Guigou : "Les jeunes ont été au top"

Guigou : "Les jeunes ont été au top"
Par Eurosport

Le 28/01/2011 à 22:18Mis à jour Le 28/01/2011 à 22:24

Meilleur marqueur du match (8 buts) contre la Suède, Michael Guigou a livré sa prestation la plus convaincante depuis le début du Mondial. Celui qui fêtait ses 29 ans ce vendredi a tenu à féliciter la jeune génération, en première ligne, William Accambray et Xavier Barachet.

MICHAEL GUIGOU, vous vous êtes fait un sacré cadeau d'anniversaire…

M.G. : C'est correct (rires). On a beau se dire ce que l'on veut mais fêter son anniversaire le jour d'un match, c'est toujours particulier. Mais j'irai payer un coup à tout le monde avec un grand plaisir. Après, j'espère que le cadeau sera une médaille d'or autour du cou. On est déjà assuré d'en avoir une. C'est super mais on va tout faire pour décrocher l'or.

Pour vous ce sera une quatrième finale consécutive…

M.G. : Vraiment, c'est énorme. Si on y est, c'est parce qu'on ne s'est pas reposé sur nos lauriers. On a vraiment essayé de continuer à progresser, de toujours voir ce qui ne va pas. On s'est toujours interrogé sur les détails qui font que l'adversaire peut nous battre. Grâce à ça, on se pose tactiquement et on se remet en question. Cela nous réussit pas mal.

Comment avez-vous vécu ce match à rebondissements ?

M.G. : Cela a été difficile, surtout après la coupure de deux jours qu'on a eue. Durant ce laps de temps, il y a beaucoup de pression qui monte autour de cette demi-finale. C'était un match compliqué car la Suède est parfaitement rentrée dans sa partie. Elle a marqué assez facilement au début du match. On a aussi essayé de la contrer sur jeu rapide comme on savait qu'elle faisait à chaque fois deux changements. Les débats ont été équilibrés dès le début. Puis on a encore raté des choses et on s'est fait un peu peur.

Vous retrouvez le meilleur de votre forme au bon moment…

M.G. : Je ne l'avais pas trop perdue mais le deuxième tour a été difficile pour moi. J'étais plus en récupération des efforts fournis après les matches de l'Espagne et l'Allemagne qu'autre chose. Ça me dérangeait un peu d'être dans cette situation pendant la compétition. Les deux jours m'ont fait du bien. J'ai pu me soigner et récupérer. Je pense que le match de ce soir (vendredi) va me laisser pas mal de traces malheureusement mais on va tout faire pour que je sois à mon top encore dimanche.

Qu'est-ce qui change entre une demie et une finale ?

M.G. : En finale, le côté tactique est encore plus important. On a une équipe jeune. Pour la plupart, c'était leur première demi-finale. Il va falloir qu'on récupère bien pour faire la plus belle finale possible.

Vous parlez des jeunes qui composent votre équipe. Ils ont encore été exemplaires contre la Suède…

M.G. : Ils ont été au top. Même si par moments, ils ont raté quelques trucs. Mais offensivement et défensivement, on n'a pas grand-chose à leur reprocher. Xavier Barachet et William Accambray apportent vraiment un énorme plus à l'équipe depuis le début de la compétition. Avec les blessures de Daniel Narcisse et de Guillaume Gille, c'était important qu'ils soient là. Ça fait un moment qu'on essaye de les mettre dans le bain, avec les blessés qui ne sont pas là aujourd'hui. On a essayé de les accompagner depuis le début et ils le rendent bien à l'équipe.

Comment expliquez-vous que les nouveaux s'intègrent aussi bien ?

M.G. : Cela vient de la qualité de la formation à la française. A Chambéry, à Ivry, à Montpellier, les centres de formation sont vraiment de qualité. C'est plus facile d'apprendre avec des joueurs expérimentés mais il faut quand même un certain talent et de la qualité individuelle. Tous les formateurs, comme Fred Anquetil à Montpellier, font un boulot exceptionnel.

0
0