AFP

Bernard: "Je suis abattu"

Bernard: "Je suis abattu"
Par Eurosport

Le 11/08/2008 à 15:45Mis à jour

Sale jour pour Alain Bernard. Dépossédé de son record du monde par l’Australien Sullivan et battu d’un doigt par l’Américain Lezak, le colosse d’Antibes n’a pu contenir quelques larmes à l’arrivée du relais 4x100m. "Il est touché, reconnaît son entourage,

On vous sent particulièrement abattu après cette défaite sur le fil…

Alain BERNARD : Bien sûr que je suis abattu. Ma déception n'est pas encore évacuée. Depuis un an et demi, j'ai perdu l'habitude de partir devant et finir derrière. En tant que recordman du monde, je m'attendais forcément à toucher devant. C'était clair dans ma tête. Il y avait un bel enjeu. On ne voulait rien rater et se faire plaisir. Quand tes collègues s'arrachent pour te passer le relais avec un mètre d'avance, tu veux forcément toucher en tête. Je suis donc forcément déçu d'avoir touché derrière Lezak (le dernier relayeur américain auteur d'un époustouflant 46''06 lancé). Certainement que les Américains étaient mieux et plus forts que moi. Peut-être nous a-t-il également manqué un brin de chance. On a quand même une belle médaille d'argent. On ne va pas cracher dessus.

Qu'avez-vous immédiatement ressenti après avoir touché le mur d'arrivée ?

A.B. : Je me suis dit : "C'est chiant. On aurait pu faire mieux. On aurait pu gagner". Mais avec des "on aurait pu", on pourrait refaire le monde. Je pense qu'on s'est donné à fond. On n'a pas de regrets à avoir de ce côté-là. Moi-même, j'ai le sentiment de m'être surpassé. Je coince aux 80 mètres, je résiste jusqu'à la fin mais ça se joue à la touche. Huit centièmes, c'est suffisant pour faire la différence. C'est fait, c'est fait. Ca ne sert à rien de s'acharner là-dessus. Maintenant, je vais penser à bien récupérer pour que cette course ne laisse pas de traces car mes Jeux commencent à peine. Comme pour Fabien (Gilot) et Fred (Bousquet).

Pensiez-vous nager collectivement aussi vite ?

A.B. : Je savais qu'on pouvait faire moins de 3'09, mais je ne pensais qu'on pourrait faire ce 3'08 (3'08''32, nouveau record d'Europe). Je pense que ce record va rester un petit moment sur les tablettes.

Racontez-nous votre course ?

A.B. : Je pars bien lancé par Fred (Bousquet). J'avais de bonnes sensations. Je savais que ça allait vite. Je maîtrisais mon truc, mais Lezak était confortablement installé jusqu'au premier cinquante mètres. Du coup, il a dû avoir un peu plus de pêche sur la fin et a dû être aspiré par moi. Comme en plus, il a un peu plus d'expérience (il a 33 ans) que moi, la victoire a dû aussi se jouer un peu là-dessus.

A titre personnel, quels sont vos motifs de satisfaction ?

A.B. : Moi qui ai du mal à rentrer dans une compétition, je repars quand même avec une médaille d'argent pour ma première course de ces Jeux Olympiques. J'espère que ça lance bien ma compétition. Et puis, à mon avis, il va avoir de la bagarre sur 100 m après le record du monde de Sullivan (47''24 contre 47''50)…

0
0