Getty Images

Embouteillage en tête du Masters, Woods bien placé

Embouteillage en tête du Masters, Woods bien placé
Par AFP

Le 13/04/2019 à 07:58Mis à jour Le 13/04/2019 à 09:29

MASTERS - Cinq joueurs, dont l'Italien Francesco Molinari et l'Américain Brooks Koepka, se partagent la première place du Masters après le 2e tour qui a permis vendredi à Augusta (Géorgie) à Tiger Woods de revenir à une longueur de la tête.

A mi-parcours dans le premier tournoi du Grand Chelem de l'année, rien n'est joué, avec pas moins de onze joueurs qui se tiennent en deux coups. Et à l'image du quintette de tête - du jamais-vu à ce stade du Masters en 83 éditions -, formé par Francesco Molinari, vainqueur du dernier British Open, Brooks Koepka, lauréat de deux des trois derniers titres du Grand Chelem, du Sud-Africain Louis Oosthuizen, des Australiens Jason Day et Adam Scott, ce sont tous de sacrés clients.

Mais c'est bien la 6e place de Tiger Woods qui suscite le plus de commentaires et de passion. A 43 ans, l'ancien roi incontesté du golf est bien placé pour décrocher son 15e titre du Grand Chelem, son premier depuis l'US Open 2018. Il a rendu une carte de 68, soit quatre coups sous le pars, pour un total de 138 (-6), à un coup des co-leaders.

Le "Tigre" partage sa sixième place avec le Sud-Africain Justin Harding et ses compatriotes Dustin Johnson et Xander Schauffele. "Je me suis bien amusé, j'ai quand même l'impression d'avoir gaspillé quelques coups, mais j'ai globalement réussi un bon 2e tour", a-t-il noté, après avoir rallié le club-house avec six birdies et deux bogeys. Comme à ses plus belles heures, Woods a électrisé les spectateurs d'habitude si calmes sur le prestigieux et très sélect Augusta National Golf Club.

Rose et Garcia éliminés

Son putt de 16 m pour arracher un birdie sur le trou N.9, son improbable sauvetage sur le N.14 et un autre putt incroyable sur le N.15 ont fait rugir une foule enthousiaste malgré la pluie en fin de journée. Woods, dont la carrière a été freinée entre 2014 et 2017 par des douleurs au dos, a connu une petite frayeur lorsqu'un agent de sécurité s'est précipité derrière lui pour empêcher les spectateurs de s'avancer et l'a littéralement fauché en glissant sur le fairway mouillé.

L'ancien N.1 mondial a boité quelques instants, avant de reprendre sa partie sans aucun problème. "Après trois opérations aux genoux et quatre au dos, je vais bien", a-t-il souri. "J'étais déjà bien placé lors des deux précédents tournois majeurs, je me sens bien dans ce Masters", s'est félicité le quadruple vainqueur de l'épreuve.

Mais derrière, les prétendants à la victoire sont encore nombreux, comme l'Espagnol Jon Rahm (10e, 139, -5), le vétéran américain Phil Mickelson (12e, 140, -4) qui peut toujours devenir à 48 ans le doyen des vainqueurs d'un tournoi du Grand Chelem, ou encore le phénomème Justin Thomas (16e, 141, -3). Cela sera en revanche plus compliqué pour le tenant du titre, Patrick Reed (29e, 143, -1) ou le Nord-Irlandais Rory McIlroy (36e, 144, par). Le N.1 mondial, Justin Rose, lui, ne participera pas aux deux derniers tours : il n'a pas franchi le cut avec des cartes de 75 et 73 (148, +4), tout comme l'Espagnol Sergio Garcia, vainqueur de l'épreuve en 2017.

0
0