Les images ont fait froid dans le dos et ravivé de bien mauvais souvenirs. Samedi, Marc Marquez a lourdement chuté lors de la troisième séance d'essais libres du Grand Prix d'Espagne, un an après un crash qui lui avait coûté une fracture de l'humérus et mis sur touche pour la fin de saison, sur ce même circuit. Et... deux semaines après son retour en course. Mais l'Espagnol en est cette fois sorti indemne et tiendra donc sa place sur la grille de départ dimanche (14h00), pour la quatrième manche de la saison, où il partira 14e. Avec une certaine appréhension ? Pas vraiment, à en croire le pilote Honda.
"Après une blessure, on ne veut jamais que la première chute arrive, mais tôt ou tard, ça doit arriver, a-t-il assuré, dans des propos relayés par l'AFP. Cela n'aide pas que ce soit une chute violente, mais en sortir indemne et voir que rien ne se passe est soulageant d'une certaine manière. J'ai dit que je redeviendrai le même Marc qu'avant, pas maintenant, mais dans le futur, et cela signifie qu'il faut aller à la limite, prendre des risques. Et aujourd'hui, j'ai envie d'aller à la limite, de pousser la machine. Je me sens de mieux en mieux sur la moto. Mon corps est maintenant prêt à encaisser les chutes".
Motocyclisme
Bagnaia domine Quartararo
19/11/2021 À 20:16
J'ai pensé à attraper mes bras et à les protéger...
Reste que le sextuple champion du monde s'est évidemment fait une belle frayeur sur le coup. Sa chute, à 180km/h, aurait pu avoir des conséquences autrement plus dramatiques si Marquez avait été percuté par sa moto. "Une chute comme celle-ci, qu'il s'agisse de la première ou de la dernière, fait toujours peur, car vous n'avez pas l'habitude de tomber comme ça et de heurter une 'airfence' (barrière de protection autour du circuit, ndlr), a avoué l'Espagnol. Pendant la chute, j'ai pensé à attraper mes bras et à les protéger, c'est un réflexe qu'il faut avoir que vous ayez une blessure ou non, et une fois que vous avez fait cela, vous devez juste attendre de voir où la vitesse vous emmène. Mais on ne s'habitue jamais à tomber et à s'écraser contre les 'airfence'".
Mais si le pilote de 28 ans est passé proche de la catastrophe, le compétiteur a rapidement repris le dessus lors de ce point presse, au moment de revenir sur les qualifications, et donc sur cette 14e position sur la grille de départ, dimanche. "Nous avons opté pour la sécurité, avec le pneu tendre, et cela m'a beaucoup limité pour faire un tour rapide. J'ai terminé les qualifications énervé. Nous devons changer notre mentalité là-dessus, choisir notre stratégie en fonction de la performance recherchée et non de la sécurité". Le message est clair. Ne vous attendez pas à un Marquez timoré...
Saison 2021
Aux côtés des géants : Quartararo a apposé sa plaque sur le trophée de champion du monde
15/11/2021 À 11:08
Grand Prix de Valence
Rossi, 10 chiffres d'une longévité hors norme
14/11/2021 À 18:44