Imago

Les Bleus dans l'histoire

Les Bleus dans l'histoire
Par Eurosport

Le 22/08/2008 à 22:15Mis à jour

Les Bleus se sont qualifiés vendredi pour la première finale olympique de leur histoire en battant la Croatie en demie (25-23). Cédric Burdet a été impérial en attaque avec six buts, tout comme le prodigieux Daniel Narcisse, auteur du dernier point tricol

PEKIN 2008 - DEMI-FINALES MESSIEURS

FRANCE - CROATIE : 25-23
Prochain adversaire : Islande

Jusqu'à ce jour, la seule médaille olympique du handball tricolore datait de 1992, lorsque les "Barjots" avaient ramené le bronze de Barcelone. Vendredi à Pékin, la nouvelle génération, arrivée au sommet de son art, est entrée dans l'histoire en s'ouvrant en grand les portes de la finale grâce à leur succès face aux Croates, champions olympiques en titre (25-23). Une grande première pour les Bleus.

Huit jours après les avoir battu en poule, les prodiges de Claude Onesta ont récidivé en demi-finale. Ils avaient pourtant en tête le dernier affrontement franco-croate dans un match couperet qui avait tourné à l'avantage de leur adversaire au début de l'année en demi-finale du Championnat d'Europe. D'autant que la star croate, le demi-centre Ivano Balic, blessé lors d'un match d'ouverture, était titulaire d'entrée. Et avec ses coéquipiers, Balic a mené la vie dure aux Français. 10-7 en faveur des Croates au bout de vingt minutes. La partie semblait bien mal engagée.

Le show Burdet

Mais blessés dans leur orgueil et réduits à cinq, les "Experts" ont entamé une remontée spectaculaire par l'intermédiaire de Cédric Burdet, remplaçant exceptionnel de Fernandez, auteur de cinq buts en première période. Thierry Omeyer s'est également illustré en arrêtant deux jets de sept mètres avant la pause, permettant à son équipe de mener d'un but (12-11). Inespéré vu l'entame laborieuse des Bleus.

Malgré un nouveau passage à vide aux retours des vestiaires (16-17) avec un carton jaune pour le capitaine Olivier Girault, Thierry Omeyer a remis son équipe sur le droit chemin. Epoustouflant en quart de finale, Daniel Narcisse, dit "Air France", a pris son envol au meilleur des moments (6/9) avant que le spectaculaire Luc Abalo ne soit récompensé de ses efforts répétés. Le tout orchestré par un Nikola Karabatic précis et appliqué. 23e minute : le tournant du match. Thierry Omeyer stoppe le tir de Vori avant que Narcisse n'offre un avantage de +2 aux Bleus qui ne seront jamais rattrapé. 25-23 : score final.

En sept matches (6 victoires, 1 nul), les "Experts" ont déployé toute la panoplie du champion. Et ce n'est pas le moment de se relâcher à l'approche de la finale. Tout autre métal que l'or, même s'il s'agirait d'une première, aurait sa part de déception pour la France qui n'a fait que monter en puissance tout au long de la compétition. D'autant plus que le futur adversaire des Bleus, l'Islande, semble moins coriace que la Croatie car il n'est jamais monté sur un podium majeur. L'histoire est en marche.

LA DECLA : Olivier Girault (ailier et capitaine de l'équipe de France sur Canal Plus): "En atteignant la finale olympique, on est déjà dans l'histoire. Je suis heureux pour le groupe avec lequel je vis depuis onze ans. C'est le plus beau des cadeaux. Maintenant, il reste un match. On va boire une petite "mousse" dans la soirée, et puis on va se reconcentrer sur la finale."

0
0