Getty Images

Tsitsipas : "Comme dans un grand huit"

Tsitsipas : "Comme dans un grand huit"

Le 18/11/2019 à 00:03

MASTERS – Un superbe Masters s'est achevé dimanche par une superbe finale et le sacre du diamant le plus pur de la nouvelle génération. Stefanos Tsitsipas a surmonté ses nerfs et la fatigue pour venir à bout de Dominic Thiem en trois sets (6-7, 6-2, 7-6). Il est passé par toutes les émotions, mais, clairement, ce titre ne doit marquer à ses yeux que le début de son ascension.

Marseille en février. Estoril en avril. Le Masters en novembre. Stefanos Tsitsipas a accompli une sacrée mue cette semaine à Londres en rangeant dans sa besace le 5e plus grand tournoi du calendrier. Il l'a fait avec la manière. Ce fut un grand Masters, le plus excitant de ces dernières années, et une remarquable finale, dont le Grec est le vainqueur idéal. Il était au-dessus de Dominic Thiem dimanche, même s'il aura fallu attendre le verdict d'un jeu vraiment décisif pour matérialiser définitivement cette supériorité.

On se souvient toujours d'un premier grand titre, et le scénario de cette finale ne fera que renforcer son aspect indélébile pour Stefanos Tsitsipas. Des montagnes russes émotionnelles. "Ça a été comme dans un grand huit, et tenir ce trophée est incroyable, a-t-il savouré sur le court après sa victoire. Je suis tellement soulagé par cette performance, ce combat exceptionnel, et de tout avoir donné sur le court... Cette finale qu'on a livrée a vraiment été magnifique, je pense que c'est ce qui rend notre sport si grand, c'est de ça qu'est fait le tennis", a-t-il ajouté à l'attention de Dominic Thiem.

Vidéo - Tsitsipas a eu le dernier mot : le résumé de la finale

02:49
" Honnêtement, je ne sais pas comment j'ai pu jouer aussi bien au début du deuxième set "

Rien ne l'a arrêté, pas même la perte du premier set. Elle aurait pourtant pu lui être fatale. Contrairement à l'Autrichien, double finaliste de Roland-Garros, il lui manquait le vécu d'une telle rencontre. Il l'avoue, il a ressenti un surcroît de tension. "C'était frustrant pour moi de jouer avec autant de nervosité en début de match, explique-t-il. Je n'arrivais pas à la gérer." Paradoxalement, une fois le premier set terminé, même s'il l'avait perdu, il s'est mis à jouer pour de bon. Et la différence s'est sentie. Tout de suite.

La manière dont il a assommé Thiem en début de deuxième manche, pour mener 4-0 en 13 minutes, en dit long sur la faculté du jeune homme à ne rien lâcher. Là, il a été magistral, mentalement et tennistiquement. "Honnêtement, je ne sais pas comment j'ai pu jouer aussi bien au début du deuxième set, sourit-il, incrédule. Je n'en ai aucune idée. Je ne pensais plus à rien, je ne réfléchissais plus et c'est ce qui m'a permis je pense de livrer une si grande performance dans le deuxième pour le breaker deux fois. Je ne lui ai laissé aucune option."

Tsitsipas - Jeu Set et Maths

Tsitsipas - Jeu Set et MathsGetty Images

Il a vraiment tout pour lui

Le dernier acte s'est joué dans un registre bien différent. Moins limpide, moins facile, mais les nerfs à vif du début de finale s'étaient évaporés. Dans ce troisième set, l'enjeu a fini par le porter et non le lester. "J'entendais le public crier mon nom, je voyais les drapeaux grecs partout et ça m'a donné énormément d'énergie."

Même si Thiem s'est accroché jusqu'au bout, il avait clairement l'ascendant dans la dernière ligne droite. Plus jeune, moins expérimenté, il était pourtant le patron sur le court. Un avant-goût, peut-être, de ce qui nous attend. Il a été un des meilleurs seconds rôles de cette année 2019, il sera peut-être le personnage central de la prochaine décennie.

Stefanos Tsitsipas a vraiment tout pour lui. Un jeu séduisant, complet, sans faille majeure. Du charisme, du charme, une personnalité attachante. Il a de la caisse, aussi. Il en fallait pour tenir physiquement l'enchainement des trois matches en trois jours contre Nadal, Federer et Thiem. Mais il possède surtout ce supplément d'âme qui distingue les très bons joueurs des grands champions.

" Je veux m'améliorer sans cesse "

Ambitieux et prêt à consentir les efforts nécessaires pour les assouvir, il assume et s'assume, y compris dans les matches qui comptent le plus et les moments qui décident du sort de ces matches. Il gagnera des grands matches, en perdra d'autres, mais il les joue. Ce n'est pas un hasard s'il est devenu dimanche le premier joueur depuis près d'une décennie et demie à gagner une finale du Masters en ayant concédé le premier set, ou s'il a su se transcender et lâcher ses coups dans le tie-break décisif avec un trophée d'une telle importance en jeu.

Il est toujours dangereux de jouer les Madame Irma. Tsitsipas a 21 ans. Son histoire reste à écrire. Les deux derniers lauréats du Masters, Grigor Dimitrov et Alexander Zverev, n'ont pas su capitaliser sur leur victoire au Masters. Il lui faudra gérer cet écueil de l'après, mais pour tout dire, on ne s'inquiète pas trop pour lui.

Tsitsipas n'envisage pas son sacre londonien comme un aboutissement, mais comme une étape. "Cette année a été ma meilleure année, mais je veux m'améliorer sans cesse, a-t-il prévenu dimanche soir. J'ai battu quelques-uns des meilleurs joueurs ce qui m'a donné de la confiance et j'ai gagné des matches dans des tournois Masters 1000 et du Grand Chelem, mais je pense que je peux faire mieux en Grand Chelem". On ne le contredira pas.

Vidéo - Tsitsipas sera-il aussi maudit que Zverev et Dimitrov ?

01:40
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0