AFP

Coupe Davis - France-Australie: Arnaud Clément: ""J'avais vraiment envie de le voir ce double"

Clément: "J'avais vraiment envie de le voir, ce double"
Par AFP

Le 01/02/2014 à 21:35Mis à jour Le 02/02/2014 à 14:15

Associés pour la première fois en double en Coupe Davis, Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga ont fait preuve de "complicité" et de "confiance" mutuelles pour envoyer la France en quarts, selon le capitaine de l'équipe de France Arnaud Clément.

Richard Gasquet et Jo-Wilfried Tsonga ont connu un moment de flottement dans les premier et deuxième sets contre l'Australie ; puis ils ont trouvé leurs marques...

A.C. : Ils se sont en effet trouvés de mieux en mieux et ont bougé de mieux en mieux ensemble au fil du match. On a senti la complicité et la confiance entre eux. Cela peut mettre des dizaines de tournois à se construire mais eux se connaissent tellement bien que, même en ayant joué relativement peu de matches ensemble, ils ont su réaliser de belles choses aujourd'hui.

Cela vous donne des idées pour la suite?

A.C. : J'avais vraiment envie de le voir ce double, de me rendre compte de ce que cela pouvait donner dans des situations extrêmes de stress. On voit que cela fonctionne. Donc, c'est une possibilité qui sera très intéressante pour l'avenir.

Pourquoi avez-vous testé cette paire inédite?

A.C. : Je pars du principe que rien n'est figé en France. On dispose d'un tel vivier que l'on peut se permettre d'explorer d'autres possibilités. Les joueurs sont conscients qu'aucun d'entre eux n'a une place attitrée dans cette équipe de France. Aujourd'hui, on a la chance d'avoir deux joueurs, Ritchie et Jo, dans les dix premiers mondiaux et qui ont assuré. Peut-être qu'ensuite, d'autres joueurs joueront très bien et essaieront de gagner leur place.

Utiliser seulement deux joueurs, n'était-ce pas un peu risqué?

A.C. : J'ai une confiance absolue en Julien Benneteau et Gaël Monfils qui auraient pu jouer un simple. Même si on a gagné 3-0, dans mon esprit il y avait quatre joueurs. D'autres n'étaient pas là et auraient pu intégrer cette équipe sans en affaiblir le niveau. Pour Richard et Jo, c'est une confiance supplémentaire de savoir que des partenaires peuvent les remplacer et gagner. C'est pour cette raison que je tire mon chapeau à tout le groupe aujourd'hui et pas seulement à eux deux.

Que vous inspire l'Allemagne, votre prochain adversaire en quarts de finale?

A.C. : Tommy Haas a fait une très bonne saison l'an dernier gagnant de nouveau des titres (deux). Il était à la porte des dix premiers joueurs du monde. Philipp Kohlschreiber est toujours aux alentours de la 20e place (27e). Il y aussi d'autres joueurs dangereux comme Florian Mayer avec son jeu atypique et Daniel Brands qui a une grosse force de frappe, un gros service et peut très bien jouer en double. Nous serons favoris. Mais de la même manière que nous avons abordé l'Australie, on abordera cette prochaine rencontre le plus sérieusement possible.

On a l'impression qu'il y a un coup à jouer cette saison, non?

A.C. : C'était déjà le cas l'an dernier quand, en quarts de finale, on a rencontré l'Argentine privée de Juan Martin del Potro. Nos futurs adversaires auront aussi envie d'aller en demies. Il ne faudra prendre aucun match à la légère. J'ai confiance en ce groupe qui ne laissera rien au hasard.

Votre debriefing lors du quart de finale perdu à Buenos Aires a-t-il marqué les esprits?

A.C. : Oui, c'est un souvenir très douloureux pour tout le monde. Les joueurs se sont dit beaucoup de choses entre eux. C'était le plus important. Ils ont tous appris certaines choses et en sont ressortis grandis.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0