Le "prince de la vitesse" n’est donc plus. Son décès a été annoncé jeudi par le constructeur Yamaha pour lequel il avait couru en Grand Prix. Né le 1er janvier 1939 à Luton près de Londres, il remporte ses premières courses dans des épreuves sur route comme le Manx Grand Prix ou le Ulster 200 au début des années 1960. Il fait ses débuts en championnat du monde sur le célèbre circuit de l'île de Man en 1961, gagnant la course des 350cm3. En 1964, il remporte son premier championnat du monde au guidon d'une Yamaha 250cm3, le premier pour la marque japonaise.
Il renouvelle cet exploit en 1965 puis en 1968, remportant également cette année-là le titre en 125cm3, non sans une polémique qui entachera longtemps sa réputation sur les pistes. Après avoir vu Read s'adjuger le titre en 125cm3, le public --et Yamaha-- s'attendaient à ce qu'il laisse son coéquipier et compatriote au sein de l'écurie japonaise, le très populaire Bill Ivy, prendre celui des 250cm3. Mais lors de la dernière course à Monza, Read ne laisse aucune chance à Ivy et remporte le championnat dans cette catégorie également. "Nous étions sur la première ligne tous les deux et je lui ai dit que s'il voulait remporter le championnat, il devrait avant me battre", s'est-il souvenu dans une interview en 2019.
Grand Prix de Valence
Quartararo : "Après la course, c'était dur..."
06/11/2022 À 19:43
Ivy se tuera quelques mois plus tard et la popularité de Read souffrira durablement de cet épisode, devenant pour beaucoup "Read le rebelle".

Devant le roi Ago

En 1972 arrive la consécration. La marque italienne MV Agusta, qui domine alors le championnat en 350 et 500cm3, lui propose de venir épauler le multiple champion du monde Giacomo Agostini. Il prend vite la mesure de son illustre coéquipier et remporte le titre en 500cm3 l'année suivante. Ago décide alors de quitter MV pour rejoindre Yamaha, laissant Read remporter à nouveau le titre 500 en 1974, le dernier de cette marque italienne mythique. En 1975, il terminera 2e, toujours sur MV, derrière Agostini et son ultra-rapide deux temps japonais.
S'il se retire des Grand Prix moto en 1977, Read continue à courir, notamment au Tourist Trophy sur l'île de Man. En 1978, il y affronte le légendaire Mike Hailwood, déjà son adversaire en Grand Prix quinze ans plus tôt. A 38 ans et 11 ans après son retrait de la compétition moto, "Mike the Bike" revient au TT pour une ultime course. A la surprise générale, il triomphe sur sa Ducati, Phil Read étant contraint à l'abandon alors qu'il était encore dans la roue d'Hailwood dans le dernier tour. "J'ai entendu dire après que le moteur de Hailwood avait cassé juste avant la ligne d'arrivée. Si j'étais resté avec lui jusqu'au bout, il aurait dû le pousser plus et il aurait sans doute cassé avant. Mais je serais resté pour toujours celui qui a gagné un TT de la plus mauvaise façon qui soit", avait confié Read au cours du même entretien accordé à un club anglais de pilotes vétérans.
Après sa retraite définitive de la compétition en 1983 à 43 ans, Phil Read reste une présence régulière dans les rassemblements de motos anciennes, n'hésitant pas à revêtir son cuir et son célèbre casque noir à flammes blanches pour chevaucher les motos pilotées en course au cours de sa carrière.
Grand Prix de Valence
La plus grande remontée de l'histoire : comment Bagnaia a privé Quartararo du titre
06/11/2022 À 16:41
Grand Prix de Valence
Pas de miracle pour Quartararo, Bagnaia au sommet
06/11/2022 À 13:42