Roberto De Zerbi est un homme en colère. Mais un homme "touché", aussi, comme il l'a lui-même avoué en conférence de presse ce mardi. Alors que Sassuolo s'apprête à affronter l'AC Milan mercredi (18h30), l'un des douze clubs fondateurs de la Super Ligue, l'entraîneur des Neroverdi confié sa volonté de ne pas disputer cette rencontre. "Je ne voudrais pas jouer ce match demain (...) Je l'ai indiqué à mes joueurs lundi avant l'entraînement, mais également à mes dirigeants. S'ils m'obligeront, j'irais. Mais je n'ai aucun plaisir car Milan fait partie des fondateurs de la Super Ligue. Je suis en colère, c'est un coup d'État."
Peut-être que nous sommes trop cons à encore rêver
Très remonté, De Zerbi a expliqué que le football "est un sport qui appartient à tout le monde" et qui doit être "méritocratique". "Le comportement de ces clubs porte atteinte aux droits des plus faibles, à qui tu empêches de se construire un chemin. C'est comme si le fils d'un ouvrier n'avait pas le droit de prétendre à un futur de docteur ou d'avocat. Comme dire "Le ballon est à moi, je joue avec, je le prends". Cette saison, avec ce club, nous avions pour objectif de décrocher l'Europe. Peut-être que nous sommes trop cons à encore vouloir rêver. Mais c'est ce qu'on a fait."
Serie A
Inzaghi et l'Inter attendent Eriksen "à bras ouverts"
07/07/2021 À 15:14

Effrayante hécatombe : à quoi ressembleraient les Bleus sans les joueurs de Super Ligue ?

Enfin, "RDZ" a assuré qu'il n'en avait "rien à faire" si ces douze clubs sont endettés. "Si c'est ça le football moderne, c'est quelque chose qui ne respecte pas l'homme. Ces clubs sont gérés par les puissants, mais ils ne doivent pas le faire payer aux petites équipes qui font bien les choses", a-t-il conclu.
Serie A
Milan accroché, la Juve peut encore croire à la Ligue des champions
16/05/2021 À 20:41
Serie A
La Juve s'accroche
12/05/2021 À 21:04