Quoi qu'il arrive ce week-end, ces Mondiaux de Shanghai resteront historiques pour la natation française. Après les six médailles de Melbourne en 2007 (dont cinq pour la seule Laure Manaudou) et six autres à Rome il y a deux ans, les Tricolores ont atteint le septième ciel vendredi en Chine. Ce septième podium, on le doit à quatre garçons en argent. Yannick Agnel, Grégory Mallet, Jérémy Stravius et Fabien Gillot sont allés chercher la deuxième place derrière les Etats-Unis, réputés intouchables sur cette distance. Venus pour jouer le podium, les Français ont même flirté avec l'or, avant que Lochte ne dépose logiquement Gilot dans les 100 derniers mètres.
Le duel franco-américain a rythmé cette finale. Certes, Paul Biedermann a viré en tête à l'issue du premier relais, cinq petits centièmes devant Yannick Agnel (1:45.25), Michael Phelps, un peu fatigué par sa demi-finale du 100 pap 30 minutes plus tôt, ayant coincé dans la dernière longueur. Mais les Allemands ne possèdent pas l'homogénéité des relais américain et français. Loin de là. Ils allaient finalement se contenter de la quatrième place. Impeccable dans son rôle, Grégory Mallet a ensuite gardé le contact avec Peter Vanderkaay lors du deuxième relais, avant qu'un super Jérémy Stravius (1:45.40) ne porte l'équipe de France en tête en prenant le dessus sur Richard Berens.
Bernard supplée Bousquet
Mondiaux Shanghai
Lochte, prince de Shanghai
29/07/2011 À 13:08
Lorsque Fabien Gilot s'est élancé, le podium était donc quasiment assuré, tant le duo de tête avait creusé des écarts énormes. Les Chinois naviguaient déjà à plus de trois secondes. L'or devint même un rêve un peu fou, puisque Gilot disposait d'une marge supérieure à une demi-seconde sur Ryan Lochte. Un Lochte qui, une heure plus tôt, avant décroché sa troisième médaille d'or lors du 200m dos. Qui sait, la fatigue pouvait le guetter, d'autant que Gilot, lui, avait été préservé lors des séries du relais. La fraicheur jouait pour lui. Mais Lochte est un monstre. Encore derrière à 100m de l'arrivée, l'Américain a produit son effort pour faire la décision. Il a nagé son 200 en 1:44.56. Personne n'est allé plus vite que lui. Pour Gilot, il était temps que ça se termine. Les 25 derniers mètres ont dû paraître interminables au Marseillais, qui a vu le Chinois Sun Yang fondre sur lui. Mais l'argent ne pouvait plus échapper aux Français, qui s'offrent, en prime, un nouveau record de France en 7:04.81 (5 secondes de moins que l'an dernier à Budapest !), à un peu plus de deux secondes des Américains.
Pour les Français, cette journée de vendredi s'est donc achevée sur un immense sourire lors de la toute dernière course, la seule finale où ils étaient représentés. Elle avait pourtant débuté par un gros couac. Lors de la session matinale, Frédérick Bousquet, champion d'Europe en titre de la spécialité, avait été éliminé dès les séries du 50m nage libre. Potentiellement, une grande chance de médaille s'est envolée à cette occasion. Heureusement, la suite fut donc beaucoup plus heureuse. Et prometteuse, aussi. Outre la 7e médaille via le relais, trois Tricolores ont effet pris date pour samedi en décrochant leur billet pour la finale. C'est le cas d'Alain Bernard. L'Antibois s'en est mieux sorti que Bousquet sur 50m. 10e temps des séries, il a haussé le ton pour signer le huitième temps des demi-finales. C'était juste, mais ça passe. La médaille sera tout de même compliquée à obtenir, à moins que Bernard n'améliore sensiblement son départ. Mention bien également pour les filles. Mélanie Hénique et Alexianne Castel ont elles aussi assuré leur qualification pour la finale, respectivement sur 50m papillon et 200m dos. La moisson n'est donc peut-être pas finie. Mais elle est déjà historique.
Mondiaux Shanghai
Bousquet tombe de haut
29/07/2011 À 05:31
Mondiaux Shanghai
Une équipe, une vraie
01/08/2011 À 05:40