Motocyclisme
Grand Prix d'Espagne

On refait le Grand Prix : Marquez n'en demandait pas tant, Zarco non plus !

Partager avec
Copier
Partager cet article

Johann Zarco (Yamaha Tech3) et Marquez (Honda HRC) au Grand Prix d'Espagne 2018

Crédit: Getty Images

ParStéphane Vrignaud
06/05/2018 à 17:00 | Mis à jour 06/05/2018 à 19:03
@ThePiranhaClub

GRAND PRIX D'ESPAGNE - La 4e manche du Mondial a tourné à la course par élimination, dimanche. Marc Marquez (Honda) avait déjà filé quand Jorge Lorenzo, Andrea Dovizioso (Ducati) et Dani Pedrosa (Honda) ont fini ensemble dans les graviers. Sans s'affoler, Johann Zarco (Yamaha) a récupéré la mise.

La note : 3/5

Jorge Lorenzo, Andrea Dovizioso (Ducati) et Dani Pedrosa (Honda) n'auraient jamais rattrapé Marc Marquez (Honda HRC) mais on a été privé d'une belle bagarre lorsque les trois ont été éliminés d'un coup. Un soulagement qu'il n'y ait pas eu de blessé, un sentiment d'inachevé aussi.

Grand Prix d'Espagne

Moto3 : 91 Grands Prix et enfin une victoire pour Oettl !

06/05/2018 À 09:49

Le vainqueur : Marc Marquez (Honda HRC)

Après trois chutes aux essais, l'Espagnol a plané sur la course. Il suffit de voir la dose de risque qu'il a mise dans les dépassements de Johann Zarco (Yamaha Tech3), Dani Pedrosa (Honda HRC) et enfin Jorge Lorenzo (Ducati Team) pour pointer P1 au tour 8. Surtout, la maîtrise de sa glissade sur les graviers ramenés par Thomas Luthi (Honda VDS) au virage n°11 aura renouvelé l'admiration qu'il faut avoir pour cet équilibriste né, qui s'est servi de cette chaude alerte pour se détacher définitivement !

Le voilà de retour en tête du championnat, favori à sa propre succession. Ce ne serait qu'anecdotique s'il avait 23 points d'avance sur Andrea Dovizioso (Ducati Team).

Le crash : Lorenzo tamponne Pedrosa puis Dovizioso

Le coup de moto tamponneuse du tour 18 reste un fait malheureux qui rappelle la difficulté pour le pilote à changer de ligne sans danger. Le pire serait de chercher un coupable. Arrivé tard sur les freins, Pedrosa tenait bien la corde et il était dans un angle mort pour Lorenzo.

Les grands perdants : Les pilotes Ducati Team

Jorge Lorenzo a tenu ses pneus beaucoup plus longtemps que l'on pensait mais il commençait à être en galère quand tout s'est arrêté au tour 18. On a senti qu'il comptait se montrer ce week-end pour négocier au mieux son avenir à Borgo Panigale. Pas de bol pour lui, Andrea Iannone lui a peut-être aussi fermé la porte de l'usine Suzuki avec son podium.

Andrea Dovizioso ? Sa colère après Lorenzo sous le coup de son abandon en disait long. Et 24 points de retard sur Marc Marquez au championnat, ça commence à faire beaucoup…

Le pilote en mode on/off : Alex Rins (Team Suzuki)

Un podium en Argentine au milieu de trois abandons sur chutes, l'Espagnol en fait trop dès que ça se complique et il ne progresse pas comme l'espérait Davide Brivio. Et le nouveau podium de son coéquipier ne va sans doute pas arranger les choses. On le saura très vite.

Le fantôme : Valentino Rossi (Yamaha Factory)

P10 en qualification, son plus mauvais résultat à Jerez depuis 2012, époque Ducati. P5 en course sur un coup de chance, un cache-misère qui ne règle rien. L'absence de tests andalous était un prétexte, son "tour du monde" est de la com' dérisoire. 14 courses sans gagner, le titre s'éloigne encore et toujours...

Le performer : Andrea Iannone (Suzuki Team)

Au 36e dessous il y a moins d'un mois, l'Italien ne s'est pas énervé et a passé Danilo Petrucci (Ducati Pramac) pour le podium à deux tours de la fin. Son deuxième de suite, ce qu'il n'avait jamais fait. Son manager Carlo Pernat lui accordait 30 à 40% de chance de rempiler en 2019. Ce pourcentage a donc bondi.

Les battus : Bradley Smith (KTM Factory) et Scott Redding (Ducati Pramac)

Les deux Britanniques ont encore été inexistants face à leurs coéquipiers ce week-end, et pas étonnant que le paddock les considère comme hors-jeu pour 2019. Smith s'est fait taper par Pol Espargaro et l'invité Kallio en qualification et en course, et Redding, encore battu en Q1, a fini 15e et dernier, à 12 secondes de Rabat.

Le challenger : Johann Zarco (Yamaha Tech3)

Eh oui, il faut l'appeler comme ça, car le Français est désormais n°2 mondial, premier rival de Marc Marquez (Honda HRC) dans la course au titre. Incapable de suivre les Honda et Ducati officielles, il avait décidé d'assurer P5 avant ce fameux tour 18.

La stat : 3

Suzuki n'avait plus aligné trois podiums depuis 2008.

L'info : Guintoli à Brno

La Commission Grand Prix a accordé samedi une wild card au Français Sylvain Guintoli (Suzuki) pour le GP de République tchèque.

Le point au Mondial Pilotes

1-Marc Marquez (Honda HRC) 70 pts, 2-Johann Zarco (Yamaha Tech3) 58 pts, 3-Maverick Viñales (Yamaha Factory) 50 pts, 4-Andrea Iannone (Team Suzuki) 47 pts, 5-Andrea Dovizioso (Ducati Team) 46 pts

Dans le même sujet
MotocyclismeGrand Prix d'Espagne
Partager avec
Copier
Partager cet article