Entre les clubs et les sélections, il peut y avoir quelques divergences. Le cas de Kylian Mbappé l'a encore illustré ce jeudi. Alors qu'il y avait un doute sur sa présence pour ce dernier rassemblement de 2020, Didier Deschamps n'a pas voulu se passer des services de son attaquant. L'ancien Monégasque, victime d'une gêne musculaire, sera donc bien à Clairefontaine en début de semaine prochaine, même s'il a dû déclarer forfait pour le match de Ligue des champions au RB Leipzig et est très incertain pour affronter Rennes ce samedi.
Cette convocation ne fera pas que des heureux à Paris, où certains auraient bien voulu profiter de cette trêve pour faire un peu souffler le prodige de Bondy. Thomas Tuchel avait ainsi souligné ces derniers jours la fatigue de son protégé qui enchaîne les rencontres depuis le mois d'août et a même dû disputer deux matches en moins de 48 heures lors du dernier rassemblement des Bleus. "Chaque cas est spécifique, s'est justifié Didier Deschamps. Le forfait de "Cama" (Eduardo Camavinga) est acté de par sa blessure ce qui n'est pas le cas de Kylian. Certes, il n'a pas joué en C1, mais il n'y a pas de certitude comme quoi il pourrait ne pas être disponible".

France - Deschamps : "Pas de conflit avec Tuchel"

Liga
Benzema : "Je me trouve au max. Il me manque juste des trophées"
15/01/2022 À 07:50
Tuchel a aussi l'obligation de résultat, on va gérer ça avec tranquillité
En clair, Kylian Mbappé, qui s'est rendu indispensable aux Bleus, a une chance de jouer. Et Didier Deschamps ne veut pas laisser passer la moindre occasion d'avoir cet atout clef pour ces rendez-vous de novembre. Il lui réserve donc un programme adapté et une impasse sur le premier match des champions du monde pour espérer l'avoir pour le duel décisif à Lisbonne et ce retour face au Portugal de Cristiano Ronaldo. "Si je le mets dans la liste, c'est qu'il y a de très fortes probabilités qu'il soit disponible pour nos matches, a avoué DD. Pas pour celui de mercredi (11 novembre contre la Finlande) mais pour celui de samedi (14 novembre en Ligue des nations au Portugal)."
Si Didier Deschamps rappelle qu'il ne prend "jamais de risque" sur la santé des joueurs, cette annonce pourrait provoquer un conflit diplomatique avec le PSG. Mais Didier Deschamps balaye d'un revers de la main ce débat, bien décidé à ne pas se laisser dicter ses choix par d'autres entraîneurs. "Je comprends la position des entraîneurs, il n'y a pas de conflit à avoir avec qui que ce soit, je ne me mêle pas de la vie des clubs, a lancé le patron des Bleus. A un moment, les intérêts peuvent diverger. Je vais rester sur ma ligne de conduite, je n'ai jamais pris de risque sur qui que ce soit, on fait les choses calmement, dans l'intérêt du joueur. Tuchel a aussi l'obligation de résultat, on va gérer ça avec tranquillité, et sérénité par rapport à ce qu'on voit et au ressenti du joueur."
La réponse de Tuchel va maintenant être attendue. Mais tout cela devrait relancer encore le débat sur le rythme intense imposé aux joueurs par le calendrier dans cette saison atypique bouleversée par le Covid-19. Avec un match de Ligue des champions toutes les semaines durant ce mois d'octobre et ces rendez-vous en sélection, les internationaux sont soumis à rude épreuve. Avec tous les risques que cela comporte. Mais Noël Le Graët a aussi rappelé mercredi sur RTL toute l'importance de la Ligue des Nations pour la FFF. "C'est une compétition qui n'est pas très médiatique pour le moment mais économiquement intéressante pour la Fédération, donc pour l'ensemble du football amateur". Le football est aussi une question d'intérêts. Et toutes les parties n'ont pas les mêmes.
Equipe de France
Le Graët ouvre la porte des Bleus à Zidane : "Tout le monde y pense pour l'après-Deschamps"
30/11/2021 À 17:16
Les grands récits
Aimé Jacquet, quatre ans pour une étoile
25/11/2021 À 22:53