Getty Images

Roger Federer domine Juan Martin Del Potro (6-7, 6-4, 6-3) et remporte son 7e tournoi de la saison

Cet intouchable Monsieur Federer

Le 29/10/2017 à 17:38Mis à jour Le 30/10/2017 à 11:41

ATP BALE - Roger Federer a remporté "son" tournoi à Bâle, en battant Juan Martin Del Potro en finale dimanche (6-7, 6-4, 6-3). Le Suisse poursuit sa saison magnifique avec un septième trophée en 2017, une performance qu'il n'avait plus réalisé depuis dix ans. C'est son 8e sacre sur le dur bâlois et le 95e tournoi de sa carrière, dépassant Ivan Lendl dans l'histoire.

Roger Federer en a bavé, mais c'est un homme heureux. Très heureux même. Absent de son tournoi local en 2016, le Suisse a effectué un retour gagnant chez lui à Bâle en s'imposant en trois manches en finale face à un coriace Juan Martin del Potro (6-7 (5), 6-4, 6-3), dimanche.

Malmené par ses démons intérieurs et un Del Potro tenace pendant deux manches, il a fallu 2h31 de combat et de souffrance au Suisse pour s'offrir le 95e titre de sa carrière. Le voilà désormais devenu le joueur le plus titré derrière Jimmy Connors (109 titres). Exit donc, Ivan Lendl qui devra se contenter de la troisième place.

Ce sacre suisse lui offre également un 7e titre en 2017. Il n'avait plus remporté autant de trophées en une saison depuis 2007. Si ses performances et succès du début de saison rappelaient fortement celles d'il y a une décennie, cette fois c'est encore plus marqué.

Pour venir à bout de son meilleur ennemi de la fin de saison 2017, Federer est passé par tous les états. Inspiré en retour, une constante lors de cette finale, il a bien débuté en faisant le break d'entrée de match, avant de se crisper, se remettre dedans, servir pour le gain du premier set et laisser les clés du camion à son adversaire après la perte du jeu décisif (7 points à 5 après avoir mené 3-0). Très importante et indécise, la première manche lui a filé entre les doigts et cela aurait pu d'ailleurs lui coûter la victoire. Les deux hommes y ont joué au chat et à la souris. C'était très beau à voir mais le scénario "je te fuis, tu me suis" a été déroutant pour plus d'un.

Del Potro a concédé 15 balles de break

Mené une manche à rien, avec une première balle inégale et un jeu qui a fait les montagnes russes, le Bâlois a commencé à se crisper avant de prendre son mal en patience. Son tournant est arrivé au début du deuxième acte quand il s'est retrouvé contraint de sauver une balle de break à 1-1. C'est à partir de là qu'il a construit son succès à venir et surtout qu'il a retrouvé une première balle plus efficace à défaut d'être consistante (52% sur le match). Breaké d'entré dans le set décisif, Federer a mis un coup de turbo dévastateur et décisif dans la foulée.

Del Potro, en mode lance-missiles contrôlé dimanche - 26 coups gagnants contre un impressionnant 48 pour Federer - mais courageux au possible en défense, a lui peu à peu baissé de ton au fur et à mesure que le match avançait, principalement au service. Friable derrière ses secondes balles dimanche (33% de points gagnés derrière), l'Argentin a trop souvent été mis en difficulté derrière son engagement. Cela lui a d'ailleurs coûté le titre. Sur les 15 balles de break concédées par l'Argentin lors de la finale, Federer, chirurgical, n'en a pris que cinq. Mais il est allé les prendre au bon moment. C'était docteur Federer.

Roger Federer face à Juan Martin Del Potro en finale à Bâle

Roger Federer face à Juan Martin Del Potro en finale à BâleGetty Images

0
0