Monfils et Tsonga: pause médicale

Monfils et Tsonga: pause médicale
Par Eurosport

Le 17/04/2009 à 16:45Mis à jour

Jo-Wilfried Tsonga a annoncé qu'il ne participerait pas au tournoi de Barcelone, prévu du 20 au 26 avril. Le Français, absent à Monte-Carlo pour parfaire sa préparation sur terre battue, souffre du genou droit. Une bien mauvaise nouvelle qui se combine avec celle de Gaël Monfils, absent 3 semaines.

La psychose s'abattrait-elle sur le clan français ? A l'heure où la saison sur terre battue débute et où les prestations tricolores sont en jachère, Jo-Wilfried Tsonga refait parler de lui... du côté de l'infirmerie. A l'entraînement à Genève pour se préparer à la terre battue, le Français, 11e mondial, s'est blessé au genou droit. Un contre-temps dans sa préparation qui ne lui permettra pas de s'aligner à Barcelone la semaine prochaine, mais à Rome, prochain Masters 1000 sur terre. Sans gravité selon ses proches, cette blessure n'arrive pas au bon moment.

Pas du tout même, alors que Richard Gasquet ménage encore son épaule droite. Et que Gaël Monfils est annoncé blessé aux genoux pour les trois prochaines semaines à venir pour soigner une tendinite... Une nouvelle confirmée peu de temps après le forfait de Tsonga, après le diagnostic sans appel du médecin du Parisien qui ne sait pas encore quand il pourra rejouer sur terre battue. Soit après le Masters de Madrid. Soit l'année prochaine dans le cas - extrême mais envisageable - où il venait à manquer Roland-Garros. Un coup dur qui pousserait Monfils, demi-finaliste des derniers Internationaux de France, hors du Top 10 inéluctablement.

Pour Tsonga, ce coup dur n'est pas une première. L'année passée, celle où il a explosé sur la scène internationale après bien des déboires physiques, le Français a marqué le pas à la même époque. Juste après le Masters de Miami, il a été obligé de quitter momentanément le circuit pour un problème au dos. Si le mal relevé aujourd'hui n'a pas l'air aussi sérieux que la saison dernière, celui-ci tronque encore une fois sa saison sur terre battue. En 2008, il était revenu à Rome début mai face à Gilles Simon, avant de baisser pavillon à Casablanca dix jours avant le début de Roland-Garros. Et de prendre la décision de se faire opérer manquant encore trois mois de compétition. Il ne reste plus qu'à espérer que 2009 ne sera pas pour lui, comme pour Monfils une page blanche sur surface ocre.

0
0