Longtemps en manque de solutions face à une vaillante équipe de Bologne, l’Atalanta s’en est remis à Luis Muriel pour obtenir sa 22e victoire de la saison et consolider sa place de dauphin de Serie A. Si le titre semble d’ores et déjà dans les mains de la Juventus, qui possède encore cinq points d’avance et un match de retard, les joueurs de Gian Piero Gasperini ont emmagasiné une nouvelle dose de confiance à trois grosse semaines de leur quart de finale de Ligue des champions face au Paris Saint-Germain.

Serie A
Éternel et inoxydable : Zlatan, taille patron
21/09/2020 À 21:31

Complètement inarrêtable jusqu’au début du mois de juillet, l’Atalanta a une nouvelle fois montré qu’elle pouvait aussi marcher sur courant alternatif. Bousculés par une équipe de Bologne décidée à jouer tous leurs coups à fond, les Bergamasques ont subi quasiment toute la première période. D’une belle frappe aux vingt mètres, Soriano a testé Gollini dès la 9e minute avant que Barrow ne prouve définitivement les intentions des siens d’un tir de l’entrée de la surface tout proche d’ouvrir le score (20e).

L’Atalanta bousculée

Désemparé par l’attitude désinvolte de ses troupes, Gian Piero Gasperini s’en est pris à son homologue de Bologne et a écopé d’une expulsion logique après lui avoir déversé un flot d’insultes. Assez pour remotiver son équipe, déjà assurée de disputer la prochaine Ligue des champions et dont le titre semble perdu d’avance? Non. C’est encore Barrow, d’un coup franc direct en pleine transversale, qui a décoché un ultime avertissement à l’Atalanta (39e) avant que tout le monde rentre aux vestiaires sur un score nul et vierge.

Luis Muriel von Atalanta Bergamo

Crédit: Imago

Skorupski a pourtant tout tenté

Revenus de la pause avec de bien meilleures intentions, les Bergamasques ont tout fait pour ouvrir rapidement le score. Mais devant eux, une muraille. Intenable, Skorupski a enchaîné les parades devant Luis Muriel (50e), Timothy Castagne (51e) et Rafael Toloi (55e). Mais c’était sans compter le talent du duo colombien de l’Atalanta. Servi dos au but, Duvan Zapata a parfaitement passé le ballon en retrait à Luis Muriel, qui, d’une imparable frappe du droit (1-0, 63e), a ouvert le score pour inscrire le 95e but de son équipe depuis le début de la saison.

Jamais vraiment remis de l’ouverture du score, Bologne n’a plus réussi à se créer de moment fort et a tout fait pour casser le rythme de son adversaire en enchaînant les fautes, jusqu’aux sorties sur blessure de Palomino et Djimsiti. Un véritable coup dur pour l’Atalanta, qui va devoir prier pour que ses deux défenseurs titulaires soient de nouveau sur pied pour le quart de finale de Ligue des champions face au Paris Saint-Germain, dont le coup d'envoi sera donné le 12 août prochain.

Ligue des champions
Navas, très incertain pour la demi-finale, sera réévalué samedi
13/08/2020 À 18:45
Ligue des champions
Mbappé, l’entrée qui a tout changé
13/08/2020 À 12:07