Son niveau déclinait depuis plusieurs années, même si son ratio annuel de buts n’a vraiment pris un coup que cette saison. Cette fois, c’est sûr, Alexander Frei se retirera de l’élite au mois de juin prochain. Hommage à l’un des plus grands joueurs suisses de l’histoire. Selon lui, cette décision était prise depuis assez longtemps, et le changement d’entraîneur à la suite du licenciement de Heiko Vogel n’y est pour rien. "J’ai vécu quelques nuits difficiles avant de prendre cette décision ", a confié l’attaquant du FC Bâle, qui faisait partie depuis une décennie des tout meilleurs footballeurs suisses.
Frei a également rappelé son souhait de rester dans le monde du football. Il a d’ailleurs déjà débuté une formation d’entraîneur, "même si je ne sais pas encore si cela sera ma voie ". Aujourd’hui, il compte terminer la saison avec pour aider Streller à remporter le titre de meilleur buteur. " Je n’ai personnellement plus besoin de ce titre. Mais ce serait vraiment bien si je pouvais aider Marco à y parvenir. Sans oublier qu’un titre de champion ou une coupe serait bien sûr les bienvenus." Frei évolue depuis 2010 avec le maillot rotblau et a pu couronner sa belle carrière avec plusieurs titres. Son palmarès avec les Rhénans est en effet déjà riche de trois championnats et deux Coupes de Suisse, ponctué par une splendide épopée en Ligue des champions la saison dernière, avec notamment un but décisif face à Manchester United.
Roi des buteurs de Ligue 1
Super League suisse
Skibbe entraîneur du GC Zurich
15/06/2013 À 14:10
Pourtant, Frei n’avait pas tout de suite connu la réussite avec le club du Parc Saint-Jacques. Alors âgé de 18 ans à peine, il n’avait pu se faire une place dans la première équipe. Prêté à Thoune, puis à Lucerne, il a ensuite posé ses valises à Genève où il a fait pendant deux ans ses armes de buteur avec Servette, tout en effectuant des débuts prometteurs avec la Nati. C’est en 2003 que Frei a franchi la frontière en rejoignant le Stade Rennais. En Bretagne, Alex marquera 47 buts en 100 rencontres de Ligue 1. Mieux encore, il deviendra roi des buteurs lors de la saison 2004-05. Courtisé par Dortmund, il s’envolera pour l’Allemagne et y marquera aussi les esprits entre 2006 et 2009, malgré plusieurs blessures.
Monsieur 50% avec la Nati
Avec la Nati, Frei est rapidement devenu Monsieur 50% en marquant un match sur deux. Une statistique qu’il est parvenu à maintenir jusqu’au bout de sa carrière internationale, même s’il fut très décrié sur la fin (84 matchs, 42 buts). Avec la Suisse, il a connu des moments très particuliers. Lors de l’Euro 2004, l’affaire du crachat sur Steven Gerrard l’a suspendu pour le reste du tournoi. En 2008, lors de l’Euro à domicile, c’est une blessure contractée lors du premier match qui l’a tenu écarté des pelouses. Seul le Mondial 2006 restera comme l’un des plus beaux moments de sa carrière lors d’une compétition internationale, puisqu’il y inscrivit deux buts. Son dernier tournoi fut la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud."
Retrouvez l’ensemble de l’article sur Sharkfoot
https://i.eurosport.com/2012/07/23/865728.png
Super League suisse
Le FC Bâle assure le titre pour la quatrième année consécutive
29/05/2013 À 21:29
Super League suisse
Les adieux d'Alexander Frei
14/04/2013 À 10:34