C’était le jour d’après pour Roger Federer. Et sans doute le jour de trop. Après une victoire longue à se dessiner mais méritoire face à Dan Evans pour son grand retour, le Suisse n’a cette fois pas pu en faire de même contre Nikoloz Basilashvili. Si le Suisse a bénéficié d’une balle de match, il s’est incliné assez logiquement face au Géorgien (6-3, 1-6, 7-5). Plus véloce, très solide dans les moments chauds, Basilashvili s’offre une victoire de prestige et une qualification en demi-finale à Doha.
Roger Federer avait passé un test concluant mercredi face à Dan Evans. Mais les interrogations étaient forcément nombreuses sur sa capacité de récupération après un long et éreintant combat, physiquement et mentalement. Pourtant, le Suisse s’est montré inspiré dans la première manche ce jeudi. Véloce en coup droit et surtout très efficace au service (7 aces dans cette manche, pour 12 sur l’ensemble du match), le Bâlois a accéléré à 2-1 pour breaker et empocher le set.
Wimbledon
Federer, les 4 chiffres à retenir d'une défaite marquante
07/07/2021 À 18:41
Jusqu’au 21 mars, l’abonnement à l’application Eurosport est à -50% pour un an, 34,99€ au lieu de 69,99€, pour suivre la saison de tennis en LIVE et sans PUB
Mais rapidement, le match a commencé à échapper au Maestro helvète. Si souriant hier face à Evans, le 6e mondial affichait cette fois un visage bien sombre, nettement plus marqué. La faute à des coups droits de moins en moins saignants et à des déplacements plus lents qu’à l’accoutumée. Mais aussi à un adversaire affuté : Nikoloz Basilashvili, 42e cette semaine mais 16e à son meilleur, a affiché une grande solidité tout au long de la partie. Sans doute des plus motivé par l’idée d’accrocher Roger Federer à son tableau de chasse, le Géorgien a multiplié les coups droits gagnants et les retours surpuissants pour égaliser au tableau d’affichage.

Le physique n'a pas suivi

En souffrance dès que l’échange s’installe dans la durée, Roger Federer s’est accroché. Au courage, loin de sa vista habituelle. Et le Suisse sur un fil tout au long de la manche décisive, a failli réussir un miracle.
En souffrance dès que l’échange s’installait dans la durée, Roger Federer s’est accroché. Et le Suisse, sur un fil tout au long de la manche décisive, a failli réussir un miracle. A 5-4, Basilashvili a arrêté le jeu, pensant que la balle adverse était trop longue. Mal lui en a pris : elle était pleine ligne. Et un point plus tard, Federer a bénéficié d’une balle de match, sortie de presque nulle part. Mais le Bâlois s’est montré trop timide sur cette unique occasion et le 42e mondial a tenu bon.

Roger Federer

Crédit: Getty Images

Si cette erreur de jugement aurait pu lui coûter très cher, Basilashvili a repris immédiatement ses esprits pour breaker dans la foulée et conclure le match. En toute logique, tant il a dominé le jeu et s’est montré précis dans les moments importants. Après un début d’année très compliqué, il s’offre une demi-finale et le droit de défier Taylor Fritz au prochain tour.
Quant à Roger Federer, ce sera au Suisse d’expliquer s’il a ressenti de la fatigue aujourd'hui. En tous cas, pour la 23e fois de sa carrière, il a perdu une rencontre après avoir eu une balle de match, et s’arrête donc dès les quarts de finale Mais pouvait-il aller plus loin ? Le voulait-il seulement ? Une chose est sûre : le Bâlois a démontré qu’il avait de très beaux restes. Et vu le soutien que lui a montré le public - et l’énorme attention médiatique à la suite de son retour, il paraît improbable de ne pas le voir sortir encore quelques tours de son sac dans les prochains mois.
Wimbledon
Trois sets et une bulle : la petite porte pour Federer
07/07/2021 À 17:12
Wimbledon
Federer, sans l'ombre d'un doute
05/07/2021 À 19:18