Comme toutes les championnes, Mikaela Shiffrin a un côté énigmatique. Elle passe complètement à côté de ses Jeux de Pékin, ne terminant que deux courses sur cinq ? Elle remporte dans la foulée son quatrième gros globe de cristal, le premier depuis 2019 après une longue reconstruction. Favorite logique de la saison qui démarre avec du retard pour les femmes, reports obligent, l'Américaine pourrait penser aux records de Lindsey Vonn et Ingemar Stenmark mais ce n'est pas ça qui la pousse.
Quand la skieuse de Vail enchaînait 40 victoires en l'espace de trois saisons de 2016 à 2019, et alors que Lindsey Vonn elle-même avait les 86 succès de Stenmark dans le viseur, chacun se disait que cette dernière ne serait qu'une courte locataire du record. Sa cadette arrivait bien trop vite pour qu'elle lui résiste. Et puis Shiffrin a ralenti, ses cinq succès de 2021/2022 l'emmènent, à l'orée d'une nouvelle saison, à 74. A respectivement huit et douze unités des deux légendes. Soit une excellente campagne ou une monstrueuse saison.
Levi
Le podium s'échappe encore pour Duerr : revivez le run de l'Allemande
20/11/2022 À 13:34

Le record oui, mais pas à tout prix pour Shiffrin

"Ce serait un énorme accomplissement dans ma carrière, car ça voudrait dire que je suis restée au sommet tout au long de mon parcours dans le ski, face à différentes générations d'athlètes, malgré les blessures et d'autres expériences très traumatisantes", analyse Shiffrin pour le site olympique. De fait ses quatre gros globes, ses deux titres olympiques et six mondiaux ainsi que ses succès qui s'étalent sur dix années, disent déjà beaucoup de sa longévité.

C'était le jour de Shiffrin : sa descente parfaite en vidéo

La chasse au record n'est cependant pas la raison pour laquelle Mikaela Shiffrin reviendra encore sur les disciplines de vitesse, décisives dans son sacre au classement général la saison dernière. Les super-G bien sûr mais aussi quelques descentes si ses sensations, et peut-être surtout ses résultats en géant et en slalom, la satisfont. Mais l'Américaine, passée on le sait par des moments très difficiles dans sa vie et qui ont eu des répercussions sur les skis, se sent assez en place techniquement pour poursuivre sur cette voie.
Victorieuse dans les cinq disciplines durant sa carrière, Shiffrin avait surpris son monde en remportant la descente des finales à Courchevel/Méribel en mars, actant là son retour au haut niveau en vitesse. Est-ce à dire que cette polyvalence retrouvée l'amènera vers d'autres sommets… et donc d'autres records ? "Je ne dirai pas : 'Non, je ne veux pas de ce record' parce que, bien sûr, c'est quelque chose de spécial. C'est juste que je n'en ai pas besoin."

Shiffrin veut encore progresser

"Je n'en ai pas besoin pour avoir l'impression d'avoir tout accompli dans ce sport, poursuit l'Américaine de 27 ans, seulement serait-on tenté d'ajouter. Je veux juste continuer à m'améliorer. Et avec un peu de chance, au cours des prochaines années, si je m'améliore, cela signifiera que je suis encore capable de gagner des courses. Et alors nous verrons pour le record. Et si ça arrive, je pense que ça sera probablement spécial, c'est sûr."
Mais si Shiffrin a bien un objectif avant de prendre sa retraite, c'est de prendre du plaisir et se concentrer sur son bien-être avant tout. Sa relation avec Aleksander Aamodt Kilde l'aide, à l'écouter, en ce sens. Et ce n'est pas le fiasco des JO de Pékin qui change quelque chose. Après tout, Mikaela Shiffrin a déjà tellement gagné… "Je n'ai pas un seul objectif de résultats que je veux atteindre pour avoir l'impression de pouvoir prendre ma retraite. Si j'avais une liste d'objectifs à atteindre avant de finir ma carrière… Pour être honnête, je les ai déjà tous".
Levi
Vlhova encore troisième : la course de la Slovaque en vidéo
20/11/2022 À 13:27
Levi
Une manche canon mais la victoire qui s'envole : Holdener encore 2e !
20/11/2022 À 13:18