. LES SATISFACTIONS

Lindsey VONN

Mondiaux - Val d'Isère
Lizeroux au top, Grange le flop
16/02/2009 À 14:30

Tout simplement intouchable. Sacrée en Super-G, épreuve d'ouverture, puis en descente cinq jours plus tard, l'Américaine a décroché les deux premiers mondiaux de sa carrière. La médaille d'or du Super-G, la skieuse de Park City est allée la chercher avec les tripes. Ne profitant pas de conditions de visibilité idylliques, Vonn s'est balancée sur la Face de Solaise. Sa domination lors de la descente a confirmé qu'elle était bien la nouvelle "Speed Queen". Sa récolte à Val d'Isère aurait pu être plus conséquente. Deuxième du Super-Combiné, la native du Minnesota a finalement été disqualifiée après la manche de slalom pour avoir manqué une double. Lors du slalom final, Vonn aurait pu décrocher un troisième titre à Val d'Isère. Mais une vilaine faute d'intérieur est venue stopper celle qui avait signé le 2e chrono de la première manche.

La SUISSE

Avec un total de six médailles, dont 2 en or, 3 en argent et 1 en bronze, la Suisse a terminé en tête du tableau des médailles. Trois Helvètes ont glané l'ensemble des breloques : Lara Gut (argent en descente et en Super-Combiné), Carlo Janka (or en géant et en descente) et l'inusable Didier Cuche (or en Super-G et argent en descente). Après le grave accident de Daniel Albrecht survenu à Kitzbuehel en janvier, on a particulièrement apprécié la mesure dans les propos de Cuche et Janka. Le message ("For Dani") adressé à son compatriote par Lara Gut lors de la cérémonie de remise des médailles du Superè-Combiné restera également comme l'une des belles images de ces Mondiaux.

Aksel LUND SVINDAL

Six skieurs ont quitté Val d'Isère avec deux médailles. Et Aksel Lund Svindal est l'un des quatre hommes à s'y être distingués avec l'or en Super-Combiné et le bronze en Super-G. Mieux, le Norvégien fait partie désormais des skieurs triples champions du monde après son doublé descente/slalom géant aux Mondiaux 2007. Au même titre que ses deux compatriotes retraités Kjetil Andre Aamodt et Lasse Kjus, Svindal est le digne héritier des "Attacking Vikings". "J'en suis à cinq médailles", rappelle-t-il de son sourire doux, qui cache une grande force d'âme. Lui qui a surmonté un grave accident de moto et une lourde chute lors d'un entraînement en descente à Beaver Creek, il a failli perdre sa jambe gauche. Le destin en a voulu autrement.

Les ALLEMANDES

Si les messieurs sont passés à côté, leurs homologues féminines ont tenu la baraque et ont permis à la Mannshaft de glaner deux médailles d'or à Val d'Isère. Le dernier titre d'un skieur allemand remontait à 2001 et les Mondiaux de Sankt Anton avec Martina Ertl en Super-Combiné. Vierge de toute victoire en Coupe du monde, Kathrin Hoelzl s'est offert le luxe de faire craquer l'Autrichienne Kathrin Zettel lors de la seconde manche du géant. Lors du slalom, cinquième et ultime épreuve pour les filles, Maria Riesch a sauvé sa tête après un début de quinzaine très décevant (8e du Super-G, 4e du Super-Combiné, 10e de la descente et 28e du géant).

Kathrin ZETTEL

La Wunderteam peut-elle encore mériter son nom? L'équipe autrichienne, habituée à monopoliser les podiums, a passé deux semaines tête baissée. Elle doit à la discrète Kathrin Zettel son seul titre chez les dames, en super-combiné, alors que Pranger enlevait la dernière course (slalom) chez les messieurs. L'Autrichienne a profité d'une erreur dans la manche de slalom de la favorite américaine Lindsey Vonn pour devenir à 22 ans championne du monde pour la première fois de sa carrière devant la Suissesse Lara Gut et une autre Autrichienne, Elisabeth Görgl. Un regret toutefois, celui d'avoir raté sa seconde breloque en or lors du géant. Leader après la première manche, le vent a gâché son parcours pour la faire arriver à la 6e place. Une déception pour celle qui est en tête du classement de la discipline en Coupe du monde après trois succès cette saison.

. LES DECEPTIONS

Bode MILLER

L'une des plus grosses déceptions de ces Mondiaux. Bode Miller a conclu ses championnats du monde comme il les a traversés, avec un abandon dès la première manche du slalom. Comme à Are en 2007 et à Turin en 2006, le skieur américain n'a remporté aucune médaille à Val d'Isère, avec une 12e place en super-G, une huitième en descente et des abandons en super-combiné, en géant et en slalom. "J'ai l'impression de bien skier, mais je ne vois pas la ligne d'arrivée" , a-t-il même lâché. Vainqueur de la Coupe du monde l'hiver dernier, Miller n'a plus brillé plus lors des grands événements depuis son doublé descente et super-G aux championnats du monde de Bormio en 2005.

Les TECHNICIENS ITALIENS

Peter Fill avait montré la voie à ses compatriotes dès la première course en décrochant l'argent du Super-G. Mais le reste de l'équipe transalpine n'a pas été en mesure de faire aussi bien. Lors du géant, Massimiliano Blardone a raté sa seconde manche (20e temps seulement) et n'a pris que la 5e place de l'épreuve. Alexander Ploner (8e), Davide Simoncelli (11e) et Manfred Moelgg (12e) ont fini encore plus loin. Lors du slalom, ce même Moelgg, médaille d'argent de la spécialité à Are en 2007, a été éjecté du tracé lors du second acte. Patrick Thaler (7e), 3e à Kitzbuehel en janvier, mais surtout le talentueux Giulano Razzoli (éliminé en 1re manche) n'ont pu accrocher le podium.

Anja PAERSON

Avec cinq médailles à Are, dont trois en or, Anja Paerson a perdu ses trois titres mondiaux (Descente, Super-G et Super-Combiné) à Val d'Isère. A 28 ans, la Suédoise, qui est la skieuse en activité la plus titrée, n'a pas réussi à glaner une douzième médaille mondiale en carrière. Une première depuis 2001 où elle avait décroché ses deux premières distinctions à Sankt-Anton (or en slalom et le bronze en géant). Deux fois vainqueur du grand globe de cristal (2004 et 2005), Paerson, actuellement 3e au classement général, a laissé entendre qu'elle serait plus tentée par le gain d'un nouveau trophée en Coupe du monde...

L'équipe MASCULINE de VITESSE de l'AUTRICHE

Pour la première fois depuis 20 ans, et les Championnats du monde de Vail, les descendeurs et super-géantistes autrichiens sont repartis bredouille des Mondiaux. Sur la "Farce" de Bellevarde de "Val M'Isère", selon la presse autrichienne, les skieurs de la Wunderteam ont été dominés par la concurrence. En descente, le meilleur d'entre eux fut le vétéran Hermann Maier (36 ans), classé 6e après s'être élancé avec le dossard 1. Lors du Super-G, alors qu'on attendait plus un Michael Walchhofer ou Klaus Kroell, c'est Benjamin Raich (excellent 5e pour autant) qui a terminé le mieux placé

Ivica KOSTELIC

Ivica Kostelic a brillé par son absence. La Croate n'a participé à aucune épreuve des championnats du monde en raison d'un problème au dos. Le leader du classement général de la Coupe du monde a quitté Val d'Isère, manquant les trois premières épreuves masculines mais gardant l'espoir de participer aux deux dernières, le géant et le slalom. En vain. Il y a finalement renoncé et espère désormais faire son retour lors des prochaines épreuves de Coupe du monde, les 21 et 22 février prochain à Sestrières, en Italie.

Mondiaux - Val d'Isère
Ce qu'il faut retenir de Val d'Isère...
16/02/2009 À 13:30