EFE

Rafale Nadal

Rafale Nadal
Par Eurosport

Le 01/07/2008 à 14:20Mis à jour

Sans aucun doute, Rafael Nadal monte en puissance à Wimbledon. Après s'être longtemps fait soigner, l'Espagnol a finalement donné une leçon à Mikhail Youzhny avant de se qualifier pour les quarts de finale. Un succès qui confirme l'explosion du Majorquin

WIMBLEDON - huitième de finale messieurs

L'Espagne peut être fière de ses génies. Dans la continuité de la victoire à l'Euro de football dimanche soir, Rafael Nadal a régalé son pays par une qualification pour les quarts de finale de Wimbledon. Face au Russe Mikhail Youznhy, sa bourreau du mois de janvier au tournoi de Chennai (0-6, 1-6), le Majorquin a vécu le meilleur comme le pire. Le pire, d'abord, sur une blessure venue semer le trouble dès le 2e jeu. Touché au mollet droit après une étonnante glissade, l'Espagnol a fait immédiatement intervenir le kiné sur le court, sans attendre la fin du jeu. Sept longues minutes de massage pour le joueur et d'inquiétude pour son entraîneur (et oncle), Toni Nadal. Mais finalement plus de peur que de mal. Le meilleur, ensuite et enfin, deux heures plus tard.

Sur gazon comme sur terre

En face, le Russe pensait très certainement ne pas avoir à jouer cette rencontre pour atteindre le prochain tour et décrocher un deuxième succès de rang. L'an passé, jour pour jour, le Russe était même parvenu à prendre les deux premiers sets à Nadal avant de plier et de s'incliner ici même, à Wimbledon. Le miracle russe n'a pas eu lieu. 6-3, 6-3 dans les deux premiers sets en faveur de Nadal avant que ce dernier n'inflige une véritable correction à la tête de série N.17 qui a pourtant sauvé deux balles de matches avant de s'incliner (6-1).

De cette défaite, Youznhy devra tirer des leçons, lui qui n'a obtenu que 59% de points gagnants sur premières et 31% en secondes. Trop peu pour inquiéter l'Espagnol. Trop loin de sa prestation en quart de finale de l'US Open 2006, qui avait privé Nadal d'une première demi-finale à Flushing Meadows. Seul dernier carré en Grand Chelem qui manque à son palmarès.

Un statut de N.2 enterriné

Où s'arrêtera la folle série de Nadal, lancé désormais à la poursuite de Borg, dernier auteur du doublé Roland-Garros/Wimbledon? Personne ne le sait, mais tout le monde le voit venir. Federer le premier. La qualification du Suisse pour les quarts est un petit bémol dans la progression de l'Espagnol : même en cas de victoire en finale, il ne pourra pas prendre la place de numéro 1 mondial à ce fidèle adversaire. Ce qui reste pour l'instant l'anecdote du tournoi. En attendant mieux ?

LA DÉCLA : Rafael Nadal : "Je pense que ça va bien (ndlr: à propos de son appel à un soigneur). Rien d'important. J'ai senti un peu de douleur, j'ai eu un peu peur parce que j'ai cru entendre un craquement, mais ça va. Gagner en trois sets contre un adversaire comme Youzhny est un très bon résultat. Je suis heureux. Je joue très bien".

0
0