AFP

La plus belle pour Defago

La plus belle pour Defago
Par Eurosport

Le 15/02/2010 à 20:56Mis à jour

Didier Defago est devenu champion olympique de descente à Vancouver, lundi. Le Suisse, qui succède à Antoine Dénériaz, a devancé le Norvégien Aksel Lund Svindal (0"07) et l'Américain Bode Miller (0"09). Le Français David Poisson a pris la 7e place (0"51), juste derrière le Suisse Didier Cuche.

Eurosport Player: Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Didier Defago n'était jamais monté sur un podium aux Jeux Olympiques. Ce lundi, à Whistler, le Suisse de 32 ans s'est offert la plus belle victoire de sa carrière en s'adjugeant la descente des JO de Vancouver. En 1'54"31, celui qui s'était classé 26e de celle de Turin il y a quatre ans et 21e à Salt Lake City en 2002 a devancé le Norvégien Aksel Lund Svindal et l'Américain Bode Miller.

Quatre ans après la descente de Sestrières, Defago succède donc au Français Antoine Dénériaz. Celui qui compte trois victoires en Coupe du monde (deux descentes à Kitzbühel et Wengen, et un Super-G à Val Gardena) devient également le troisième skieur helvète à être sacré sur la reine des épreuves, après les légendaires Bernhard Russi à Sapporo (en 1972) et Pirmin Zurbriggen à Calgary (en 1988), lui aussi vainqueur au Canada. En s'imposant ce lundi, Defago a mis fin à cette période de disette longue de 22 ans et est devenu le vainqueur le plus âgé de l'épreuve reine à 32 ans, 4 mois et 13 jours.

Cuche seulement 6e

Dans les Rocheuses, le Valaisan a eu les centièmes de son côté. Pour preuve, le trio de tête se tient en neuf petits centièmes, Aksel Lund Svindal étant pointé à 0"07 du vainqueur du jour. "Je suis très content. C'était une course folle, pas très facile parce que la piste était très très différente que lors de l'entraînement", a-t-il expliqué. "Je voulais vraiment rentrer avec une médaille après trois jeux Olympiques et de nombreux Championnats du monde. Je pense que l'expérience a fait la différence". La Suisse attendait la victoire de l'un des siens, mais c'est un autre Didier qui semblait avoir la faveur des pronostics. Seulement sixième d'un run prévu samedi mais reporté de 48h en raison du mauvais temps et de l'état de la piste abîmé par les intempéries, Cuche peut nourrir quelques regrets.

Au contact jusqu'au quatrième et dernier intermédiaire (0"06 de retard seulement), le Neuchâtelois a raté sa dernière section. Sur la ligne, Cuche a dû se contenter du 6e rang (à 0"36), juste derrière l'Autrichien Mario Scheiber et le Canadien Erik Guay. Cité parmi les grands favoris, Manuel Osborne-Paradis n'a pas été à la fête non plus. Le skieur local s'est fait chahuter sur un tracé qu'il connaît pourtant par coeur. Le Canadien a pris une décevante 17e place (à 1"13). Du côté des descendeurs tricolores, David Poisson a été le plus en vue. Le Français, auteur d'un bas exceptionnel, s'est classé 7e (à 0"51): "J'ai commis une erreur et cela fait que j'ai manqué de vitesse sur la partie médiane. Je suis content de ma place mais aux Jeux Olympiques il faut être devant. D'un point de vue ski, je pense que j'étais dans le juste", s'est félicité celui qui avait pris la 4e place de la descente de Bormio fin janvier. Cinquième des derniers Mondiaux de Val d'Isère, Adrien Théaux (16e à 1"09) est passé à côté, tout comme Johan Clarey (27e à 1"98). Le quatrième Guillermo Fayed a terminé au 26e rang (à 1"89).

AFP

0
0