C’est enfin "la vraie vie" pour Matteo Berrettini. L’Italien, 10e mondial, a mis fin ce vendredi à sa quatorzaine imposée à l’arrivée à Melbourne en vue de l’Open d’Australie. Promis, il va "bien". "Ça a été un peu compliqué les quatre premiers jours avec le protocole sanitaire imposé mais je me suis bien entraîné, avec une bonne intensité", raconte-t-il à Eurosport.
Contrairement à d’autres, l’Italien a eu la possibilité d’humer l’air australien en allant s’entraîner quotidiennement. Après réception de son test négatif, il a dû se plier aux exigences locales : "On ne pouvait aller dehors que lorsque l’on était autorisé à y aller au préalable, détaille-t-il. Pour moi, c’était pour l’entrainement ou la salle de gym. Mais si j’ouvrais ma porte sans autorisation, la sécurité m’aurait demandé de rester à l’intérieur. J’ai fini par m’y faire".
Reste que l'isolement aura quand même été compliqué pour celui qui est en couple avec Ajla Tomljanovic, joueuse professionnelle, également présente à Melbourne. "La seule chose compliquée pour moi, c’est que Ajla était six étages en-dessous et que malgré nos tests négatifs, on n’a pas pu se voir".
WTA Rome
Swiatek après son 6-0, 6-0 contre Pliskova : "C'était plutôt drôle, je ne savais même pas le score"
IL Y A 20 MINUTES
L’Italien, dans cette histoire, préfère garder le bon côté des choses : "au final, ce n’était pas si terrible. On est toujours en train de voyager donc j’ai profité de cette quarantaine comme d’une opportunité pour me détendre un peu et recharger les batteries".
Traduit par Cyril MORIN

L'image surprenante du jour : des tribunes pleines en Australie pour le retour de Djokovic

ATP Rome
Encore une chute et une grosse colère pour Nadal
IL Y A 2 HEURES
WTA Rome
6-0, 6-0 : l'ouragan Swiatek balaie Pliskova et impressionne avant Roland
IL Y A 4 HEURES