AFP

Bernie Ecclestone (FOM) et Ron Dennis (McLaren) totalement opposés sur l'impact du Brexit

Ecclestone et Dennis totalement opposés sur l'impact du Brexit
Par F1i

Le 26/06/2016 à 10:35Mis à jour Le 26/06/2016 à 11:16

Pour Bernie Ecclestone, le promoteur du Mondial, "Le Brexit ne changera rien pour la F1". Pour Ron Dennis, PDG de McLaren, c'est un danger.

Huit des onze écuries engagées en F1 – dont celle du constructeur allemand Mercedes et celle du constructeur français Renault – sont basées outre-Manche.

Bernie Ecclestone, qui a révélé qu’il avait voté en faveur du Brexit, assure toutefois que la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union Européenne n’aura aucun impact pour la F1.

"J’étais un partisan de la première heure de la sortie du Royaume-Uni de l’Europe", a-t-il indiqué à l’agence de presse Reuters. "Je pense que c’est la meilleure chose qui pouvait nous arriver. Nous devrons être les seuls à décider de notre avenir. Si nous avons quelque chose à vendre, et que c’est un bon produit proposé à un bon prix, alors les gens l’achèteront quand même, qu’ils soient Chinois, Italiens ou Allemands… Les gens s’en remettront et passeront à autre chose."

En marge du référendum, le patron de McLaren, Ron Dennis, avait publié une lettre ouverte dans le Times, appelant ses compatriotes à voter pour le maintien du pays dans l’Union.

"L’Union Européenne est caricaturée par sa législation sur la forme des fruits, sur la santé et sur la sécurité, mais ce n’est pas l’enjeu de ce vote", avait-il écrit. "Ce référendum est un choix entre le connu et l’inconnu. Le connu est l’Europe contemporaine : une puissance commerciale et culturelle diversifiée. L’inconnu n’a pas de modèle, aucune mesurabilité et aucun processus. Il ne mérite même pas d’être qualifié ‘d’alternative’."

"McLaren est basée au Royaume-Uni. Plus de 3.000 familles seront concernées par ce vote, tout comme nos fournisseurs britanniques et leurs employés. Rester dans l’Europe est fondamental pour la prospérité de notre entreprise", avait-il conclu.

0
0