AFP

Les Français Johan Clarey et Valentin Giraud Moine sur le podium de la descente derrière Paris

Une descente de folie pour Giraud Moine et Clarey, sur le podium derrière Paris

Le 21/01/2017 à 13:05Mis à jour Le 21/01/2017 à 14:48

KITZBÜHEL - Double podium français dans la plus redoutable des descentes du Cirque blanc : Valentin Giraud Moine et Johan Clarey ont fini sur les traces du vainqueur italien, Dominik Paris, samedi dans la station autrichienne.

Eurosport Player: Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

La descente de Kitzbühel est toujours un moment à part. Pour les Bleus, cette cuvée 2017 gardera un goût très spécial. Inoubliable même. Pas de victoire certes. Luc Alphand attend toujours son successeur, 20 ans après. Mais deux Tricolores sur le podium. Deux surprises ô combien savoureuses. Partis après le passage des grands favoris ce samedi, Valentin Giraud Moine (2e, +0''33) et Johan Clarey (3e, +0''21) ont fait frémir Dominik Paris, vainqueur pour la deuxième fois sur la Streif après 2013.

Quatre annulations cet hiver. Seulement deux occasions pour s'exprimer (Val d'Isère et Val Gardena). Et plus d'un mois sans courir. C'est peu dire que les descendeurs avaient les crocs en arrivant dans la station autrichienne. Ils ont été servis. Un ciel irréprochable. Une piste verglacée. La mythique Streif était bien sur son 31 pour l'un rendez-vous alpins les plus attendus de l'année. Paris a été le plus à même de la dompter. Solide sur le haut du parcours, le bloc transalpin a fini en boulet de canon, maîtrisant à la perfection le dévers final, pour boucler la course en 1'55''01. Avec quatre dixièmes d'avance sur son compatriote et tenant du titre Peter Fill, finalement 4e.

Parti pour tout casser, Feuz a finalement chuté

Longtemps, personne n'est venu s'approcher de Paris, lauréat de sa première victoire de la saison, la 7e de sa carrière. Beat Feuz aurait pu le faire. Mais le Suisse, passé avec 72 centièmes d'avance (!) au 5e intermédiaire, a perdu le contrôle dans la fameuse traverse, finissant dans les filets. Sans mal, heureusement. Comme pour Max Franz, parti juste avant, qui a été victime d'un déchaussage mal venu sur le haut du parcours.

Les grands favoris n'ont pas répondu présent. Christof Innerhofer (17e à 1''53) a perdu ses chances en posant ses skis sur la bâche, faute que n'aurait d'ailleurs pas renié Bode Miller. Les Norvégiens Kjetil Jansrud (36e, +2''18) et Aleksander Aamodt Kilde (24e, +1''82) ont connu un jour sans en l'absence d'Aksel Lund Svindal, qui a dû mettre un terme à sa saison en début de semaine. Et les Autrichiens, au lendemain de la victoire de Mathias Mayer en super-G, n'ont pas su se transcender, Mayer se classant 8e (+0''75). La place était donc ouverte. Les Bleus s'y sont engouffrés.

Six Français dans le top 16 !

Malheureux en 2013, où il avait chuté dans la traverse après avoir allumé du vert sur tous les intermédiaires, Johan Clarey a pris sa revanche sur la Streif. Le skieur de la Clusaz, dossard 20 et 36 ans, était encore en tête au 6e intermédiaire (-0''11) avant de lâcher quatre dixièmes sur le bas. Suffisant pour signer le 4e podium de sa carrière, le premier depuis trois ans. Ce bonheur pouvait suffire aux Français. Mais ils ont en ajouté un deuxième, parfumé de jeunesse.

Dossard 24, Valentin Giraud Moine a enflammé le haut du tracé, étant lui aussi en avance jusqu'au 6e intermédiaire (-0''16) avant de se classer 2e. Il signe, à 24 ans, le deuxième podium de sa carrière, un an après sa deuxième place à Kvitfjell.

Comme si cela n'était pas assez, cinq autres Tricolores ont fini dans le top 22 : Adrien Théaux (7e, +0''71), David Poisson (12e, +1''32), Maxence Muzaton (14e, +1''35), Guillermo Fayed (16e, +1''49), et Blaise Gienzendanner (22e, +1''70). Sans oublier Brice Roger (30e, +1''98) et Nicolas Raffort (31e, +2''00). Une journée vraiment exceptionnelle pour les Bleus.

0
0