On l’a appris en plein match, par un tweet du Pick Szeged : ce match entre Elverum et le Paris Saint-Germain est le dernier de la phase de poules de la Ligue des champion pour les Parisiens. Szeged, touché par le Covid-19, est dans l’incapacité de faire le déplacement en France jeudi, et laisse donc les deux points de la victoire sur tapis vert aux Parisiens. Sans le savoir, donc, Paris devait donc battre son adversaire norvégien pour espérer terminer au meilleur classement possible dans sa poule.
A Coubertin (le match, normalement prévu en Norvège, a finalement été organisé à Paris ; Elverum était donc officiellement l’équipe à domicile, bien qu’elle ait fait le déplacement), c’est pourtant Elverum réalise le meilleur départ. La défense parisienne semble au départ perturbée par la vitesse mise dans le jeu par Josef Pujol (3-1, 4′). Mais petit à petit, les hommes de Raul Gonzalez, tout juste prolongé à son poste par ses dirigeants, prennent le dessus sur leur adversaire.

Prestation maîtrisée, mais inquiétude pour Prandi

Ligue des champions
Du lourd pour le PSG, Montpellier et Metz, de l'air pour Brest
02/07/2021 À 09:56
La défense parisienne prend petit à petit le dessus, provoquant des pertes de balle du champion norvégien. L’attaque du club de la capitale trouve aussi progressivement ses marques. Si Luc Steins doit s’employer pour aller marquer le but de l’égalisation (5-5, 12′), Paris trouve ensuite plus facilement des solutions. Les Parisiens sont surtout portés par un Dylan Nahi en très grande forme : après avoir intercepté la balle, l’ailier gauche part marquer seul en contre (7-11, 18′), avant d’être bien servi par Yann Genty suite à une nouvelle perte de balle norvégienne, pour marquer son sixième but en six tirs (8-13, 20′).
Peu après, Benoît Kounkoud met fin à la réussite de Thorsten Fries sur les tirs venant de l’aile droite pour donner sept buts d’avance aux Parisiens (8-15, 22′). Elverum parvient à se reprendre en fin de première période, malgré un bon Yann Genty (6 arrêts sur 18 tirs). Les partenaires de Luc Abalo stoppent l’hémorragie avant la pause, sans pour autant réduire l’écart (12-19, 30′).
La deuxième période se déroule tout aussi bien pour les Parisiens, malgré le jeu à sept mis en place par Bjorge Lund, sorte de tactique de la dernière chance pour déstabiliser une défense du PSG bien dans son match. Le désavantage de cette tactique arrive quand la balle est perdue en attaque, car le but n’est plus gardé. Cette conséquence indésirable s’est matérialisée à plusieurs reprises en deuxième période, Paris ayant plusieurs buts faciles à marquer, en plus des solutions trouvées sur jeu placé.
Paris maîtrise sans forcer, et voit son avance grimper progressivement au score. Après un temps-mort d’Elverum, Nedim Remili donne dix buts d’avance aux siens (18-28, 42′), tandis que les entrants Adama Keita et Matthieu Grébille trouvent eux aussi le chemin des filets. Le match est plié dans le dernier quart d’heure, et l’addition devient même bien salée pour les Norvégiens quand Nedim Remili donne quinze buts d’avance aux siens (24-39, 53′). Seul bémol à cette marche impériale, Elohim Prandi est sorti du terrain après un mauvais appui (37′). Touché à la cheville gauche, il a quitté le bord du terrain pour se faire soigner aux vestiaires. De quoi susciter de l’inquiétude pour l’international français, présélectionné pour participer au Tournoi de qualification olympique avec les Bleus.

Une deuxième place toujours atteignable

Outre ce point noir, Paris a plutôt passé une très bonne soirée. L’avantage se stabilise à quinze buts d’écart en fin de rencontre (29-44). Grâce à ce succès confortable, les Parisiens peuvent encore atteindre une des deux premières places de la poule A. Cette place ne donne certes pas la possibilité d’atteindre directement les quarts de finale, comme il était envisagé à la base, mais permettrait d’envisager un adversaire moins coriace en huitièmes de finale, en l’occurrence Celje plutôt que Nantes ou Kiel. Et pour cela, les Parisiens n’ont plus leur destin entre leurs mains : leur sort sera déterminé par le résultat de l’opposition entre Kielce et Flensburg jeudi. Avec un goal-average particulier favorable sur Kielce, le club français doit espérer un succès de Flensburg pour décrocher la deuxième place.
Le meilleur du hand européen est sur l’appli Eurosport
Mickaël Georgeault
https://i.eurosport.com/2021/02/03/2984322.jpg
Ligue des champions
Le PSG et Montpellier disputeront la prochaine C1, Nantes devra se contenter de la C2
29/06/2021 À 12:26
Ligue des champions
"Ce n’est pas pour une 3e place qu’on vient" : le PSG consolé mais toujours frustré
13/06/2021 À 19:48