GP de Corée 2013 - Grosjean (Lotus) : "La voiture de sécurité nous a encore empêchés de gagner"

Grosjean : "La voiture de sécurité nous a encore empêchés de gagner"
Par Eurosport

Le 06/10/2013 à 15:07Mis à jour Le 06/10/2013 à 17:21

Deux neutralisations et un drapeau jaune ont eu raison des espoirs de victoire de Romain Grosjean (Lotus) à Yeongam. Néanmoins, il s'est déclaré "très content" de sa course.

Romain Grosjean (Lotus) était déçu et contrarié à l'arrivée de la 14e manche du Championnat du monde, dimanche à Yeongam. Ça s'est entendu pendant le tour d'honneur, ça s'est vu sur le podium. Déçu d'avoir longtemps chassé le leader Sebastian Vettel (Red Bull) et contrarié de s'être fait subtiliser par son coéquipier Kimi Räikkönen une deuxième place qu'il pensait sa propriété de droit.

Quatrième qualifié, troisième au départ et deuxième au premier tour après avoir rangé Lewis Hamilton (Mercedes) derrière lui, le Français a pris l'avantage sur Iceman dans le deuxième relais grâce à une moindre usure de ses pneus. Il roulait encore fort derrière le triple champion du monde au 31e tour, soit cinq tours après le deuxième arrêt du Finlandais, lorsqu'il le délaminage d'un pneu de la McLaren de Sergio Pérez a cassé tous ses plans. Passé au stand au début de la neutralisation (tours 32 à 36), il a ouvert la porte à son coéquipier au restart sur une faute de pilotage.

" Conduit comme ça !"

Mieux chaussé avec ses pneus neufs, il a sorti plus affaibli encore de la seconde neutralisation mais pensait que l'écurie le protègerait quand même jusqu'à demander à Räikkönen de s'effacer. Il n'en fut rien, et ce ne fut pas sans tiraillements. Son ingénieur nippon, Akyo Komatsu, a dû lui indiquer : "Tu peux courir contre lui". Ce à quoi il a répondu : "Non, je ne peux pas". C'est alors que le patron, Eric Boullier, est intervenu pour préciser sur un ton sec : "Conduit comme ça !" Pas de consignes d'équipe, donc…

Dans le tour d'honneur, Alan Permane, le directeur des Opérations d'Enstone, a bien senti le malaise et lui a demandé de faire bonne figure sur le podium. Avec force sourire. Les images l'ont montré distant avec son coéquipier en coulisses et un peu renfrogné sur le podium. "La bonne nouvelle du jour, c'est que je suis longtemps resté au contact de la Red Bull, à la deuxième place", a-t-il déclaré. "C'était une bonne course et ça fait du bien de retrouver le podium, il y a eu une belle bagarre, mais la voiture de sécurité nous a encore empêchés de gagner une course, comme en Allemagne."

" C'est notre philosophie du fair-play "

"Je suis très content de ma course, j'ai pris un bon départ et j'ai pu aller chercher Lewis [Hamilton], pour lui prendre la deuxième place et résister le mieux possible dans les virages suivants", a-t-il poursuivi. "Quand je suis ressorti des stands après mon premier arrêt, j'étais juste devant lui et on s'est encore bien battus. Les deux arrêts au stand se sont bien passés, mais ce n'était pas évident la deuxième fois, quand nous nous sommes arrêtés tous les deux en même temps (ndlr : avec Räikkönen). Ma voiture marchait très bien, mais chaque fois que la voiture de sécurité est sortie, j'ai perdu du temps, alors qu'une jolie bagarre se profilait devant nous (avec Vettel)." Cependant, on peut soupçonner le futur quadruple champion du monde d'avoir trop peu montré de quoi sa RB9 était réellement capable.

"Après le restart, j'aurais dû rester devant Kimi, mais c'est de ma faute s'il est passé", a-t-il repris. "Je suis sorti un peu large du virage 15 et j'ai roulé sur l'astroturf, qui était très glissant, ce qui lui a offert une opportunité pour m'attaquer. J'aurais pu le redoubler au virage suivant, grâce au DRS, mais il y avait un drapeau jaune, donc pas de chance pour moi. Bien sûr, j'ai demandé à l'équipe de me laisser passer devant Kimi parce que j'avais des pneus plus frais, mais ils nous ont laissés nous battre, parce que c'est notre philosophie du fair-play. Dans les secteurs deux et trois, nous perdons beaucoup d'appui et comme les deux voitures sont très proches en performance, c'est très dur de doubler."

0
0