Getty Images

MOTOGP - On refait le Grand Prix : Lorenzo (Ducati) bien récompensé, Marquez (Honda) mal payé

On refait le Grand Prix : Lorenzo bien récompensé, Marquez mal payé

Le 12/08/2018 à 20:21Mis à jour Hier à 11:57

GRAND PRIX D'AUTRICHE – A Spielberg, Jorge Lorenzo (Ducati Team) a tiré profit d'un plan qu'il avait déjà imaginé à Brno. Marc Marquez (Honda HRC), lui, a tout fait pour décrocher une première victoire sur le Red Bull Ring.

Eurosport Player: Regardez la saison 2018 en direct

Voir sur Eurosport

La note : 4/5

Techniquement, la cuvée 2018 du Grand Prix d'Autriche a ressemblé comme deux gouttes d'eau à l'épisode précédent. Une lutte remarquable de précision, et longue d'une dizaine de tours, entre Marc Marquez (Honda HRC) et un pilote Ducati, cette fois-ci Jorge Lorenzo. Mais elle a tout de même eu une dimension en moins, puisque ce duel-là n'a pas été décisif pour le titre. Ou plutôt pour le relancer, le leader du Mondial ayant encore accentué son avance sur son dauphin.

Vidéo - Une bataille à trois puis un duel Lorenzo - Marquez : le résumé de la course

02:57

Le vainqueur : Jorge Lorenzo (Ducati Team)

Lorenzo était convaincu que la méthode qu'il avait choisie à Brno était la bonne. Il a donc appliqué la même stratégie à Spielberg. Seul favori à opter pour des pneus "tendre" à l'avant comme à l'arrière, le Majorquin a roulé à l'économie pour contenir l'usure de ses gommes durant le premier tiers, et s'offrir la liberté d'attaquer en fin de course. Le tout en prenant soin de garder derrière lui son coéquipier Andrea Dovizioso, qu'il n'aurait plus revu s'il s'était laissé déborder. Le plan, parfaitement pensé, a été victorieux malgré quelques écarts au virage n°3.

Le mot du vainqueur : "L'une de mes plus belles victoires"

Vidéo - Lorenzo : "L'une des plus belles victoires de ma carrière"

01:11

Le grand déçu : Marc Marquez (Honda HRC)

Le Red Bull Ring est le seul tracé sur lequel Marquez n'a jamais gagné en MotoGP. Une nouvelle fois, il a tout fait pour rectifier l'anomalie. Avec des attaques, évidemment, et sous toutes leurs formes : l'Espagnol a d'abord imprimé un rythme en 1'23"3 que personne ne pouvait tenir en début de course. Puis il a tenté de profiter de sa supériorité gestuelle dans le virage n°3 pour tenter de contenir les offensives de Lorenzo. En vain. Mais il faut avoir une sacrée haine de la défaite pour mettre tant d'énergie dans un combat qui n'a absolument rien changé à son statut d'incontestable n°1 mondial.

Vidéo - Marquez : "J'ai poussé, j'ai essayé de m'échapper, j'ai tout donné !"

00:54

Le grand perdu : Maverick Viñales (Yamaha Factory)

Onzième sur la grille, douzième en course : au contraire de son coéquipier, Viñales a encore subi, impuissant, les lacunes de sa machine et ses défaillances mentales. Au championnat, le voici désormais cinquième avec une marge de huit petits points sur Danilo Petrucci (Ducati Pramac), qui n'aura aucun mal à la combler s'il garde la même régularité. Même Johann Zarco (Yamaha Tech3), à neuf unités, pourrait lui chiper sa place avec une machine renfermant un moteur 2016.

Vidéo - Yamaha a demandé pardon à ses pilotes

02:30

Le grand escamoteur : Valentino Rossi (Yamaha Factory)

Rossi manie la communication comme aucun autre et il en a fait sourire quelques-uns lorsqu'il a assuré, au micro d'Eurosport, qu'il était peut-être plus fort que jamais. Y a-t-il une petite part de vérité dans ce beau discours ? L'Italien a, en tout cas, tout fait pour le prouver à Spielberg. Sur le tracé le plus défavorable à une M1 qui n'a pas besoin d'être pénalisée pour souffrir, le septuple champion du monde a réussi une performance qu'il n'avait pas imaginée la veille, après avoir accroché une piteuse quatorzième position sur la grille. L'Italien a trouvé de nouveaux réglages au warm-up qui lui ont permis de bénéficier d'un rythme plus constant en course. Il a gagné huit positions, plus que tout autre pilote, pour finir derrière trois Ducati et deux Honda d'usine.

Vidéo - Rossi : "Si tu t'entraînes bien, tu peux piloter jusqu'à 45 ans"

03:48

La déclaration : Valentino Rossi (Yamaha Factory)

J'ai encore 12 points d'avance sur Lorenzo. Mais il faut être réaliste : je pense que les Ducati vont nous battre parce qu'elles sont très proches au général et surtout parce qu'elles sont plus rapides que nous

La stat' : 114

Depuis la victoire de sa résurrection au Grand Prix d'Italie, Lorenzo a cumulé 114 points en six manches. Aucun autre pilote n'a fait mieux sur cette période. Marquez, par exemple, en a engrangé 106.

Jorge Lorenzo (Ducati Team) sur le podium du Grand Prix d'Autriche 2018

Jorge Lorenzo (Ducati Team) sur le podium du Grand Prix d'Autriche 2018Getty Images

La vidéo immanquable : La course en caméra embarquée

Vidéo - Son opportunisme puis sa lutte acharnée avec Marquez : la victoire de Lorenzo en caméra embarquée

01:58

Le point au Mondial Pilotes

1- Marc Marquez (Honda HRC) ; 201 points, 2- Valentino Rossi (Yamaha Factory) ; 142 pts, 3- Jorge Lorenzo (Ducati Team) ; 130 pts, 4- Andrea Dovizioso (Ducati Team) ; 129 pts, 5- Maverick Viñales (Yamaha Factory) ; 113 pts.

Le point au Mondial Equipes

1- Honda HRC ; 267 points, 2- Ducati Team ; 259 pts, 3- Yamaha Factory ; 255 pts, 4- Ducati Pramac ; 166 pts, 5- Suzuki Team ; 150 pts.

Le point au Mondial Constructeurs

1- Honda ; 236 points, 2- Ducati ; 208 pts, 3- Yamaha ; 183 pts, 4- Suzuki ; 118 pts, 5- KTM ; 41 pts.

Le prochain rendez-vous : Grand Prix de Grande-Bretagne

Il aura lieu les 24, 25 et 26 août sur le circuit de Silverstone.

Jorge Lorenzo (Ducati Team) dans le parc fermé du Grand Prix d'Autriche 2018

Jorge Lorenzo (Ducati Team) dans le parc fermé du Grand Prix d'Autriche 2018Getty Images

0
0