Pilotes moins jeunes et moins nombreux, équipement et moyens de communication améliorés en cas d'accident... La Fédération internationale de motocyclisme (FIM) et le promoteur des principaux championnats de vitesse, Dorna, ont annoncé avoir pris un ensemble de mesures afin d'améliorer la sécurité en piste. Ces décisions font suite aux décès de trois jeunes pilotes (les Espagnols Hugo Milan, 14 ans, en European Talent Cup, Dean Berta Vinales, 15 ans, en catégorie WorldSSP300, et le Suisse Jason Dupasquier, 19 ans, en Moto3) lors d'accidents cette année.
Dans les saisons à venir, "de nouvelles limites d'âge pour chaque catégorie, série ou championnat entreront en vigueur dans le monde entier". Le nombre de concurrents en piste sera également limité selon les catégories. Pour ce qui est du Championnat du monde de vitesse moto, qui comprend la MotoGP, la Moto2 et la Moto3, il a été proposé de placer à partir de 2023 cette limite à 18 ans pour toutes les catégories, contre 16 ans actuellement dans les classes inférieures (avec une exception à 17 ans pour les vainqueurs du Championnat du monde Junior de Moto3 et/ou de la Red Bull MotoGP Rookies Cup, ainsi que pour les pilotes plus jeunes engagés avant cette date). A partir de 2022, l'obligation pour les pilotes d'être équipés d'airbags sera également généralisée.
Motocyclisme
Quartararo : "Rien ne peut me déstabiliser"
HIER À 00:19

Des équipements améliorés

A plus long terme, les acteurs de la moto se sont engagés à tenter "d'améliorer le niveau de protection offert par l'équipement des pilotes (casque, combinaison, protège-poitrine et dos), en mettant l'accent sur leur protection contre l'impact d'un autre concurrent ou d'une autre moto, notamment au niveau de la poitrine et du cou". Les moyens de communication entre les commissaires de piste et la direction de course d'un côté, et les pilotes, leurs équipes et la direction de course (tableau de bord, panneaux lumineux en bord de piste...) de l'autre, doivent également continuer de progresser. "L'objectif est de mettre en place des systèmes d'alerte automatiques et quasi instantanés pour tous les pilotes/motos qui suivent" après un accident "dans les championnats de tous les niveaux".
Par ailleurs, les sanctions imposées à ceux qui pilotent dangereusement sont de plus en plus nombreuses et sévères. Ainsi, en Moto3, le Turc Deniz Öncü a été suspendu pour deux GP après avoir provoqué un impressionnant accident lors de la dernière épreuve à Austin, aux Etats-Unis. Cette décision a encore été saluée jeudi par les pilotes de MotoGP, à l'instar de Francesco Bagnaia selon qui "c'est le seul moyen de faire changer cette situation". Pour l'Italien, qui plaidait aussi pour une réduction du nombre de concurrents dans les petites catégories, "beaucoup d'autres pilotes le méritent car ils sont trop agressifs en piste". Son compatriote Luca Marini envisage lui une autre solution qui serait de rendre les motos "plus sélectives", c'est-à-dire compliquées à piloter, afin de "s'assurer que les meilleurs, les plus rapides gagnent, et pas les plus agressifs ou les chanceux".
Reste un point évoqué par l'octuple champion du monde Marc Marquez : celui du nombre exponentiel de catégories. "Il y a 20 ans, il n'y en avait que quatre ou cinq, notait l'Espagnol lors du GP des Amériques. Si tu étais rapide, tu pilotais. Sinon, tu restais chez toi. Maintenant, si tu n'es pas compétitif quelque part, tu peux aller ailleurs"."D'un côté, cette croissance est positive pour la moto. De l'autre, en doublant le nombre de pilotes et de courses, le risque augmente. C'est difficile de trouver le juste milieu", a estimé Marquez.
Motocyclisme
Bagnaia domine Quartararo
19/11/2021 À 20:16
Saison 2021
Aux côtés des géants : Quartararo a apposé sa plaque sur le trophée de champion du monde
15/11/2021 À 11:08