféré finalement à Lucas Hernandez ce vendredi, n’a pas grand-chose à se reprocher, sauf quelques dégagements à l’emporte-pièce.

  • En bref… Il avait pris la marée en Turquie, beaucoup plus à l’aise à Reykjavik.

Moussa Sissoko : 4,5

Sissoko a remplacé Kanté, blessé à l’échauffement, au pied levé. Et ça s’est vu. Le milieu de Tottenham a démarré le match à l’envers à l’image d’un premier ballon très mal négocié. La construction et la distribution n’ont jamais été son fort mais il a connu un déchet encore plus important ce vendredi. Plus à l’aise en seconde, il a fini par prendre le dessus physiquement sur le milieu adverse et stabiliser le onze bleu.

  • En bref… Brouillon.

Corentin Tolisso : 4,5

Il a démarré dans le ton en essayant de donner du rythme. Mais une perte de balle au milieu de terrain en fin de première période semble l’avoir fragilisé. Il n’a pas toujours fait les bons choix et a gâché deux belles situations de contre. Son jeu long reste en revanche une arme majeure mais il a souffert dans les duels.

  • En bref… On attend plus de créativité d'un joueur qui sait tout faire.

Blaise Matuidi : 6

Il a joué à fond son rôle d’ailier en écartant le onze islandais et en combinant toujours dans le bon tempo avec Digne. Matuidi s’est même permis quelques excentricités dont il n’est pas coutumier : une reprise dans la course sur le poteau, un festival de feintes de corps dans les seize mètres adverses puis un slalom digne de Messi pour achever sa partition.

  • En bref… On l’a rarement vu aussi tranchant.
Blaise Matuidi (France) en Islande

Blaise Matuidi (France) en IslandeGetty Images

Kingsley Coman : 5

Ce n’était pas le Coman absolument inarrêtable du mois de septembre mais, même plus discret, le Munichois reste un poison et il fut le Bleu le plus incisif avant la pause. Coman a manqué de précision dans le dernier geste en s’offrant des positions de centre trop souvent stériles. Mais sur l’une d’entre elles, après un numéro de dragster dont il a le secret, il a offert un caviar à Matuidi (75e).

  • En bref… Il lui a manqué la précision.

Remplacé par Jonathan Ikoné (87e).

Antoine Griezmann : 6,5

Il a fallu attendre la 49e minute et un enchainement retour décisif - débordement pour lancer complètement le match de Griezmann. La montée en puissance de l’attaquant du Barça a changé la physionomie du match. C’est lui qui provoque le penalty décisif et sa complémentarité avec Olivier Giroud a encore fait mouche sur le coup. Poison en défense avec ses innombrables retours, inspiré en attaque, il aurait même dû s’offrir une passe décisive mais Ben Yedder a gâché son offrande (79e).

  • En bref… Quand il retrouve des couleurs, les Bleus ne sont plus les mêmes.

Vidéo - "Il y avait cinq cadres en moins mais Griezmann a fait le travail pour deux ou trois"

02:21

Olivier Giroud : 6

Il a très mal démarré. Sans doute en manque de rythme ou de repère, Giroud a raté ses contrôles et ses remises. Mais la pause lui a fait du bien. En seconde période, plus personne n’a contesté sa supériorité dans les airs et c’est sur une de ses énièmes remises que Griezmann a provoqué le penalty. Giroud l’a transformé sans ciller. Décisif, comme très souvent.

  • En bref… Si le débat existe sur son maintien dans le onze, la seconde période de Giroud est son meilleur argument.

Remplacé par Wissam Ben Yedder (78e).

Vidéo - "Ben Yedder ou Lacazette auraient-ils été plus précieux que Giroud ? C'est pas certain"

02:33
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0