AFP

L'argent de l'amertume

L'argent de l'amertume
Par Eurosport

Le 11/08/2008 à 08:30Mis à jour

Grand favori, le relais tricolore n'a pris "que" la deuxième place du 4x100m à Pékin, lundi. Devancés par leurs homologues américains, qui ont pulvérisé le record du monde, Leveaux, Gilot, Bousquet et Bernard ont dû se contenter de la médaille d'argent. P

En Chine, le huit est un chiffre porte-bonheur. Pour la natation française, il est désormais synonyme de cruelles déceptions. Après Coralie Balmy qui a raté la médaille de bronze du 400m nage libre pour cet écart, le relais tricolore a connu la même désillusion en finale du 4x100m. Favoris de l'épreuve, Amaury Leveaux, Fabien Gilot, Frédérick Bousquet et Alain Bernard sont passés à un cheveu d'un titre olympique qui n'aurait jamais dû leur échapper. En 3'08"32 (nouveau record d'Europe), l'équipe de France s'est vu souffler la médaille d'or par son homologue américaine. Dans un scénario que n'aurait pas renié Sir Alfred Hitchcock.

Dans la même configuration que lors du relais de l'Open de Paris, durant lequel les Bleus avaient battu le record d'Europe, c'est Amaury Leveaux qui lance l'équipe de France. Désireux de se consacrer à cette finale, l'élève de Lionel Horter a déclaré forfait pour les demi-finales du 200m nage libre un peu plus tôt dans la matinée. Moins rapide qu'en séries (47"91 contre 47"76 la veille), le Mulhousien passe le relais à Fabien Gilot. Devant, l'Australien Eamon Sullivan touche le premier en 47"24, améliorant de 26 centièmes le record du monde du 100m d'Alain Bernard (47"50). La première mauvaise nouvelle pour le Français...

Bernard est parti trop vite

Calé dans le sillage de Bernard, qui a peut-être commis une erreur en nageant collé aux flotteurs, Lezak a le Français en ligne de mire. Sans s'affoler, le champion olympique du 4x100m 4 nages d'Athènes efface son deuxième 50m en 24"56 pour effacer son 100m en... 46"06 (!). Les quinze derniers mètres paraissent interminables pour Alain Bernard (pourtant auteur d'un chrono de 46"73). C'est à la touche que Lezak offre l'or à son pays. Battu à Sydney (par l'Australie) puis à Athènes (par l'Afrique du Sud), le relais US a remis les pendules à l'heure américaine à Pékin.

En 3'08"24, il a surtout explosé de près de 4 secondes (-3"99) le record du monde fixé la veille par son équipe bis en 3'12"23. Premier relayeur, Michael Phelps, qui a nagé en 47"51 (soit à 1 centième de l'ancienne meilleure marque mondiale de Bernard), s'offre donc un deuxième titre olympique en Chine, après celui du 400m 4 nages, dimanche. Avec huit médailles d'or, le kid de Baltimore n'est plus qu'à une médaille du record de son compatriote Mark Spitz. Au grand dam de ses adversaires tricolores qui représentaient le seul obstacle à sa future moisson...

dpa

0
0