AFP

Masseglia : "Une dizaine de médailles"

Masseglia : "Une dizaine de médailles"
Par Eurosport

Le 02/02/2010 à 10:15Mis à jour

Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif (CNOSF) a fixé à l'équipe de France et aux 108 athlètes présents au Canada l'objectif de décrocher "une dizaine de médailles" lors des Jeux Olympiques de Vancouver (12-28 février).

DENIS MASSEGLIA, la France sera représentée par une délégation de 108 athlètes contre 89 à Turin en 2006. Est-ce une volonté délibérée d'élargir ?

D.M. : "Non... Il y a de nouvelles disciplines comme le skicross et puis nous avons gagné quelques quotas dans certaines disciplines. En termes de sélections, nous sommes dans le cadre des quotas fixés par les fédérations internationales. Nous aurions préféré ne pas avoir à subir de défections bien involontaires. Mais le ski est un sport à risques, je pense à Jean-Baptiste Grange, Thomas Fanara ou Emmanuel Dalcin."

Certains athlètes, et notamment en ski alpin, ont semblé fatigués alors que la saison a débuté depuis de longs mois. Est-ce votre impression?

R: "Je n'ai pas eu ce genre d'information, mais c'est sûr que si l'on regarde les plannings, on se rend compte qu'ils sont souvent en compétition. Cela étant, certains se sont accordé des périodes de récupération, comme Vincent Defrasne (biathlon) qui n'a pas participé à toutes les compétitions. On fait confiance aux athlètes et aux staffs pour gérer les emplois du temps. Nous ne prenons pas partie dans la planification. J'espère qu'elle correspond au mieux à chaque athlète."

Quelle est la valeur du groupe qui représentera la France à Vancouver ?

D.M. : "Je pense que c'est un bon crû. Les résultats de ces dernières semaines montrent qu'il y a un éventail de possibilités. L'important, c'est que les chances ne reposent pas sur quelques uns et quelques disciplines. On a des chances partout et dans chaque discipline plusieurs athlètes sont capables de bien figurer. Je crois à une dynamique du succès d'équipe. Après c'est vrai que dans certaines disciplines, comme le patinage de vitesse, on n'est pas forcément plus performants. Mais on ne peut pas être performant s'il n'y a pas d'équipement pour se préparer. Il n'y a pas de piste longue de patinage de vitesse; ce n'est pas très logique. J'espère qu'Annecy 2018 (ville candidate à l'organisation des jeux d'hiver) permettra de solutionner le problème."

Quel est l'objectif de la délégation française en terme de médailles ?

D.M. : "Cet objectif n'est pas une préoccupation. Je pense que l'on se situera à peu près dans le sillage des Jeux de Turin en 2006, c'est à dire une dizaine de médailles. On ne va pas discuter à une unité près. C'est assez aléatoire. D'ailleurs on l'a vu à Turin... Les athlètes qui avaient été choisis pour figurer sur l'affiche du CNOSF n'étaient pas ceux qui avaient été médaillés à la fin ! Il y a toujours des bonnes surprises. Le potentiel existe partout. Le travail des fédérations et de leurs dirigeants sera de faire en sorte qu'ils soient placés dans les meilleures conditions. Il faut être bien ensemble. Les athlètes vont être au village olympique. Cela peut être quelque chose de perturbant lorsque l'on vit ses premiers jeux. Il faudra veiller à ce que chacun soit concentré sur sa performance sportive."

0
0