Albuquerque a le triomphe modeste

Albuquerque a le triomphe modeste
Par Eurosport

Le 28/11/2010 à 20:29Mis à jour Le 28/11/2010 à 20:57

L'outsider Filipe Albuquerque a sorti Sebastian Vettel avant de battre Sébastien Loeb pour inscrire son nom au palmarès de la Course des champions, dimanche à Düsseldorf. Il s'est dit étonné de cette réussite face aux "grands noms".

Filipe Albuquerque a pris tout le monde de court en remportant dimanche la Course des champions, à Düsseldorf. Avant ce show annuel, qui réunit traditionnellement un aréopage de stars des sports motorisés, le Portugais de 25 ans était un parfait inconnu. Qualifié par le biais d'une sélection européenne il y a quelques semaines, il était là en tant que représentant d'Audi en GT3 italien. Sans complexe, il a battu en finale le septuple champion du monde des rallyes, Sébastien Loeb. Auparavant, il avait créé la sensation - et déçu une bonne partie des 30.000 spectateurs de l'Esprit Arena - en éliminant le champion du monde de Formule 1 en titre, le local Sebastien Vettel.

Cette victoire participera à la notoriété du jeune Lusitanien, qui a été champion d'A1GP - une série disparue -, mais il n'est pas dit qu'elle donnera un coup d'accélérateur à sa carrière. Du moins pas vers ce pinacle qu'est la Formule 1. "En sports mécaniques, on ne sait pas de quoi est fait le lendemain. J'étais venu ici pour faire de mon mieux. Je ne sais pas si ça m'ouvrira des portes, je sais juste ce que je veux même si je ne le dirai pas", a dit le vainqueur, qui s'était essayé sans grand succès au GP2, en 2007.

AFP

Il fallait dormir Michael !

"Les grands noms avaient plus de pression que moi, forcément, mais je l'ai ressentie en avançant dans la compétition, en me disant : "Waouh ! Tu pilotes contre ces gars là... Simplement, il fallait se concentrer, mettre de côté toute notion de nervosité. Je ne sais pas si j'aurais à repasser par les qualifications l'an prochain ou si je serai invité. Je sais qu'il y a des grands noms ici et je n'en suis pas. Les organisateurs décideront si je mérite de revenir. Mais c'est bon d'être venu une fois et d'avoir saisi cette chance."

On lui a rapporté que Michael Schumacher s'était déclaré fatigué par la fête de samedi soir. Une explication - peut-être - à sa défaite en 1/4 de finale face à Vettel. "En fait, j'étais très fatigué samedi car ce fut compliqué de me rendre ici ; je n'avais dormi que trois heures. J'ai donc bien dormi pour être en forme. Mais bon, il (Schumacher) a quand même assez d'expérience pour savoir qu'il ne faut pas faire la fête la veille avant la course (rires) ?", s'est a souligné avec amusement le natif de Coimbra.

"Il volait tout simplement aujourd'hui !"

A ses côtés, Sébastien Loeb a plaidé la cause de l'Ibère, trublion des stars. "Bien sûr qu'il doit revenir, il doit défendre son titre ! En ce qui me concerne, je viendrai l'an prochain, pour la revanche peut-être. Car il n'y a rien à dire : je n'ai pas fait de grosses fautes et il m'a battu à la régulière. Il volait tout simplement aujourd'hui !", s'est exclamé l'as alsacien, qui a ajouté : "Hier, je n'étais pas si confiant pour aujourd'hui : j'avais été battu deux fois par Priaulx (en demi-finale de la Coupe des Nations). Là, ça a bien débuté et j'ai gagné tous mes duels, excepté la finale". Le triple vainqueur de la Course des champions (2003, 05, 08), battu par Heikki Kovalainen, alors inconnu, en finale en 2004 à Paris, a dit son plaisir d'avoir participé aux compétitions et confié espérer un retour prochain des WRC dans le parc des voitures de l'événement. "Ce sont les voitures les plus plaisantes : on peut vraiment utiliser toute la piste en glissant", a-t-il rappelé. Rendez-vous l'an prochain pour savoir s'il a été entendu.

0
0