Finalement, il n'y a pas eu d'effet d'annonce. En tout cas, pas ceux espérés. Deux semaines après avoir officialisé qu'il quittera KTM à la fin de la saison à la suite d'une série de mauvais résultats, Johann Zarco (KTM Factory) a vécu un nouveau calvaire, ce dimanche, au Grand Prix de Grande-Bretagne. Qui n'est pas resté, une nouvelle fois, sans conséquence.
Solidement installé au treizième rang mais devancé par deux des trois autres pilotes KTM, Pol Espargaro et Miguel OIiveira, le Français a commis l'irréparable au neuvième tour. Au virage n°14, le Cannois a tenté d'attaquer le Portugais. Il a finalement provoqué sa chute et celle de son devancier.

Zarco a fragilisé sa candidature

Grand Prix de Grande-Bretagne
Quartararo, la frayeur qui a tout gâché
25/08/2019 À 16:26
"J'avais fait cette manœuvre plusieurs fois pendant les essais et ça fonctionnait plutôt bien, a-t-il assuré après la course, dans des propos relayés par nos confrères de Motorsport.com. Je pensais qu'il me verrait. Il m'a vu un poil tard et n'a malheureusement pas eu le temps de redresser sa moto".
Une erreur n'est jamais bienvenue mais celle-ci pourrait être très préjudiciable pour l'avenir du pilote tricolore, qui discute avec plusieurs constructeurs pour dégoter un guidon en catégorie reine. Ce malgré le peu d'opportunités visibles, puisque seul le contrat de Takaaki Nakagami, chez LCR, n'a pas encore officiellement été prolongé.
Surtout, cet incident devrait encore amenuiser l'éventualité d'un nouvel accord avec… KTM. L'option, déjà peu probable, avait néanmoins été évoquée par le directeur de l'équipe Mike Leitner, avant l'épreuve britannique, à Speedweek : " Si Johann se classe régulièrement dans le top 10 à partir de maintenant et qu’il trouve tout à coup de bonnes sensations, pourquoi ne pas en discuter ensemble ?"

Une pénalité à Saint-Marin

Zarco a gaspillé une précieuse munition, sabordant aussi les chances du principal candidat à sa succession chez KTM. "Je suis désolé d'avoir ruiné sa course", a confié le double champion du monde Moto2. Le Portugais, lui, ne lui a pas encore totalement pardonné : "Il y a clairement quelque chose qui ne tourne pas rond chez lui, a lamenté Oliveira, à O Jogo. Il a fait une tentative de dépassement suicidaire, dont l'issue ne pouvait être que celle-ci."
Les commissaires de la FIM ne lui ont pas trouvé de circonstances atténuantes non plus. Ils ont jugé sa conduite "irresponsable" et lui infligé une pénalité de trois places sur la grille de départ du prochain Grand Prix, à Saint-Marin. Comme si sa tâche n'était pas assez relevée comme ça.

Johann Zarco (KTM) dans son box lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 2019

Crédit: Getty Images

Grand Prix de Grande-Bretagne
Vainqueur pour 13 millièmes, Rins a réussi ce que personne n'avait fait depuis 2006
25/08/2019 À 13:37
Grand Prix de Grande-Bretagne
Un dépassement sur la ligne et Rins a écoeuré Marquez
25/08/2019 À 12:46